SF Mag
     
Directeur : Alain Pelosato
Sommaires des anciens Nos
  
       ABONNEMENT - BOUTIQUE - FAITES UN DON
Sfmag No104
103
E
n
 
K
i
o
s
q
u
e
s
RETOUR à L'ACCUEIL
BD   CINE   COUV.   DOSSIERS   DVD   E-BOOKS  
HORS SERIES    INTERVIEWS   JEUX   LIVRES  
NOUVELLES   TV   Zbis  
Encyclopédie de l'Imaginaire, plus de 13 000 articles
  Sommaire - DVD -  M - R -  Robin des Bois (Robin Hood) - Edition Blu-ray (France)
"Robin des Bois (Robin Hood) - Edition Blu-ray (France) "
de Ridley Scott
 

Avec Russell Crowe, Cate Blanchett, Max Von Sydow, Mark Strong, Kevin Durand, William Hurt, Matthew Mcfadyen, Mark Addy, Danny Huston, Lea Seydoux
Universal Vidéo

A l’annonce d’un nouveau « Robin des Bois », le scepticisme fut de mise, même avec les noms de Ridley Scott derrière la caméra et de Russel Crowe en Robin. Pourtant, aujourd’hui, on ne peut que constater une chose : même avec une histoire aussi mondialement connue que celle-ci, il est encore possible de faire du neuf avec du vieux, à condition quand même d’avoir un scénariste digne de ce nom. C’est le cas ici puisqu’il s’agit de Brian Helgeland, « Oscarisé » pour son adaptation de « L.A. Confidential », réalisateur aussi du très bon « Chevalier », de l’excellent « Payback » (sa version, non sortie en salles mais que Mel Gibson a aidé en sortir directement en vidéo, disponible en import DVD et Blu-ray non zoné...), et du mauvais « Purificateur », et donc scénariste d’œuvres telles que « Mystic river » de Clint Eastwood, « Man on fire » & « L’attaque du métro 123 » de Tony Scott, « Green zone » de Paul Greengrass, tout ça après avoir commencé avec le « Cauchemar de Freddy » de Renny Harlin. En ce moment, il bosse sur « Cléopâtre », et juste avant, ce « Robin des Bois », qui n’est autre qu’un « reboot » (une sorte de renaissance, comme « Batman begins » pour « Batman »...) de la légende de ce seigneur anglais devenu hors-la-loi quand le frère de Richard Cœur de Lion accéda au trône. Comme on l’apprend dans les bonus, l’histoire fut d’abord proposée à Russell Crowe, via le producteur Brian Grazer (associé de Ron Howard), qui contacta à son tour (et parce qu’il allait « vivre un rêve de gosse », comme il le dit dans le making-of) Sir Ridley Scott (73 ans depuis quelques jours, et le gars prépare une préquelle à « Alien » !!!), lequel fut intéressé à condition que le scénario fut revu par Helgeland. Grand bien lui fit, au final, ce « Robin des Bois » a du panache, de la puissance, de la prestance, et se révèle parmi les meilleurs adaptés sur grand écran.
Alors que le roi Richard Cœur de Lion est mortellement touché lors d’une des nombreuses batailles qu’il engagea sur le sol français, l’archer Robin Longstride et ses compagnons maraudeurs, déserteurs de cette armée en déroute, tombent sur une embuscade fomentée par un renégat à l’encontre des troupes anglaises. Robin se voit alors donner la mission de ramener l’épée du chevalier Loxley à son père, dans la bourgade de Nottingham. Sur place, il y fait la connaissance de Lady Marianne, épouse du feu Loxley. Et en même temps, il est témoin des actes du prince Jean, frère de Richard Cœur de Lion, et de ses sbires sur le peuple afin de ramener le plus d’impôts possible. L’invasion prochaine par les français va réunir les ennemis pour sauver la couronne britannique en même temps qu’elle sera l’aube de la naissance du plus célèbre héros de la forêt de Sherwood, en lutte contre un Prince Jean définitivement félon accompagné d’un shérif de Nottingham à sa botte, et nanti de tous les pouvoirs pour satisfaire ce régent honteux qui trouvera dorénavant en travers de son chemin Robin des Bois...
Reprenant le mythe plus qu’à la base, Brian Helgeland donne un autre passif au bandit de Sherwood, en fait un archer (très doué) du roi et ses compagnons à la même personnalité que lui, à savoir plus brigands qu’autre chose, voulant rentrer au pays. Ensuite, Robin Longstride garde en lui un certain honneur qui va remonter à la surface quand il va renouer avec son passé et défendre aussi une veuve dont il va tomber amoureuse. Robin n’est pas parfait, mais il reste honnête, et c’est ce que montre cette histoire. Beaucoup furent gênés par l’âge de Crowe, on se demande bien pourquoi, il aurait été plus qu’inconcevable de voir un Robin des Bois soigné, lui qui est d’abord et avant tout soldat, voir mercenaire. De tous ces éléments, en plus d’une page de l’histoire assez curieuse (la France a voulu envahir l’Angleterre ? Ah bon, à vérifier...), Helgeland en a fait un scénario prenant, qui arrive à surprendre et séduire là où on ne s’y attendait pas du tout. Le tout mis en scène par un Ridley Scott qui nous refait certes du « Gladiator » et du « Il faut sauver le soldat Ryan » (l’invasion finale, en pleine mer...) mais avec talent, les scènes de bataille étant impressionnantes, saisissant une époque médiévale des plus réalistes, donnant aux personnages clefs l’importance nécessaire pour que l’ensemble de l’œuvre existe en faisant oublier les précédentes, et en existant à leurs côtés. Pour son édition Blu-ray, le film bénéficie d’un superbe transfert, tant en couleurs qu’en détails, ce dont on n’a jamais douté... Côté bonus, on trouvera quelques scènes coupées (réintégrées en partie dans la version longue director’s cut, qui donne par exemple plus d’importance aux enfants de la nuit...), des études du story-board à l’écran, et enfin un making-of avec de nombreuses interviews, pas langue de bois, comme l’attestent celles de Scott ou Crowe qui avouent leur réelle implication dans un tel projet. Et au final, après plus de deux heures trente d’un excellent film, où on ne voit jamais le temps passer, ces quelques bonus constitueront le lien pour connaitre l’achèvement d’un projet pas des plus évidents mais auquel beaucoup crurent, et qui en plus donna un résultat qu’on ne prévoyait pas, à savoir tout bonnement que ce nouveau « Robin des Bois » est excellent.

Film : 9/10
Blu-ray : copie magnifique, format d’origine 2.35, image 16/9ème comp. 4/3 - Bonus (vostf) : 7/10 : Disc 1 : commentaire audio de Ridley Scott - élaboration des scènes clefs du film. Disc 2 : scènes coupées - making-of - bande-annonce.

St. THIELLEMENT



Retour au sommaire