SF Mag
     
Directeur : Alain Pelosato
Sommaires des anciens Nos
  
       ABONNEMENT - BOUTIQUE - FAITES UN DON
Sfmag No104
103
E
n
 
K
i
o
s
q
u
e
s
RETOUR à L'ACCUEIL
BD   CINE   COUV.   DOSSIERS   DVD   E-BOOKS  
HORS SERIES    INTERVIEWS   JEUX   LIVRES  
NOUVELLES   TV   Zbis  
Encyclopédie de l'Imaginaire, plus de 13 000 articles
  Sommaire - BD -  L’incal intégrale

"L’incal intégrale " de Alexandro Jodorowsky & Moebius


Des hommes se battent pour leur liberté, leur droit à se rapprocher de la surface...leur droit à la drogue S.P.V. gratuite...et pour tout simplement, leur droit à l’émeute !

Toute bonne histoire de détective privé implique un tabassage du détective en question. John Fifool exerce la fonction de détective privé de classe R (cela ne doit pas être très élevé). Comme il bénéficie du statut de héros de l’histoire (mais si) c’est donc à lui de se faire rosser. Cela se termine par une chute vertigineuse dans la "Suicide allée", où l’attend un lac d’acide. Les robfliks le récupèrent inextremis avec leur véhicule de patrouille anti-gravité. Et maintenant les ennuis commencent. Ces androïdes représentants de la loi veulent une explication. Car John Difool n’est qu’un détective quelque peu minable fréquentant régulièrement les homéoputes dans des établissements célèbres comme : "Au crédit sexuel de la région parisienne".
Bon, alors John Difool pourrait évoquer l’extraterrestre Berg qu’il a découvert mourant et sa "prise de possession" d’un étrange artefact nommé "L’incal-lumière". Réflexion faite (mais oui) Difool utilise le prétexte des coups reçus pour évoquer une amnésie partielle.
À présent que faire de l’Incal ?. Pourquoi pas le planquer dans un lieu que personne ne pourrait soupçonner ? Ce sera l’estomac de sa "mouette à béton" domestique nommé Deepo. Ce qui n’était pas prévu c’était que suite à ce repas inattendu le volatile acquière l’usage de la parole et devienne plus intelligent que son maître (comment cela : "ce n’était pas difficile" ?).
Et voici un nouvel intervenant en la personne du Méta-Baron. Ce mercenaire-assassin d’élite se retrouve avec un objectif à éliminer. Quelqu’un a-t-il parié sur John Difool ? Gagné !
La réédition des six volumes de la série John Difool publié de 1981 à 1986 permet de découvrir un space-opéra complexe où le destin de la galaxie repose sur un antihéros. Les personnages principaux correspondent à des archétypes classiques ou symboliques. La dimension spirituelle placée dans un univers de science -fiction est régulièrement contrebalancée par des catastrophes ou des allusions. Ainsi on découvre l’existence d’une forteresse spatiale capable d’anéantir tout un système solaire. Le nom de cet engin de destruction ? "Étoile de guerre". Comment cela se prononce-t-il en anglais ?
Le dessin détaillé de Moebius apporte une richesse à cette saga. On remarque que les immeubles high-tech présentent quelques fissures et des taches. Le souci du détail assure le réalisme du contexte alors que la démesure architecturale est à l’oeuvre.

Damien Dhondt

Scénario : Alexandro Jodorowsky, Dessin : Moebius _ L’Incal intégrale _ Edition : Les Humanoïdes Associés _ septembre 2011_ Réédition, 24 X 32 cmt, 280 pages couleurs _ 79,95 euros



Retour au sommaire