SF Mag
     
Directeur : Alain Pelosato
Sommaires des anciens Nos
  
       ABONNEMENT - BOUTIQUE - FAITES UN DON
Sfmag No104
103
E
n
 
K
i
o
s
q
u
e
s
RETOUR à L'ACCUEIL
BD   CINE   COUV.   DOSSIERS   DVD   E-BOOKS  
HORS SERIES    INTERVIEWS   JEUX   LIVRES  
NOUVELLES   TV   Zbis  
Encyclopédie de l'Imaginaire, plus de 13 000 articles
  Sommaire - Livres -  S - Z -  Mission Firefox



"Mission Firefox "
de
Craig Thomas

Editeur :
Livre de poche
 

"Mission Firefox "
de Craig Thomas




Il retrouva le plaisir des premières minutes de vol, cette joie lucide qui le comblait dans son narcissisme froid et calculateur. L’avion le plus extraordinaire qui ait jamais été construit avait rencontré le seul être humain digne de le piloter.

Durant la guerre froide la paix reposait sur un délicat équilibre entre les forces armées de l’OTAN et celles du pacte de Varsovie. Qu’un seul camp prenne l’avantage et le bouleversement du rapport de force risquait d’engendrer une 3° guerre mondiale.
C’est dans ce contexte qu’au sein de l’URSS fut élaboré le Mig-31 (nom de code "Firefox"). Cet intercepteur capable de dépasser Mach 5, invisible au radar et dont l’armement était déclenché par un système de psycho guidage avait pour mission d’anéantir les forces aériennes de l’Alliance Atlantique.
C’est alors que s’élabora au sein des services secrets britanniques un plan audacieux que certains qualifieront de dément. Il s’agissait de dérober l’un des prototypes du MIG-31 et de le faire passer à l’Ouest. Un réseau d’espionnage constitué essentiellement de dissidents soviétiques devait assurer le convoyage jusqu’à la base aérienne de Bilyarsk d’un pilote occidental expérimenté et capable de maîtriser un avion de combat high-tech qu’il n’avait jamais piloté auparavant.
Pour des raisons pratiques ce sera un Américain ayant l’expérience du combat aérien au Vietnam et ayant piloté des MiG-25 "empruntés" (1). Son nom est Mitchell Gant. Malgré ses traumatismes du conflit vietnamien il est envoyé en territoire ennemi où à sa grande perplexité il découvre des Russes prêt à se sacrifier afin qu’il puisse accomplir sa mission.
"- C’est facile à vous de vous indigner, monsieur Gant. Vous êtes américain. Tout ordre qu’on vous donne est un sujet de rancœur n’est-ce pas vrai ? Mais vous, vous êtes un homme libre...Vous êtes libre ! Pas moi. C’est là toute la différence. Si j’éprouve du ressentiment pour les hommes de Londres qui m’ordonnent de mourir, ce n’est rien à côté du ressentiment que j’éprouve pour le KGB !"
L’auteur gallois Craig Thomas (1982-2011) s’est lancé dans le technothriller fortement teinté d’espionnage. Cet ouvrage sera suivi de sa suite immédiate "Firefox Down" (2). Bon nombre de personnages américains, anglais et russes réapparurent par la suite notamment dans "Winter Hawk" (1987) & "A Different War" (1996). Les motivations de Mitchell Gant sont complexes. Le patriotisme n’est jamais mentionnée. Celui qui en consultant en secret son dossier psychiatrique a appris qu’il était un "infirme sentimental" est en fait motivé par le désir de piloter la plus fantastique et monstrueuse machine de guerre jamais conçue.
L’adaptation cinématographique (3) a accentué l’aspect visuel et menaçant de l’avion de combat. Mais la dimension psychologique des protagonistes riche en force et en faiblesse est en fait un des rouages déterminant de l’intrigue.
Tout ceci contribue à une atmosphère aussi glaciale que les geôles de Loubiaka ou celle des glaces de l’océan arctique : angoissant et efficace.

(1) le premier MIG-25 (Foxbat) examiné par les USA est celui de Viktor Belenko qui fit défection en se posant au Japon en 1976. Ce roman écrit en 1977 indique que l’action se déroule quatre ans après la défection de Belenko. Il s’agit donc d’un roman d’anticipation.

(2) datant de 1983 il fut traduit sous le titre "Firefox l’hallali" par les éditions Belfond (1984)

(3) le film "Firefox l’arme absolue" (1982) avec Clint Eastwood

Damien Dhondt

Craig Thomas _ Mission Firefox _ Traduction : Dominique Peters _ Edition Belfond (1980), Edition Livre de poche n°7455 (janvier 1982)






Retour au sommaire