SF Mag
     
Directeur : Alain Pelosato
Sommaires des anciens Nos
  
       ABONNEMENT - BOUTIQUE - FAITES UN DON
Sfmag No104
103
E
n
 
K
i
o
s
q
u
e
s
RETOUR à L'ACCUEIL
BD   CINE   COUV.   DOSSIERS   DVD   E-BOOKS  
HORS SERIES    INTERVIEWS   JEUX   LIVRES  
NOUVELLES   TV   Zbis  
Encyclopédie de l'Imaginaire, plus de 13 000 articles
  Sommaire - DVD -  A - F -  Donkey Punch (Id.) - Edition Blu-ray (France) - Inédit
"Donkey Punch (Id.) - Edition Blu-ray (France) - Inédit "
de Olly Blackburn
 

Avec Robert Boulter, Nichola Burley, Sian Breckin, Jaime Winstone, Julian Morris.
TF1 Vidéo

On pourrait penser que tout est sur la jaquette. Ce n’est pas le cas, presque loin de là même. Mais non pas dans le mauvais sens de la chose, à savoir un bel emballage pour une bande horrifique simplement insupportable comme certains éditeurs vidéo savent si bien le faire. Au contraire, la découverte du film s’avère, au final, meilleure que ce que pouvait laisser supposer une jaquette basiquement racoleuse...
Trois jeunes anglaises ont décidé de passer quelques jours à Majorque pour profiter un max de plaisirs divers et variés et surtout pour remonter le moral de leur copine qui vient de se faire larguer. Lors d’une soirée en ville, leur chemin croise celui de trois garçons, membres d’équipage, avec le frère de l’un d’eux, d’un superbe yacht où ils sont seuls à bord. L’invitation ne se fait pas attendre, et le groupe part au large. Très vite, les inhibitions deviennent des exhibitions, et l’alcool aidant, l’ambiance « flirt » vire aux plaisirs sexuels illimités, incluant même pour l’un des garçons la pratique du « donkey punch », un coup violent porté juste avant l’orgasme à un endroit du corps de sa partenaire et qui selon son pote, l’emmène au septième ciel. Sauf que tout cela tient plus de la légende que de la pratique assidue. Et avant d’être remis d’aplomb sur la chose, le garçon tue la fille. A partir de là, ce qui ne devait être qu’une virée entre jeunes nantis s’en donnant à cœur joie, tourne au cauchemar quand chacun découvre qu’il ne veut pas aller en prison, ni perdre un job en or. Et peu à peu, le civilisé redevient primal, et il sera prêt à tout pour faire disparaitre cette embarrassante preuve, même à tuer mais cette fois-ci, de sang froid...
Terminé depuis deux ans, « Donkey Punch » est une sorte de « Petits meurtres entre amis » croisé avec « Calme blanc », en bien plus violent et sexuel. Car de ce côté-là, Olly Blackburn n’hésite pas à en montrer le plus possible, sans tomber dans le porno. Donc, après une mise en place agréable, on se retrouve en pleine orgie sur l’océan avant de sombrer dans le drame, puis l’horreur absolue quand chacun défend sa peau ou cherche à tuer ce qui va à l’encontre de ses projets, transformant alors le quidam en parfait meurtrier de sang-froid. Et c’est là qu’est la principale qualité du film, celle de nous montrer comment il est facile de devenir un tueur. Et irrémédiablement, « Donkey Punch » rappelle « Petits meurtres entre amis », auquel il fait bien plus référence, contrairement à sa jaquette qui pourrait éventuellement rappeler à tort l’excellent « Paradise lost ». Olly Blackburn s’intéresse de très près à ses personnages, prisonniers d’un yacht en pleine mer, et qui vont peu à peu devenir des loups se bouffant entre eux, et ce jusqu’à un final assez extrême. L’engrenage fatal est bien agencé, allant crescendo vers une situation qui n’épargnera personne, tant physiquement que moralement. En l’état, « Dunkey punch » s’avère donc être une meilleure surprise que prévue, thriller sexy et horrifique, des thèmes qui vont souvent de pair, mais qui dans le cas présent, vont jusqu’à l’extrême, le primal annihilant le civilisé, donnant ainsi naissance aux pires des monstres. Côté Blu-ray, la copie est simplement magnifique, ce qui était absolument indispensable au vu du cadre de l’histoire, Majorque offrant tout de même des charmes naturels indiscutables, bien plus intéressants que les activités des touristes qui s’y rendent plus pour l’éclate qu’autre chose. Par contre, une fois de plus, TF1 Vidéo livre un Blu-ray minimaliste, certes irréprochable quant au film mais dénué de tout bonus comme ce fut le cas pour « Paradise lost », alors que les galettes britanniques sont loin d’être avares en suppléments. Dans le cas de « Donkey punch », il y avait un making-of, des interviews, des scènes coupées, etc... Rien de tout ça ici mais précision qui a son importance quand même : l’édition française de « Donkey punch » est la version non coupée du film. C’est déjà ça, et cumulé à une superbe copie et à un excellent thriller aux limites de l’horreur, « Donkey punch » mérite bien plus d’attention que d’autres inédits. Bon, maintenant, si TF1 Vidéo pouvait nous sortir les Blu-ray de certains grands inédits comme « Rogue » (« Solitaire » ou « Eaux profondes » en vf), on leur pardonnera complètement ces petits défauts...

Film : 8/10
Blu-ray : copie magnifique, format d’origine 1.85, image 16/9ème comp. 4/3 - Bonus : 0/10 : Rien de rien !

St. THIELLEMENT



Retour au sommaire