SF Mag
     
Directeur : Alain Pelosato
Sommaires des anciens Nos
  
       ABONNEMENT - BOUTIQUE - FAITES UN DON
Sfmag No104
103
E
n
 
K
i
o
s
q
u
e
s
RETOUR à L'ACCUEIL
BD   CINE   COUV.   DOSSIERS   DVD   E-BOOKS  
HORS SERIES    INTERVIEWS   JEUX   LIVRES  
NOUVELLES   TV   Zbis  
Encyclopédie de l'Imaginaire, plus de 13 000 articles
  Sommaire - DVD -  S à Z -  Tremors (Id.) - Edition Blu-ray (France)
"Tremors (Id.) - Edition Blu-ray (France) "
de Ron Underwood
 


Avec Kevin Bacon, Fred Ward, Finn Carter, Michael Gross, Reba McIntire.
Universal Vidéo

« Tremors » a vingt ans. On ne dirait pas comme ça mais si. Et dans son genre, il en demeure toujours un des fleurons, la série B à son apogée, un modèle, le genre de films qu’on se revoit de temps en temps avec toujours autant de plaisir. Et ce grand âge joue-t-il en faveur ou non de l’œuvre, surtout au niveau des effets spéciaux, domaine qui prend souvent rapidement un coup de vieux ? Non, aussi incroyable que cela puisse paraitre, ça fonctionne encore. C’est magique, ou plus simplement, c’est dû aux talents conjugués de tous qui ont réussi à faire le mieux avec ce qu’ils avaient. A l’époque, le film avait coûté 11 millions de dollars ; aujourd’hui, il en coûterait le quadruple et ce n’est même pas dit que le résultat serait aussi bon. Non, il y a dans ce film de la passion, du plaisir, des idées, de l’inventivité, bref tout ce qui fait que le résultat fonctionne au-delà des espérances et au-delà du temps...
Val McKee (Kevin Bacon) et Earl Bassett (Fred Ward) sont les deux légendes de la petite ville perdue dans l’ouest américain de Perfection. Ce matin-là, après avoir effectué un ultime petit job sensé leur donner de quoi s’acheter des bières et des clopes, ils découvrent un vieux chasseur mort en haut d’un pylône suite à une terreur sans nom. Et en revenant à Perfection, d’autres faits étranges vont corroborer une réalité inimaginable : des sortes de vers de terre géants ont décidé de sortir de leur antre souterraine afin de déguster de l’être humain, et leurs premières cibles sont tous les habitants de Perfection et ses alentours !
Mélange parfaitement réussi d’humour, d’action et d’horreur (les bestioles sont loin d’être magnifiques, elles bouffent de l’homme et elles puent !), « Tremors » constitua en son temps l’excellente surprise qu’on n’attendait pas, une sorte d’hommage à ces films de monstres de tous poils des années 50, bien différents de ceux qui envahirent les écrans dans les années 80 (inspirés par « Les dents de la mer » ou « Alien »...). Aujourd’hui, le plaisir est le même : les personnages sont tous plus savoureux les uns que les autres (Kevin Bacon et Fred Ward sont excellents, entourés par un couple de fanatiques d’armes hilarant, un vieil épicier à l’affût du moindre dollar à gagner, un adolescent débile, une scientifique qui dévoile ses charmes au fur et à mesure de l’intrigue, etc...), l’unité de lieu renvoie directement aux westerns avec le siège d’un fort en plein désert non pas par les indiens mais par des monstres, et clou du spectacle, les monstres : de gigantesques limaces de terre qui ne pensent qu’à bouffer et qui génèrent de grands moments d’humour tant elles sont débiles (elles bouffent une bagnole, recrachent un poste de radio, se ratatinent la tronche sur des murs, etc...). Et tout cela arrive un jour comme un autre, sans aucune explication, et on l’accepte. Sorti tout droit de l’imagination d’un trio de copains (Ron Underwood et Brent Maddock & S.S. Wilson), « Tremors » constitue un cas un peu à part dans le genre, le film qui pouvait très vite dévier vers une série B poussive sauvée par quelques séquences de monstres, mais qui, porté par la passion qui animait ses créateurs, devint cette perle de série B fantastique. L’édition Blu-ray permet en plus de le revoir dans sa plus belle copie à ce jour, pas parfaite non plus (on ne donnera pas à « Tremors » les mêmes moyens de restauration que pour « Alien »...) mais qui redonne une vraie palette de couleurs dignes de ce nom, et un piqué du détail bienvenu, compensant avec les (très) rares fourmillements de ciel ou du désert en plan large. Pour s’en rendre compte, allez donc sur les bonus voir lors des entretiens quelques passages du film « à l’époque » de la réalisation de ces propos. Lesquels constituent au passage des suppléments vraiment dignes d’intérêts, surtout le long making-of de près d’une heure, réalisé huit ans plus tard (et présent certainement sur l’édition DVD qui arriva suite à la VHS) et qui permet aux scénaristes et à Underwood de revenir sur la genèse du film. Pour la petite histoire, par la suite Underwood signera les excellents « La vie, l’amour, les vaches... » (magnifique titre français de « City slickers ») et le remake de « Mon ami Joe » avec Charlize Theron et Bill Paxton, avant de se vautrer magistralement avec « Pluto Nash » (Eddie Murphy dans l’espace...), ce qui lui vaut maintenant de bosser uniquement à la télévision : Hollywood ne pardonne pas les cruels échecs financiers... Autrement, sur près d’une heure, on passe donc de l’écriture et ses problèmes (« Mais d’où viennent les monstres ? », et S.S. Wilson, grand spécialiste de SF comme il se définit, de répondre : « Soit de la radioactivité, soit d’expériences, soit d’ailleurs, soit de la préhistoire. Ou tout ça à la fois ! ») au tournage, en passant bien entendu sur les anecdotes (Ron Underwood déguisé en femme faute de doublure pour Finn Carter ! Ou une fin originale revue et corrigée suite aux previews du film...) et surtout les effets spéciaux, où on découvre que les spécialistes de la miniature, embauchés par James Cameron et Gale Anne Hurd (productrice de « Tremors ») sur leurs films précédents en commun, firent ici de nouveaux petits miracles ! C’est le summum des bonus, le reste n’étant qu’une petite featurette d’où sont issues par ailleurs les « portraits » de trois des acteurs du film, en fait des interviews sur le tournage ! Mais rien qu’avec cette nouvelle copie, ce support parfait pour une tel film, doté d’un transfert quand même soigné, et ce long making-of, maintenant, c’est certain, l’édition définitive de « Tremors » existe, et elle est en Blu-ray, tout simplement !

Note film : 9/10
Blu-ray : copie excellente, format d’origine 1.85, image 16/9ème - Bonus (vostf) : 9/10 : making-of (53 mn) - featurette d’époque (4 mn) portraits de Kevin Bacon, Michael Gross & Reba McIntire (2 mn chacun).

St. THIELLEMENT



Retour au sommaire