SF Mag
     
Directeur : Alain Pelosato
Sommaires des anciens Nos
  
       ABONNEMENT - BOUTIQUE - FAITES UN DON
Sfmag No104
103
E
n
 
K
i
o
s
q
u
e
s
RETOUR à L'ACCUEIL
BD   CINE   COUV.   DOSSIERS   DVD   E-BOOKS  
HORS SERIES    INTERVIEWS   JEUX   LIVRES  
NOUVELLES   TV   Zbis  
Encyclopédie de l'Imaginaire, plus de 13 000 articles
  Sommaire - Livres -  G - L -  Frissons d’outre-tombe



"Frissons d’outre-tombe"
de
Charlaine Harris

Editeur :
J’ai Lu
 

"Frissons d’outre-tombe"
de Charlaine Harris



Présentation de l’éditeur

" Je crois qu’aujourd’hui je suis tombée sur la pire affaire de ma vie. À la surprise du shérif de Doraville, Sandra Rockwell, j’ai découvert dans sa ville les cadavres de huit jeunes garçons. Et comme d’habitude, ce que les gens ne comprennent pas les effraie... Tolliver et moi nous serions bien tirés d’ici, seulement, au moment de boucler nos bagages, un taré armé d’une pelle m’a expédiée à l’hôpital. A présent, on ne joue plus : un tueur en série court les rues... ".

Avis de Valérie

Après deux tomes agréables à lire mais clairement en dessous du talent actuel de Charlaine Harris, voici enfin un roman qui nous rappelle à quel point elle est apte à nous plonger dans un monde créé de toute pièce (fantastique ou non) avec une agréable facilité.

Nous avions apprécié Harper Connelly pour sa manière si particulière de survivre. Adolescente elle a été foudroyée et n’aurait pas dû en réchapper, si Tolliver (son demi-frère) n’avait pu immédiatement lui administrer les premiers secours.

Suite à cet accident, la jeune femme a développé en même temps que des difficultés physiques le don de découvrir les corps humains. A première vue, on se demande bien à quoi cela peut servir. Vraiment. Pourtant, managée par son frère, elle rend service à des personnes en deuil ou des instances légales pour ou retrouver un disparu ou découvrir la cause du décès.

En effet, elle est capable "d’entendre" les vibrations qu’émettent ces morts et lorsqu’elle est proche d’eux, assiste à leurs derniers moments. Telle personne que l’on a cru assassiné est pourtant mort d’une banale crise cardiaque, telle autre a été empoisonné à son insu, etc. C’est comme ça qu’elle gagne sa vie et celle de son demi-frère.

En arrivant dans la petite ville du sud profond de Doraville, c’est le shérif Sandra Rockwell qui l’accueille, d’une manière relativement ouverte, pour lui demander de rechercher à certains endroits clés plusieurs garçons disparus et pour lesquels aucune enquête n’avait été poursuivie.

Mandatée par la grand-mère aisée de l’un deux, elle va finir par tomber sur un charnier de jeunes hommes assassinés après avoir été violés et torturés. Malgré ses précédentes affaires, la jeune femme n’est pas préparée à voir les derniers moments de ses ados. Ce bouleversement émotionnel va l’ébranler profondément, d’autant qu’elle va être agressée violemment et que ses sentiments ambigus pour son ’frère’, la fragilise énormément.

Le cadre est jeté et l’auteur brode autour une chronique douce-amère, narrée à la première personne. Même si l’intrigue policière est beaucoup mieux construite que les précédentes, à la fois au niveau du suspense mais également de la psychologie des personnages, c’est surtout Harper qui prend enfin l’envergure nécessaire à nous séduire.

Elle ressemble a une petite chose fragile que personne n’aime car trop différente, effrayante par certains côtés. Ceux qui font appel à elle la méprise, se moque jusqu’au moment où ils se trouvent devant le fait accompli et tous ou presque se mettent à la regarder comme une bête curieuse, ou une malediction !

C’est une femme qui est à la fois touchante, mais également peu ’aimable’ car elle ne possède aucune des qualités sociales qui pourraient la rendre agréable. Nous suivons ses pensées que la romancière cisèle de telle manière que l’on en oublie que ce n’est qu’un personnage de fiction. Nous sommes passionnément avec elle, par ses réflexions sur la société, la vie la mort. Nous ressentons ses doutes et ses espoirs...

Le paranormal est toujours présent, mais ce n’est pas le sujet principal, mais l’interaction humaine entre Harper et Tolliver, mais aussi avec Manfred petit fils de la médium, celle plus compliquée avec la police, les suspects, etc. L’ensemble est si bien travaillé que l’on ne se souvient pas s’être ennuyé une seule fois.

Dernière chose, Harper va enfin trouver une épaule amoureuse sur laquelle s’appuyer et là aussi Charlaine Harris arrive à faire des merveilles avec un sujet qui n’était ni évident pour ne pas dire scabreux, ni très sexy.

Du grand, du bon Charlaine Harris, enfin à son sommet avec la série Harper Connelly.

Fiche Technique

Format : poche
Pages : 254
Editeur : J’ai lu
Collection : Darklight
Format : 18 mai 2011
Prix : 8,90 €






Retour au sommaire