SF Mag
     
Directeur : Alain Pelosato
Sommaires des anciens Nos
  
       ABONNEMENT - BOUTIQUE - FAITES UN DON
Sfmag No102
102
E
n
 
K
i
o
s
q
u
e
s
RETOUR à L'ACCUEIL
BD   CINE   COUV.   DOSSIERS   DVD   E-BOOKS  
HORS SERIES    INTERVIEWS   JEUX   LIVRES  
NOUVELLES   TV   Zbis  
Encyclopédie de l'Imaginaire, plus de 13 000 articles
  Sommaire - BD -  Le Scorpion T4 : Le Démon au Vatican

"Le Scorpion T4 : Le Démon au Vatican" de Stephen Desberg et Enrico Marini

9/10

En faisant exhiber la fausse croix de Saint Pierre, le cardinal Trébaldi s’autoproclame le seul successeur légitime pour accéder, enfin, à la papauté. Malgré l’intervention du Scorpion, Il fait assassiner l’un de ses derniers opposants, le cardinal Javeloy. Avant de mourir, celui-ci a le temps d’indiquer le début d’une piste à suivre, à Istanbul, pour retrouver la vraie croix et confondre l’imposteur. Le Scorpion, ainsi dénommé parce qu’il porte tatoué sur l’épaule cette marque du diable, échappe aux moines soldats de Rochnan. Mais il est rejoint au moment d’embarquer pour la Turquie avec Hussard et Mejaï. Un rude combat s’engage, dans lequel il reçoit le secours inespéré de la belle Anséa Latal, qui dit avoir été chargée par Javeloy de lui porter assistance en toutes circonstances.
Dans Istanbul, le danger n’est pas écarté. Au contraire ! La traîtrise est partout présente ! De plus Rochnan et ses moines arrivent...

Vif, alerte, le récit est mené sans temps mort, avec le même allant et la même vigueur que ces « vieux » films de cape et d’épée, tels Fanfan la Tulipe, le Bossu... Stephen Desberg construit son intrigue sur le fondement même de l‘Eglise, à savoir : la mort de Pierre à Rome. Il nous entraîne dans les coulisses du Vatican, dans la lutte pour maîtriser cette fantastique entreprise qu’est l’Eglise Catholique. En effet, les discours sur la charité, sur l’amour de son prochain, cachent bien les manœuvres des ambitieux au royaume terrestre du Christ où l’angélisme n’est pas de mise. De plus, la clandestinité au début de son instauration, le goût du secret et de la dissimulation dont ont fait preuve tous ses dignitaires au fil des siècles laissent toute latitude aux suppositions et supputations.
Les images retranscrivent tout le dynamisme du scénario, car Marini sait suggérer le mouvement en quelques traits, donner le ton. Il s’imprègne totalement de l’esprit des séries qu’il dessine, que ce soit dans le domaine historique, western ou thriller.
Une série à prendre au premier degré dans lequel il faut se laisser entraîner sans retenue par la fougue du Scorpion et de ses adversaires. Une série indispensable dans toute « bonne » bédéthèque.

Serge Perraud

Le Démon au Vatican, dessin : E. Marini, scénario : S. Desberg, avril 2004, 48 pages, 9,45 euros.



Retour au sommaire