SF Mag
     
Directeur : Alain Pelosato
Sommaires des anciens Nos
  
       ABONNEMENT - BOUTIQUE - FAITES UN DON
Sfmag No105
105
E
n
 
K
i
o
s
q
u
e
s
RETOUR à L'ACCUEIL
BD   CINE   COUV.   DOSSIERS   DVD   E-BOOKS  
HORS SERIES    INTERVIEWS   JEUX   LIVRES  
NOUVELLES   TV   Zbis  
Encyclopédie de l'Imaginaire, plus de 13 000 articles
  Sommaire - DVD -  A - F -  100 Feet (Id.) - Edition zone 2 - Inédit
"100 Feet (Id.) - Edition zone 2 - Inédit "
de Eric Red
 


Avec Famke Janssen, Ed Westwick, Bobby Cannavale, Michael Paré.
Zylo Vidéo

Une honte. On parle du DVD parce qu’autrement, le dernier film du scénariste de « Hitcher » (l’original, le seul, le chef-d’œuvre quoi !), « Near Dark » & « Blue Steel » (tous deux réalisés par Katryn Bigelow, autres chefs-d’œuvre, surtout le premier...), , et réalisateur du sublime « Cohen & Tate » (avec Roy Scheider et Adam Baldwin en tueurs kidnappant un enfant qui va les monter l’un contre l’autre au point de les faire s’entretuer, va enfin peut-être avoir droit à sa sortie DVD, en espérant que ce ne soit pas chez le même éditeur que « 100 Feet »...), de l’excellent « Body parts » (avec Jeff Fahey qui se fait greffer un bras qui ne lui obéit pas vraiment !...), du bon « Bad moon » avec son loup-garou campé par Michael Paré, à savoir donc Eric Red qui, après bien des déboires personnels (il tua accidentellement deux personnes dans un accident de voiture, et tenta de se suicider immédiatement après...), revient enfin au cinéma avec un petit bijou dont il a le secret, une ghost-story en forme de huis-clos. Alors pourquoi parler de honte ? Tout simplement parce que l’éditeur français ose mettre en accroche une référence à une des pires purges qui soit, l’exécrable « Paranormal activity » et ne cite même pas une des nombreuses œuvres maitresses signées Red, en plus de ne donner qu’une copie vidéo en français (mais le magazine Mad Movies en offre une pourvue d’une vostf...), ne respectant même pas le format cinémascope d’origine, que ce soit en vf ou en vostf. Bien entendu, au point où on en est, on ne parle même pas du Blu-ray (un support vidéo que Zylo ne doit pas connaitre, déjà que pour cet éditeur, le DVD est la version sur disque d’une cassette VHS...) mais on y reviendra en fin d’article avec une (plutôt) bonne surprise après avoir confirmé que « 100 Feet » méritait amplement mieux que ce traitement tristement honteux.
Marnie Watson (excellente et magnifique Famke Janssen) est en liberté conditionnelle pour le meurtre de son mari, l’officier de police Mike Watson. Elle rentre chez elle, mais elle devra porter à la cheville un bracelet l’empêchant de s’éloigner de plus de 30 mètres (soit « 100 feet », cents pieds...) d’une alarme qui dès le moindre millimètre d’infraction, alertera son agent de surveillance, ex-collègue de son mari qui ne lui cache pas son mépris. Dès la première nuit, Marnie va être confrontée à la plus terrifiante des réalités : Mike habite toujours la maison, son fantôme est présent, et ce qu’il faisait de son vivant à Marnie, faire de son quotidien un enfer, il va le continuer de l’au-delà. En bien pire...
Comme on le voit, tout repose sur les épaules solides de Famke Janssen. En gros, il n’y a que trois personnages principaux : la femme, le mari et le flic. Aussi improbable que cela puisse paraitre, et comme le dit si bien le personnage de Marnie à un moment donné, comment croire à une telle histoire ? C’est là tout le talent d’Eric Red, qui est de nous mettre en face d’un fantôme psychopathe, aux motivations perverses et criminelles, en continuité avec celles de son vivant, mari extrêmement violent, flic pourri jusqu’à la moelle, et de nous dévoiler une ghost-story originale comme on n’en avait pas vue depuis longtemps. Les apparitions spectrales sont purement terrifiantes (la première, en pleine nuit, est mémorable !), et la personnalité de Mike Watson apparait dans toute son horreur au travers des actes de brutalité perpétrés contre Marnie, avec une séquence d’horreur absolument traumatisante quand il s’en prend à son jeune amant, une boucherie qui permet de lui donner une certaine présence physique quand il est recouvert du sang de sa victime. Mais Red va encore plus loin, et réussit à valider ces moments où la logique est mise à rude épreuve en n’omettant jamais que tout ceci est l’œuvre d’un poltergeist psychopathe qui fera tout pour que de l’extérieur, on ne voit que la folie de sa femme. D’une simple histoire de série B, Eric Red transcende son matériau vers quelque chose de niveau supérieur, tant par la qualité de sa technique (il a déjà prouvé ses qualités au niveau de la réalisation, voir plus haut...) que par le sérieux inébranlable de son histoire. Le mariage est réussi, et fait de « 100 Feet » un excellent petit shocker fantastique, curieusement resté inédit dans les festivals, un retour de qualité pour un cinéaste-scénariste parmi les meilleurs qui soient dans le genre, et qui ne méritait pas un tel traitement pour sa sortie chez nous. Justement, on arrive à la bonne surprise : alors, si le DVD est bien pourri (au vu de ce qu’on est en droit d’attendre d’un DVD...), sur Amazon.fr, l’édition Blu-ray existe, pour moins de dix Euros, avec vf et vostf sans sous-titres mais nanti du format 2.35 avec une image 16/9ème. Bon pas de sous-titres, vu que ce n’est pas non plus du Shakespeare, ça peut aller (même si sur la jaquette, « marnie » se transforme en « Mamie »...). Mais de toutes façons, il y a la vf, et en plus, c’est moins cher que le DVD alors franchement, si vous êtes équipés, faites le bon choix, et oubliez cet affreux DVD.

Note film : 8/10
DVD : copie médiocre, format d’origine 2.35, image recadrée (1.85, 1.78 ?) 16/9ème - Bonus : 0/10 : rien.

St. THIELLEMENT



Retour au sommaire