SF Mag
     
Directeur : Alain Pelosato
Sommaires des anciens Nos
  
       ABONNEMENT - BOUTIQUE - FAITES UN DON
Sfmag No104
103
E
n
 
K
i
o
s
q
u
e
s
RETOUR à L'ACCUEIL
BD   CINE   COUV.   DOSSIERS   DVD   E-BOOKS  
HORS SERIES    INTERVIEWS   JEUX   LIVRES  
NOUVELLES   TV   Zbis  
Encyclopédie de l'Imaginaire, plus de 13 000 articles
  Sommaire - BD -  Spider-Man Season one

"Spider-Man Season one " de Cullen Bunn & Neil Edwards


- Le Daily Bugle se doit de rester en tête des ventes, et la seule chose qui se vend mieux que l’amour c’est bien la haine !

Modernisation ! Tel est le mot d’ordre qui a retenti un beau jour dans la maison d’Éditions Marvel. La rédaction s’était avisé que Stan Lee et Steve Diko avaient réalisé les premières aventures de Spider-Man il y a un demi-siècle. Aussi il était temps de dépoussiérer les origines du plus célèbre super-héros de Marvel.
Avec quelques ellipses (le combat de catch avec "Crusher Hogan" est juste évoqué) la trame des premiers scénarios historiques est respectée. Mais on constate d’importantes variations dans la technologie et les caractères.
Logiquement les auteurs ont montré l’évolution du progrès technique. Les lycéens s’envoient régulièrement des SMS. De même Peter Parker utilise un appareil photo numérique.
Cependant on remarquera que l’opposition de J. Jonah. Jameson envers Spider-Man n’est pas si complexe. Dans la version classique Jameson a été élevé par un beau-père héros de guerre qui l’a fortement déçu. Il en a conclu une méfiance envers ceux qui affirment être des héros (quelques séances de psychanalyse devraient lui remettre les idées en place). Ici Jameson est juste un opportuniste qui voit dans la démolition médiatique d’un super-héros le moyen de regonfler les ventes de son journal. Pour cela il s’appuie sur le political-correct. Spider-Man porte un masque : donc il corrompt les jeunes. Il a choisi une araignée comme emblème : c’est donc un prédateur. De plus il est évident qu’il encourage les jeunes à reproduire ses dangereuses acrobaties.
Déclenchant une chasse aux sorcières dans le but de "protéger la jeunesse" J. Jonah Jameson voit le tirage de son journal augmenter. La profondeur psychologique a disparu au profit d’un caractère amoral, alors que le Jonah Jameson que nous avions connu jusqu’à présent était borné, mais intègre.

Damien Dhondt

Scénario : Cullen Bunn , Dessin : Neil Edwards, Encrage : Karl Kesel, Couleurs : David Curiel, Couverture : Julian Totino Tedesco _ Spiderman Season One _ Traduction : Stéphane Sarrazin, Lettrage : Ram _ Edition : Panini Comics, collection : 100 % Marvel _ juillet 2012 _ Inédit, moyen format, 112 pages couleurs _ 11,20 euros



Retour au sommaire