SF Mag
     
Directeur : Alain Pelosato
Sommaires des anciens Nos
  
       ABONNEMENT - BOUTIQUE - FAITES UN DON
Sfmag No105
105
E
n
 
K
i
o
s
q
u
e
s
RETOUR à L'ACCUEIL
BD   CINE   COUV.   DOSSIERS   DVD   E-BOOKS  
HORS SERIES    INTERVIEWS   JEUX   LIVRES  
NOUVELLES   TV   Zbis  
Encyclopédie de l'Imaginaire, plus de 13 000 articles
  Sommaire - DVD -  G - L -  Le Vaisseau de l’angoisse (Ghost Ship) - Edition Blu-ray (France)
"Le Vaisseau de l’angoisse (Ghost Ship) - Edition Blu-ray (France) "
de Steve Beck
 

Avec Gabriel Byrne, Julianna Margulies, Desmond Harrington, Karl Urban, Emily Browning.
Warner Home Vidéo

Avec le Blu-ray, chaque éditeur (res)sort maintenant, en plus des nouveautés, d’anciens titres de son catalogue, parfois avec bonheur, parfois non. L’intérêt de ressortir « Mais où est donc passée la 7ème compagnie ? » en Blu-ray me laisse perplexe. Mais bon, chacun fait ce qu’il veut.... Donc, dans chaque moisson, on peut (re)découvrir des films, confirmer les opinions qu’on avait d’eux... Ou les revoir, et c’est exactement ce qu’il se passe avec ce « Vaisseau de l’angoisse », troisième production de Dark Castle, la compagnie créée par Joel Silver & Robert Zemeckis, vouée aux pures séries B horrifiques (plus quelques autres qui versent dans le polar...). Tout commença assez brillamment avec « The house on haunted hill », avant de se vautrer avec le mauvais « 13 fantômes ». Le troisième projet accepté fut cette histoire de vaisseau fantôme. Il y a huit ans, découvrir « le vaisseau de l’angoisse » en salles ne fut pas un souvenir mémorable. Curieusement, aujourd’hui, cela a changé. Bon, ça ne vaut pas le superbe « Triangle » de Christopher Smith, mais cette seconde nouvelle vision, en plus d’une copie parfaite, permet de réévaluer cette « ghost story » maritime, toujours imparfaite, mais dotée d’une « production design » superbe.
L’équipe du capitaine Sean Murphy est spécialisée dans la récupération des épaves et autres navires à la dérive, qu’ils ramènent à bon port. Une activité à priori simple mais qui s’avère dangereuse la plupart du temps et dont la rémunération constitue la seule raison de continuer, en plus d’une bonne part d’aventures. Fêtant leur dernière mission, ils sont abordés par un pilote d’avion qui dit avoir vu un gigantesque vaisseau sorti des brumes océaniques et qu’il a reconnu d’après de célèbres clichés : il s’agirait de l’Andréa Graza, un paquebot disparu depuis quarante ans. Sceptique, Murphy finit par accepter de se rendre sur place car le vaisseau serait dans les eaux internationales et tout ce qui erre dans cette zone appartient à celui qui le trouve. Ce qui représenterait une véritable fortune. Une fois sur place, ils découvrent bien l’Andréa Graza, rouillé, abîmé, vide. Ou presque car ce qui s’est passé jadis va revivre pour plonger toute l’équipe dans le pire des cauchemars : l’enfer les attend...
D’abord le film : toute la première partie, avec un prologue saisissant où on découvre ce qui s’est passé, en partie, sur le paquebot est simplement ce qu’il y a de meilleur, instaurant une ambiance inquiétante, où franchement, seul l’appât du gain justifie le fait de ne pas s’enfuir (dans le film, hein, parce qu’en vrai, on se serait débiné depuis belle lurette !). Tout cela fortement inspiré par « Shining » pour son hôtel maléfique devenu ici paquebot maléfique, avec apparitions, chambres maudites, esprits vivants, etc... Quand on passe à la chasse au trésor, à savoir à un aspect plus aventure qu’épouvante, « Le vaisseau de l’angoisse » perd de sa prestance et pédale un peu dans la semoule. Et seule l’ultime partie avec son lot de révélations surprises renoue un peu avec ce qu’il y avait de mieux dans le film. Pourtant, autant il y a huit ans, l’avis avait été beaucoup plus sévère dans le mauvais sens, autant aujourd’hui, la critique s’assouplit. Simplement, parce que les histoires de bateaux fantômes fascinent et qu’on en a peu. Ça change. Mais ça se compte sur les doigts d’une main : « Le bateau de la mort », terrifiante petite série B des années 80 avec Richard Crenna, « Le triangle du diable » avec Doug McClure et son voilier dérivant en plein triangle des Bermudes se révélant être le domaine de Satan, et dernièrement, le génial « Triangle » avec là-aussi un paquebot à la dérive sur lequel monte un groupe de naufragés dont le voilier a été brisé par une tempête. Alors, oui, l’histoire est bancale, manquant singulièrement de maitrise pour ne pas dévier vers autre chose que ce que l’on pensait vivre, l’explication finale est dure à digérer (des caisses d’or qui flottent, humm...) mais à côté de ça, les décors sont magnifiques, et une ambiance putride et pourrie règne bien sur l’Andréa Graza. En plus, il faut ajouter que la copie Blu-ray rend plus que justice à cet aspect du film, par une image au piqué parfait, absolument dépourvue du moindre défaut. Ceci explique cela, au bout du compte, on en vient à plus apprécier ce « Vaisseau de l’angoisse » à cette nouvelle vision, peut-être aussi parce qu’il y a un certain ras-le-bol de ces films d’horreur et d’épouvante à la mode « Saw » et que de voir une véritable ambiance fantomatique sur un paquebot, soignée quant à son look, ça change en tellement de bien ! Question bonus, ce ‘est pas la misère, c’est même assez conséquent : plusieurs modules sur le tournage, des interviews, les décors, et les effets spéciaux (dont l’impressionnante scène d’ouverture). Ce qui donne au final une très belle édition Blu-ray, pour un film d’épouvante à redécouvrir avec plus de plaisir que la première fois.

Note film : 7/10
Blu-ray : copie magnifique, format d’origine 1.85, image 16/9ème - Bonus : 6/10 : making-of, interviews, documentaires sur les décors, les effets spéciaux - bande-annonce.

St. THIELLEMENT



Retour au sommaire