SF Mag
     
Directeur : Alain Pelosato
Sommaires des anciens Nos
  
       ABONNEMENT - BOUTIQUE - FAITES UN DON
Sfmag No102
102
E
n
 
K
i
o
s
q
u
e
s
RETOUR à L'ACCUEIL
BD   CINE   COUV.   DOSSIERS   DVD   E-BOOKS  
HORS SERIES    INTERVIEWS   JEUX   LIVRES  
NOUVELLES   TV   Zbis  
Encyclopédie de l'Imaginaire, plus de 13 000 articles
  Sommaire - Cinéma bis et culte -  Scream 2 (1998)

"Scream 2 (1998)" de Wes Craven



Au Rialto, ils passent « Stab ». C’est le film adapté de l’œuvre de la journaliste de Scream dans laquelle elle raconte l’histoire. Un couple de blacks va voir le film. La fille n’est pas contente : « Je déteste les films d’horreur ! » S’exclame-t-elle. De plus, elle remarque (justement, hélas...) : « les films gore sont un genre où les blacks sont absents. » Ce n’est donc pas le cas de Scream 2. La scène de l’entrée dans la salle de cinéma est formidable. Elle signifie ouvertement (vulgairement ?) que lorsque le spectateur entre dans cette salle, il va y rencontrer la peur. Nous, les spectateurs de Scream 2 , nous regardons un film qui montre des gens qui regardent un film d’horreur. Le premier meurtre - qui se déroule aux toilettes - est rendu possible par la curiosité de la victime qui approche son oreille pour entendre un bruit dans la cabine voisine. Une manière de montrer que le son, la musique ont une importance primordiale dans le film d’horreur. Alors, imaginez-vous regarder un film dans lequel des spectateurs regardent un film d’horreur (que vous avez, vous, déjà vu) et qui se font assassiner ! Le cinéaste mélange le film et le réel... le film que regarde le spectateur, enfin, le spectateur réel... Bon, la fille est tuée devant tout le monde qui croit à une mise en scène. Nous, nous savons que c’est vrai (enfin, que c’est vrai dans le film que nous regardons...) Bon ! De toute façon, c’est bien fait pour la fille, ça lui apprendra à ne pas croire aux films d’horreur !
Voilà donc la pédagogie cinématographique qu’utilise le scénariste (le même que celui du premier « Scream » : Ke-vin Williamson) pour mieux expliquer le film d’horreur. Vous remarquerez que certains n’ont pas compris. Tant pis pour eux... Ensuite, on traite la question des « suites » de films qui ont eu du succès. « Par définition, les suites sont toujours un sous produit », déclare un protagoniste. Seul Wes Craven possède la force d’une telle auto-dérision. Ce même personnage cite pourtant des cas où la suite est mieux que l’original (ce n’est pas moi qui le dit, mais ce person-nage) : Alien 2, T 2, House 2, Le Parrain 2 (*) . Donc, les allusions cinématographiques sont multiples. Ainsi on entend dire : « Le multiplex est devenu un véritable coupe-gorge », affirmation qui devrait faire frémir de joie les adversaires de ce type de grande surface du cinéma... Il y a aussi de rares extraits de films. Dans la maison « OmegaBZ », la jeune fille regarde la télévision, vecteur habituel des cinéastes pour des citations cinématographiques - depuis Halloween de John Carpenter (1978). Je n’ai pas eu le temps de tout saisir, mais il m’a semblé reconnaître Les Sept samouraïs (1954) d’Akira Kurosawa. Je n’ai pas pu décrypter les images de western, mais on voit à plusieurs reprises des images du Nosferatu de Murnau (1922). D’abord, la scène où Ellen se réveille en hurlant alors qu’elle semble subir l’influence à distance du comte Orlock (Nosferatu), et, ensuite, lorsque la jeune fille est poursuivie par le tueur, celle où l’ombre d’Orlock glisse dans les escaliers. Autrement on retrouve les clichés habituels : le faux assassin qui entre dans le champ, ces p... de téléphones qui ne marchent pas quand on a besoin d’eux, la future victime qui s’enferme avec l’assassin croyant se mettre à l’abri, le hard rock.
Wes Craven utilise plusieurs fois le même procédé cinématographique pour annoncer la mort (ou la confirmer) : il filme sur le site de la mort en plongée, de très haut grâce à la grue, soit les véhicules de police et les ambulances arrivés après le meurtre, soit la future victime (un homme, car dans ce film, les hommes aussi sont des victimes) isolée dans un parc avec un téléphone portable à l’oreille... Ou de légers et très lents travellings pour inquiéter quand il montre une conversation. Par contre, il filme le fiancé en contre-plongée pour le désigner comme suspect. D’autant plus que dans Scream c’était le fiancé le coupable. Ne parlons pas de la scène ridicule de la déclaration d’amour à la cafétéria. L’utilisation d’une scène de théâtre pour augmenter la confusion des différents niveaux de dramaturgie du film est excellente. Et la fin s’y déroule en mettant en scène le coupable qui se déclare dément en invoquant un prétexte : « Le cinéma est responsable de mon état ».
Quant à la fin, elle est (involontairement ?) copiée sur celle de Vendredi 13 de Sean S. Cunningham (1980).
«  Ils reviennent toujours  », déclare un personnage à la fin du film à propos des assassins en série. Allusion à Halloween ou ouverture pour Scream 3 ? «  Ça fera un putain de film  », déclare le faux coupable à la fin du film. C’est clair non ?

(*) Alien 2 de James Cameron (1986) dont le véritable titre est Aliens, le retour - T 2 signifie Terminator 2 aussi de James Cameron (1991) qui avait déjà réalisé le T 1 (Terminator 1984) - House 2 d’Ethan Wiley (1986) est la suite de House de Steve Miner (1985) - Le Parrain 2 de Francis Frod Coppola (1974) qui avait déjà réalisé le 1 en 1972.

Alain Pelosato

Chronique extraite de mon livre "Un siècle de cinéma fantastique" édité chez Le Manuscrit



Retour au sommaire des films bis et culte