SF Mag
     
Directeur : Alain Pelosato
Sommaires des anciens Nos
  
       ABONNEMENT - BOUTIQUE - FAITES UN DON
Sfmag No102
103
E
n
 
K
i
o
s
q
u
e
s
RETOUR à L'ACCUEIL
BD   CINE   COUV.   DOSSIERS   DVD   E-BOOKS  
HORS SERIES    INTERVIEWS   JEUX   LIVRES  
NOUVELLES   TV   Zbis  
Encyclopédie de l'Imaginaire, plus de 13 000 articles
  Sommaire - BD -  Transmetropolitan 6 : Une dernière fois

"Transmetropolitan 6 : Une dernière fois " de Warren Ellis & Darick Robertson


- Aujourd’hui, il y a une nouvelle religion qui nait dans la ville toute les trente-cinq minutes. Et pourtant étrangement, les lance-flammes sont toujours illégaux. Il n’y a pas d’équilibre dans ce patelin.

Voici cinq ans que Spider Jerusalem a remis les pieds en ville. Sa haine envers le président des Etats-Unis l’a conduit à une enquête journalistique personnelle et quelque peu subjective. Mais l’envoi d’assassins, de commandos de chocs et le déclenchement de la loi martiale semble indiquer qu’il avait vu juste.
L’affrontement final entre l’élu du peuple et le journaliste anarchique se déroule dans une atmosphère grandissante de guerre civile.
En outre cet album contient des articles de presse rédigés par Spider Jerusalem et illustrés par un très grand nombre de dessinateurs de comics. Ils présentent des informations pertinentes sur la personnalité du héros à la fois autodestructrice et motivée par la haine.
Accessoirement on trouve l’analyse personnelle de Spider Jerusalem sur l’une de ses deux "sordides assistantes" Yelena Rossini qui le hait profondément. Ceci n’empêche pas Spider de faire l’éloge de celle qui est visiblement apte à prendre sa succession. Quels dégâts pourra t’elle commettre à son tour lorsqu’elle aura à son tour acquis suffisamment d’expérience ?
On remarquera que bon nombre de personnages sont motivés par la haine. Lors de la guerre du Verbe se déroulant en France Spider Jerusalem avait fait l’éloge de la langue anglaise qui communique si bien la haine. Son talent consiste à véhiculer la haine. Aussi il a été satisfait de voir qu’un candidat aux plus hautes fonctions possédait une forte dose de haine, une saine motivation permettant de renverser bien des obstacles.
Bien entendu Spieder Jerusalem hait les politiciens, mais aussi les enfants. Cependant il déteste aussi les adultes parce qu’ils ne s’occupent pas de leurs enfants. On le verra brièvement enseigner avant d’exprimer à nouveaux sa haine pour des rejetons, sans doute parce qu’un jour ils deviendront des adultes haissables : la boucle est bouclée.
Personnage outrancier Spider Jerusalem inspiré du journaliste iconoclaste Hunter Stockton Thompson et graphiquement pourvu de lunettes équipées d’un verre rouge ( allusion au super-héros Nightman de Darick Robertson et Steve Englehart) se révèle un personnage , complexe un homme aspirant à la tranquilité des montagnes, mais n’étant capable d’écrire que dans les villes. Car il adore les cités et leur agitation chaotique générant la haine. Il peut donc y écrire à loisir et contribuer ainsi au chaos ambiant.

Damien Dhondt

Scénario : Warren Ellis, Dessin : Darick Robertson, Ediouardo Rosso, John Cassaday, Glenn Fabry, Steve Dillon, James Romberger, Bryan Talbot, Dave Taylor, Gary Eskine, Tim Bradstreet, Danijel Zezelj, Lea Hernandez, Dave Johnson, Davis Mack, Paul Gulacy, J.H. Williams, MickGray, Igor Kordey, Brian Wood, John Higgins marcelo Frusin, Colleen Doran, Javier Pulido, D’Israeli, Cliff Chiang, Rodney Ramos, Frank Teran, Amanda Coner, Jamie Tolagson, Jimmy Palmiotti, Cully Hammer, Tony Harris, Jim Royal, John McCrea, Chris Weston, Matt howarth, Michael Avon Deming, Cameon Stewart, Steve Pugh, Jacen Burrows, Phil Winslade, Mark Buckingham, Paul Pope, Steve Leber, Jill Thompson, Brian Michael bendis, Judo Winick, Kevin Maguire, Carla Speed McNeil, Eric Shanower, Chris Sprouse, Prentis Rollins, David Lloyd, J. Scott Campbell, Richard Friend, Rodney Ramos, Liam Sharpe, Michael WM. Kaluta, Bill Sienkiewicz, Alex Maleev, Justiniano, Yanick Paquette, Prentis Rollins, Klaus Janson, Guy Davis, Brandon Graham, Darick Robertson, Garry Leachnclok, Encrage : Rodney Ramos, Couleurs : Nathan Eyring _ Episodes originaux : Transmetropolitan 55 & 60 (2004) _ Traduction : Jérémy Manesse, Lettrage : Christophe Semal _ Transmetropolitan tome 6 : Une dernière fois _ Edition Panini Comics, Collection Vertigo Big Books _ mars 2010 _ Inédit, moyen format, 200 pages couleurs _ 29 euros



Retour au sommaire