SF Mag
     
Directeur : Alain Pelosato
Sommaires des anciens Nos
  
       ABONNEMENT - BOUTIQUE - FAITES UN DON
Sfmag No102
103
E
n
 
K
i
o
s
q
u
e
s
RETOUR à L'ACCUEIL
BD   CINE   COUV.   DOSSIERS   DVD   E-BOOKS  
HORS SERIES    INTERVIEWS   JEUX   LIVRES  
NOUVELLES   TV   Zbis  
Encyclopédie de l'Imaginaire, plus de 13 000 articles
  Sommaire - BD -  The Boys 5 : Je ne vais pas te mentir soldat...

"The Boys 5 : Je ne vais pas te mentir soldat... " de Garth Ennis & Darick Robertson


- Ils voulaient un idiot ?
- L’idée n’était pas d’avoir un génie, mais quelqu’un d’obéissant. Ils ont d’abord envisagé la famille Bush, mais le dernier fils avait réussi à se trancher la tête en jouant avec une tronçonneuse.

Il était temps pour Hughie, le nouveau membre des Boys, d’obtenir des explications concernant les super-héros que son équipe est chargée de contrer lorsqu’ils dépassent les bornes. Mais ceci est lié au monde cauchemardesque dans lequel il vit.
La divergence de cette uchronie s’est produite durant la seconde guerre mondiale. Ce monde parallèle se distingue du notre par deux points distincts. Tout d’abord l’existence de Jonah Vogelbaum un scientifique de génie ayant élaboré un procédé permettant de procurer des super-pouvoirs (1).
Ensuite existe le complexe militaro-industriel Vought American qui durant le dernier conflit mondial a imposé à l’aéronavale américaine son avion de combat V.A.C. F7U Grizzly. La corruption a permis la mise en service de cet avion qui n’était pas encore au point. La capitulation japonaise obtenue grace à la frappe nucléaire a évité un désastre dans le Pacifique.
Lors de la guerre du Vietnam Vought America a récidivé en fournissant aux troupes US son fusil d’assaut ultramoderne M-20 (2), ce qui a permis le massacre du septième régiment de cavalerie aérienne lors de la bataille de Ia-drang (3).
Toujours dans la course aux subventions (et comme les politiciens américains sont très sensibles à la corruption) Vought America s’est lancé dans le super-héroïsme en fournissant des super-équipes subventionnées. Le plus grand symbole du super-héroïsme américain est le Protecteur, censé être venu de l’espace et s’être écrasé enfant dans un champ du Wyoming ( et pas du Kansas). En réalité ce super-humain (super-force, vol, super-sens, vision thermique, toute ressemblance...) a été créé en laboratoire. Il est évident que sa vie familiale différente de celle de Clark Kent a abouti à un ego démesuré. Puis est venu le 11 septembre 2001.
Ce monde parallèle a connu une histoire presque semblable à la nôtre. Sont mentionnés Bobby Kenedy et Lindon Johnson. Mais les dessins représentent les tours intactes du World Trade Center. Par contre on observe que le pont de Brooklinn est détruit et le long flash-back nous renseigne sur l’origine de la tragédie. De plus le business des différentes compagnies rivales de Vought America a abouti à nommer à la Maison Blanche un président compétent et un vice-président beaucoup moins. Exit Georges Walker Bush, voici "Dakota" Bob Shaefer (4) un dur, pourvu en matière grise et hostile aux super-héros, ce qui n’est pas le cas du vice-président au service de Vought American. Aucune mention n’est faite d’un conflit en Irak, par contre une guerre est en cours avec le Pakistan.
Cette réécriture des mythes et de l’Histoire de l’Amérique se révèle riche en détails. L’humour noir cède peu à peu la place au constat de la catastrophe, différente de notre monde, mais tout aussi meurtrière en raison du super-héroïsme.

(1) dans l’univers de Marvel Comics le professeur Abraham Erskine a créé le sérum du super-soldat pour Captain América
(2) le dessin en a fait une copie du fusil d’assaut anglais SA-80 ayant lui aussi connu de nombreux problèmes techniques. Le scénariste britannique évoque ainsi le destin des soldats de sa Majesté envoyés combattre durant la première du Golfe avec un armement inadapté
(3) une nouvelle allusion : le 7° de cavalerie du général Custer a été anéanti à Little Big Horn, alors que les troupes américaines étaient équipées d’un armement récalcitrant à fonctionner en situation de combat
(4) le dessin lui procure une certaine ressemblance avec Georges Bush senior, qui à l’époque avait pour vice-président Dan Quayle aux capacités intellectuelles limitées.

Damien Dhondt

Scénario : Garth Ennis, Dessin : Darick Robertson, Couleurs : Tony Avina _ The Boys, tome 5 : Je ne vais pas te mentir, soldat..._ Episodes originaux : I Tell You No Lie, G.I. "The Boys 19 à 22 " _ Traduction : Alex Nikolavitch, Lettrage : Alessandro Benedetti _ Edition Panini Comics _ janvier 2009 _ Inédit, moyen format, 144 pages couleurs _ 11 euros



Retour au sommaire