SF Mag
     
Directeur : Alain Pelosato
Sommaires des anciens Nos
  
       ABONNEMENT - BOUTIQUE - FAITES UN DON
Sfmag No106
106
E
n
 
K
i
o
s
q
u
e
s
RETOUR à L'ACCUEIL
BD   CINE   COUV.   DOSSIERS   DVD   E-BOOKS  
HORS SERIES    INTERVIEWS   JEUX   LIVRES  
NOUVELLES   TV   Zbis  
Encyclopédie de l'Imaginaire, plus de 13 000 articles
  Sommaire - Livres -  S - Z -  La Faune de l’espace



"La Faune de l’espace "
de
A.E. Van Vogt

Editeur :
J’ai lu
 

"La Faune de l’espace "
de A.E. Van Vogt




-  J’ai à peine le besoin d’insister sur la situation dans laquelle nous nous trouvons. Nous sommes une fusée contre ce qui apparaît être une civilisation galactique hostile.

Voici le vaisseau galactique « Fureteur », sa mission : explorer de nouveaux mondes étranges, découvrir de nouvelles vies, d’autres civilisations et au mépris du danger avancer vers l’inconnu !

Pour Hal Morton, mathématicien et chef de l’expédition spatiale, la recherche de connaissances se double d’une préoccupation concernant la politique. Seul élément de distraction majeure à bord du vaisseau (l’équipage est exclusivement masculin) elle devient un enjeu passionnel
Son plus gros souci se trouve être Gregory Kent le chef des chimistes. Celui qui a décidé de devenir chef des scientifiques à la place du chef des scientifiques manie avec talent le discours, la ruse et l’intimidation dans la grande lignée des leaders politiques démagogiques de la Terre.
Sa première cible se trouve être Elliot Grosvenor le Nexialiste. Ce chef de section (et seul membre à bord de cette nouvelle science) a annoncé qu’il ne voyait aucune raison de voter pour Kent. Aussitôt
ses laboratoires sont occupés par le personnel de la section chimie.
Mais le nexialisme qui permet la synthèse des différentes sciences offre également la possibilité de trouver des solutions originales aux problèmes en apparence insolubles.
En voici d’autres : l’équipage entre en contact avec des créatures à la physiologie et à la psyché inconnue. Cependant Kurita archéologue et historien propose d’adapter la théorie de l’histoire cyclique à ces Aliens potentiellement dangereux. Ainsi le Zorl, ce gigantesque félin invulnérable aux armes de l’équipage, est comparé à un guerrier germain. Fasciné par l’Empire Romain il n’hésitera pas à l’anéantir.
Appartenant à l’âge d’or de la science-fiction américaine « la Faune de l’espace » est composé de quatre chapitres rédigés de 1939 à 1950.
Chacun correspond à l’apparition d’un ennemi redoutable pour le vaisseau et ses occupants alors qu’en fil rouge se profile la menace grandissante de troubles politiques.
Grosvenor, parfaitement conscient que la moitié des vaisseaux spatiaux d’exploration ont disparu sans qu’une cause ait pu être déterminée, soupçonne que les créatures de l’espace ne sont pas les seules menaces qui pèsent sur la survie de l’équipage.
Le titre fait référence au voyage du « Beagle » le navire de Charles Darwin. Bien des années plus tard certains s’inspireront de cet autre voyage.
Ainsi alors que le Zorl absorbe le potassium contenu dans le corps des êtres humains, c’est du sodium dont a besoin la créature rencontrée par l’équipage de l’Entreprise dans l’épisode « Star Trek the man trap” »
De même dans le comic Green Lantern (1) Ity l’animal de compagnie extraterrestre d’Hal Jordan se révèle avoir un besoin irrépressible du calcium contenu dans les os des êtres vivants.
Plus connu le cas de l’Alien Ixtl se reproduisant en faisant incuber ses œufs dans le corps des êtres vivants rappellera un certain film d’un dénommé Ridley Scott.
On remarquera que l’époque a conduit l’auteur à peupler le vaisseau spatial d’un équipage entièrement masculin. Pragmatique A.E. Van Vogt a imaginé la castration chimique afin que les hommes voyageant aux confins de l’espace puissent se passer de cette forme de vie étrange appelée « femme ».
Débutée en 1939 l’écriture de cette saga empêchait tout modernisme. Cependant dans « The Mixed man » ‘(1952) (2) A.E. Van Vogt renversera cette tendance machiste en faisant de Dame Gloria Laurr la capitaine du Star Cluster, bien décidée à soumettre ou à anéantir 30 milliards de descendants des Terriens.
Face à la menace pesant sur sa civilisation se dressera Peter Malty un « surhomme », tandis que les menaces pesant sur le « Fureur » devront être contrée par Grosvenor le seul Nexialiste à bord.
Peut-on parler de solitude du héros ou d’une version pessimiste des catastrophes engendrées par des décisions collectives ? En effet si la menace ne peut être contrée que par un seul être disposant de moyens hors-normes quelles seraient dans des conditions similaires les chances d’un simple mortel (en l’occurrence le lecteur) ?

(1) vol 2 # 106 de Denny O’Neill & Mike Grell (1978)
(2) « Mission stellaire »

Damien Dhondt

Auteur : Alfred -Eaton Van Vogt _ La Faune de l’espace _ Titre original : « The Voyage of the Space Beagle » _ Traduction : Jean Rosenthal _ Edition J’ai lu n° 392 _ septembre 2011 _ Réédition, poche, 318 pages _ 7,50 euros






Retour au sommaire