SF Mag
     
Directeur : Alain Pelosato
Sommaires des anciens Nos
  
       ABONNEMENT - BOUTIQUE - FAITES UN DON
Sfmag No102
102
E
n
 
K
i
o
s
q
u
e
s
RETOUR à L'ACCUEIL
BD   CINE   COUV.   DOSSIERS   DVD   E-BOOKS  
HORS SERIES    INTERVIEWS   JEUX   LIVRES  
NOUVELLES   TV   Zbis  
Encyclopédie de l'Imaginaire, plus de 13 000 articles
  Sommaire - BD -  Philosophie Magazine Hors série 15 Spécial bande dessinée

"Philosophie Magazine Hors série 15 Spécial bande dessinée " de Collectif


La vie a-t-elle un sens ?

Superman, golem ou messie selon la plume des exégètes, le double bodybuildé du binoclard Clark Kent incarne le fantasme de l’assimilation à la nation américaine. Son passeport kryptonien dissimule une extraction polonaise.

Tout ceci a-t-il un (non) sens ?

Lewis Trondheim s’interroge sur le sens de la vie.
L’argumentation est reprise par Umberto Eco qui s’appuie sur les "Peanuts" de Charles M. Schultz. Aussi est-il logique que Julian Baggini développe le sujet "Charlie Brown et le secret de la vie".
De même Pascal Ory précise le rôle du savant Cosinus, ancêtre de Tryphon Tournesol, du professeur Nimbus et du comte de Champignac.
Calvin & Hobbes quand à eux sont étudiés par les deux philosophes Élie During "Le monde comme expérimentation" et Martin Winckler "Le cosmos selon Calvin".

À quoi servent les héros ?

Boris Cyrulik procède à l’éloge de Rantanplan (?!), alors que Didier Pasamonik développe le thème de "Superman un héros middle class".
Plus pertinent Tristan Garcia s’intéresse à Steve Dikto " le dessinateur le plus manichéen et le plus complexe de l’histoire de la bande-dessinée", co-créateur de Spider-Man et du redoutable "Mr A.".
Cependant lorsque Paul Clavier évoque la BD Lucky Luke en utilisant le sous-titre "Un western sans cadavre", il commet une erreur. Cette argumentation ne vaut que pour une partie des aventures de Lucky Luke. Le philosophe n’a visiblement pas lu les premiers albums qui procuraient toujours au croque-mort local son lot de cadavres. D’ailleurs les quatre Dalton qui passent leur temps à s’évader du pénitencier pour rechercher Lucky Luke sont en fait les "cousins Daltons", bien décidés à venger les quatre membres de leur famille qui doivent leur trépas à un cow-boy solitaire.
Plus cohérent Frédéric Worms se livre à une analyse du rire de Goscinny (avec un large dossier consacré de "La Zizanie" une aventure d’un irréductible gaulois).

Pourquoi tant de haine ?

Agnès Gayraud rappelle Auschwitz et Hiroshima à travers une étude incluant "Master Race" de Bernard Krigstein, "Gen d’Hiroshima" de Keiji Nakazawa et "Maus" d’Art Spiegelman
De son côté Roland Jaccard développe le thème des paumés de la BD américaine à travers l’oeuvre d’Ivan Brunetti, tandis que Daniel Adjerad s’intéresse aux comics ayant pour sujet les thrillers sombres (avec en prime une aventure de "Crime Suspens Stories").

Sommes nous maîtres de nos destins ?

Yvan Leclerc passe de Madame Bovary à Gemma Bovery (de Posy Simmonds), tandis que Martin Winckler s’interroge sur la démarche de Ian Williams (alias Thorn Ferrier) médecin et auteur de comics.
Bruno Latour s’intéresse aux notions philosophiques d’existence et essence à travers les exploits de Gaston Lagaffe
De même Serge Tisseron réalise que "Le monde imaginé par Franquin répond à celui décrit par Sigmund Freud dans la psychopathologie de la vie quotidienne"... Effrayant n’est-ce pas ?
Plus exotique Agnès Gayraud s’intéresse au manga par l’intermédiaire de son dieu Osamu Tezuka.

Faut-il mourir ou vivre ?

Le sens de la vie est exploré par Aurélia Aurita, tandis qu’Agnès Gayraud voit dans les aventures du blaireau Francis une ellipse postmoderne.
Roland Jaccard fait de son côté l’éloge de la gent féminine ( surtout celle dessinée par Guido Crepax, Milo Manara, Hugo Pratt et Giardino. D’ailleurs Sonia Feertchak reprend le thème des héroïnes de Manara dans lequel elle voit un féministe.
Et alors que Clément Rosset voit dans l’oeuvre de Robert Crumb une démarche de subversion Denis Moreau met l’accent sur un aspect méconnu de l’oeuvre d’André Franquin "Les idées noires".

La vie est-elle un rêve ?

Après les six pages de BD de Mac-Antoine Mathieu, Benoît Peeters développe le rapport au temps dans la bande-dessinée.
Parallèlement le monde du rêve ou "Slumberland" de "Little Nemo est exploré par Pascal Bruckner.

Damien Dhondt

Préface de Serge Ortoli _ Philosophie Magazine, Hors série 15 Spécial bande dessinée : La vie a-t-elle un sens ? _ août 202 _ Inédit, grand format, 101 pages _ 8,90 euros



Retour au sommaire