SF Mag
     
Directeur : Alain Pelosato
Sommaires des anciens Nos
  
       ABONNEMENT - BOUTIQUE - FAITES UN DON
Sfmag No104
103
E
n
 
K
i
o
s
q
u
e
s
RETOUR à L'ACCUEIL
BD   CINE   COUV.   DOSSIERS   DVD   E-BOOKS  
HORS SERIES    INTERVIEWS   JEUX   LIVRES  
NOUVELLES   TV   Zbis  
Encyclopédie de l'Imaginaire, plus de 13 000 articles
  Sommaire - DVD -  S à Z -  Twixt (2012)
"Twixt (2012) "
de Francis Ford Coppola


Que signifie Twixt ?
Réponse de Coppoma dans Paris Match : « En français cela veut dire “entre”. Le titre original était “Twixt Now and Sunrise”, car le récit se déroule entre le rêve et la réalité, entre le succès et l’échec, entre la vie et la mort. »
Ce petit film (petit par le budget, mais grand pour l’art) est superbe.
Coppola est revenu à ses vrais amours : réaliser un film comme il le veut sans avoir derrière lui des argentiers qui exigent ceci et cela. Il a commencé sa carrière avec Roger Corman c’est dire !
Revenons au film.
Il y a une petite vampire (enfin, on le saura tard dans le film, désolé...) et un clocher avec sept horloges, clocher qui n’est pas sans rappeler l’église abandonnée de Federal Hill de la nouvelle de Lovecraft Celui qui hantait les ténèbres (1935), nouvelle dans laquelle il tuait Robert Blake en réponse à Robert Bloch qui avait tué HPL (avec son autorisation) dans sa nouvelle Le Visiteur venu des étoiles (1935) ...
Un écrivain d’histoires fantastiques (il est « spécialiste » des sorcières) arrive dans un petit bled pour dédicacer ses livres dans la quincaillerie. Il rencontre une pâle jeune fille tout de blanc vêtue.
Il y a un vieil hôtel abandonné (mais est-ce bien sûr ?) dans lequel se seraient déroulées des horreurs dont les victimes seraient des enfants...
L’écrivain (joué par le sublime Val Kilmer, qui sait si bien ne pas se prendre au sérieux tout en faisant excellemment son boulot) visite les lieux et le temps en rêve avec Edgar Allan Poe... Cela aussi c’est lovecraftien.
C’est d’un macabre vaporeux, une hantise terrible, un film complexe, une complexité qui peut le rendre ennuyeux. Mais il n’est pas fait pour divertir, mais pour réfléchir.
Un très beau film sur la création littéraire, l’inspiration, la culpabilité et la Mort.
La Mort, toujours tellement présente

Alain Pelosato



Retour au sommaire