SF Mag
     
Directeur : Alain Pelosato
Sommaires des anciens Nos
  
       ABONNEMENT - BOUTIQUE - FAITES UN DON
Sfmag No104
103
E
n
 
K
i
o
s
q
u
e
s
RETOUR à L'ACCUEIL
BD   CINE   COUV.   DOSSIERS   DVD   E-BOOKS  
HORS SERIES    INTERVIEWS   JEUX   LIVRES  
NOUVELLES   TV   Zbis  
Encyclopédie de l'Imaginaire, plus de 13 000 articles
  Sommaire - DVD -  A - F -  Détour mortel 3 (Wrong turn 3 : Left For Dead) - Edition zone 2 - Inédit
"Détour mortel 3 (Wrong turn 3 : Left For Dead) - Edition zone 2 - Inédit "
de Declan O’Brien
 


Avec Tom Frederic, Janet Montgomery, Jake Curran, Louise Cliffe.
FPE Vidéo

Un des trucs du moment, c’est de sortir suite au succès d’un film en salles, des séquelles directement pour le marché vidéo. Sur le seul nom du film d’origine, un minimum de succès est assuré, et qu’importe la qualité du produit. « Détour mortel » premier du nom était un survival signé Rob Schmidt (« Crime and punishment in Suburbia », très bonne relecture d’un classique...) qui s’en sortait haut la main, doté d’un très bon casting, d’effets spéciaux issus du studio Stan Winston, gore ce qu’il fallait, terrifiant tout du long par contre. La première séquelle ne valait son coup d’œil qu’avec son prologue gore à souhait. La seconde est la pire, une horreur, le genre de pelloche à vous dégoûter du genre dans les inédits-vidéo du moment.
Un groupe de prisonniers est transféré vers un autre centre par un fourgon. En cours de route, une collision avec un camion situé en plein milieu de la route force le groupe à partir dans les bois. Là, ils vont devoir lutter contre pire qu’eux : un père et son fils, tous deux dégénérés tant physiquement que mentalement et cannibales de surcroit, les prennent en chasse.
Declan O’Brien est un spécialiste de la série Z aux limites du visuellement insupportable. Dans le making-of de « Détour mortel 3 » (en osmose avec le film : inintéressant au possible !), il nous vend son film comme étant une expérience pleine de richesses personnelles qui fut un vrai défi à relever, au vu de la notoriété des deux précédents chapitres, à savoir comment relancer la franchise, le look des « gogols » mangeurs de chair fraiche, les scènes gores, et tutti quanti. Le résultat est affligeant, c’est une série Z dans ce qui se fait de pire, dotée d’un scénario d’une rare débilité (le prisonnier relié par des menottes à un autre, coupe au canif le bras de son comparse mort et ... Le garde avec lui au lieu de l’enlever du second bracelet des menottes !!!), limité par un budget équivalent à celui d’un timbre poste pour une lettre en tarif lent, d’où des décors de misère, des effets spéciaux grand-guignolesques dignes d’un film amateur en super-8, et le tout emballé par un cinéaste qui n’en est pas un, entouré d’acteurs plus ringards les uns que les autres. N’allons pas plus loin : à mettre dans le même panier qu’un « Live animals », à éviter si on veut continuer à apprécier le genre en découvrant des inédits et autres « direct-to-video » digne d’intérêts, et il y en a comme le prouvent « Farmhouse », « Borderland », « Pathology », etc... En attendant ceux à venir.

Note film : 0/10
DVD : copie excellente, format d’origine 1.78, image 16/9ème compatible 4/3 - Bonus (vostf) : 1/10 : making-of.
St. THIELLEMENT



Retour au sommaire