SF Mag
     
Directeur : Alain Pelosato
Sommaires des anciens Nos
  
       ABONNEMENT - BOUTIQUE - FAITES UN DON
Sfmag No102
102
E
n
 
K
i
o
s
q
u
e
s
RETOUR à L'ACCUEIL
BD   CINE   COUV.   DOSSIERS   DVD   E-BOOKS  
HORS SERIES    INTERVIEWS   JEUX   LIVRES  
NOUVELLES   TV   Zbis  
Encyclopédie de l'Imaginaire, plus de 13 000 articles
  Sommaire - BD -  Ignition City 1

"Ignition City 1 " de Warren Ellis & Gianluca Pagliarani


- J’ai 26 ans, et je suis allée sur la Lune, sur Mars et sur Vénus. J’ai couché avec des gitans des astéroïdes, fracassé des monstres et combattu avec la huitième insurrection sur Forêt.
J’ai abattu un homme sur Khargu, parce qu’il le méritait plus qu’aucune crapule que j’aie jamais rencontrée. J’ai réparé trois fusées avec une clé anglaise et un couteau la tête en bas au-dessus de Titan pendant la syzygie. J’ai 26 ans, et ma vie est terminée.

1956 : au Club des Explorateurs des vétérans désabusés commentent l’Accord d’Isolation.
Le crash d’un vaisseau extraterrestre sur le territoire américain a permis l’acquisition d’une technologie high-tech aussitôt investie dans le développement de l’astronautique et de l’aéronautique (sans oublier l’armement). Malgré l’alliance d’Adolf Hitler avec le leader alien Kharg les forces de l’Axe ont été vaincues. Accessoirement la crise de Berlin s’est achevée par une déroute soviétique.
Ceci n’empêche pas les relations diplomatiques entre les deux blocs. De ce fait Lionel "Buster" Crab l’un des membres du Club des Explorateurs a été "invité" par son gouvernement à jeter un coup d’oeil à la coque d’un croiseur soviétique en mission diplomatique (1).
Si le plongeur sous-marin peut toujours s’occuper ce n’est plus le cas des aventuriers de l’espace. Après les affrontements spatiaux il fut décidé de ne plus attirer l’attention des civilisations extraterrestres. Les Britanniques parlent même de mettre au rencart la Royal Space Force (2).
Le dernier spatioport terrien se trouve sur Ignition City : une île isolée servant à quelques échanges économiques. C’est là que se retrouvent tous ceux qui ont un jour rêvé des étoiles. Cloués au sol ils sont devenus barman, videur, trafiquant d’armes, mécano, pilier de bar ou clochard.
C’est sur cette île que se rend Mary Raven, fille du pilote spatial Rock Raven. Ce dernier est mort assassiné et son corps a été aussitôt recyclé pour récupérer l’eau et les sels minéraux.
Parmi les habitants d’Ignition City se trouve l’assassin de son père.
Mary découvre les gloires déchues de l’âge d’or de la conquête spatiale : Bowman l’éclair, son ex Gayle Ransom et le scientifique de génie le docteur Vukovic (toute ressemblance avec Flash Gordon, Dale Arden et le Docteur Zarkov est évidemment purement fortuite). On y trouve également un Spacien affirmant avoir fait un voyage temporel de cinq siècles dans le futur (bonjour, monsieur Buck Rogers).
De nombreux habitants sont des vétérans de la guerre contre les Khargs : des humanoïdes à la peau bleue (3). Le contexte de l’après-guerre permet de mettre en évidence les difficultés économiques et sociales qui durant le conflit étaient passés à l’arrière-plan. On assiste également à la déchéance des héros. Mais ceci les rend peut-être plus humains. Évidemment la présentation des problèmes d’alcoolisme de Buck Rogers et de constipation de Flash Gordon peut surprendre.
Warren Ellis a mixé le contexte "atompunk" avec une ambiance de western ( un marshal, des armes à la ceinture et un duel). Mais la conquête de l’Ouest est terminée, tout comme la conquête de l’espace. Il reste des rêves brisés, une énigme et peut-être une chance de faire justice.

(1) dans notre monde Lionel "Buster" Crabb fut porté disparu lors de cette mission. Lionel Crabb avait dû son surnom de "Buster" à l’acteur Buster Crabb qui incarna Flash Gordon sur le grand écran en 1936

(2) cf. "Royal Space Force" de Warren Ellis & Chris Weston (Delcourt)

(3) cf. les extraterrestres ayant conquis une Terre parallèle rebaptisée "Perfide Albion" dans "Authority : Invasion", scénarisé par Warren Ellis

Damien Dhondt

Scénario : Warren Ellis , Dessin : Gianluca Pagliarani, Encrage : Chris Dreier, Couleurs : Digikode Studios _ Ignition City, tome 1 _ Ignition City # 1 à 4 _ Traduction : Alex Nikolavitch, Lettrage : Stephan Boschat _ Edition Glénat, Collection : Comics _ avril 1912 _ Inédit, moyen format, 144 pages couleurs _ 14,95 euros



Retour au sommaire