SF Mag
     
Directeur : Alain Pelosato
Sommaires des anciens Nos
  
       ABONNEMENT - BOUTIQUE - FAITES UN DON
Sfmag No105
105
E
n
 
K
i
o
s
q
u
e
s
RETOUR à L'ACCUEIL
BD   CINE   COUV.   DOSSIERS   DVD   E-BOOKS  
HORS SERIES    INTERVIEWS   JEUX   LIVRES  
NOUVELLES   TV   Zbis  
Encyclopédie de l'Imaginaire, plus de 13 000 articles
  Sommaire - DVD -  M - R -  Mise à prix 2 (Smokin’Aces 2 : Assassins’ Ball) - Edition Blu-ray (France)
"Mise à prix 2 (Smokin’Aces 2 : Assassins’ Ball) - Edition Blu-ray (France) "
de P.J. Pesce
 


Avec Tom Berenger, Vinnie Jones, Tommy Flanagan, Martha Higareda.
Universal Vidéo

Dans les bonus, Joe Carnahan vient défendre ce film, en affirmant qu’il avait envie de reparler de certains des personnages qu’il avait créé pour le premier « Mise à prix ». Mais qu’il souhaitait aussi voir quelqu’un d’autre donner une nouvelle identité au film. Faire une séquelle qui rappelle l’original, qui serait plaisante à découvrir, signée d’un autre pour donner au final un résultat aussi plaisant. Mmouais. On a du mal à cautionner ce que dit Joe, même en appréciant le bonhomme. De « Narc » à « Mise à prix » et en attendant son « Agence tous risques » après qu’il ait perdu « Mission : impossible 3 » (« Avec moi, la femme d’Ethan Hunt mourrait vraiment, Hunt devenait dangereux, mais le studio et Tom Cruise ont préféré prendre une autre direction... Tom en m’en veut pas, je pense même qu’on pourra retravailler ensemble un jour... », disait Joe Carnahan à Cognac il y a trois ans...), « Killing Pablo » (« Ca y est, ça va se faire, on a l’acteur, c’est Christian Bale !... », toujours à Cognac il ya trois ans), « White jazz » d’après le roman d’Ellroy, etc..., Joe Carnahan a prouvé son talent, et c’est même pour ça qu’on attend de voir sa version cinéma de « L’agence tous risques ». Mais pour « Mise à prix 2 », non, il est là pour renflouer le naufrage, nous faire croire à l’impossible, nous appâter, défendre son investissement. Car après l’avoir vu, on ne peut croire qu’il soit sincère quand il avoue aimer cette séquelle.
Walter Weed (Tom Berenger, qui n’est que l’ombre de lui-même, comme beaucoup d’acteurs américains en ce moment, lui qui fut si grand dans « Platoon » et dans l’excellent « Traquée » de Ridley Scott) est une taupe dont la tête est mise à prix à un niveau exorbitant. Les fédéraux le protègent, mais il est déjà trop tard : tout ce que le monde compte de tueurs professionnels arrive des quatre coins du monde pour l’éliminer. Et à ce prix-là, le professionnalisme côtoie souvent l’amateurisme qui pense qu’une puissance de feu est ce qu’il y a de plus intelligent pour remplir un tel contrat. Seul Weed semble s’amuser de la situation, et de la bêtise des uns et des autres...
Autant l’original séduisait par le délire de plus en plus cinglé que créaient tous ces tarés de la gâchette, qu’ils soient du bon ou du mauvais côté de la loi, par rapport à une situation de base à priori anodine, autant cette séquelle joue ouvertement la carte du délire au profit de tout ressort scénaristique. Et de ce fait, « Mise à prix 2 » échoue là où « Mise à prix » réussissait à marier violence, humour cartoonesque, personnages hauts en couleurs, etc... Joe Carnahan est un bon scénariste doublé d’un bon réalisateur. Pour cette séquelle « direct-to-video », les scénaristes ne font qu’appliquer une recette à une histoire qui ne fonctionne jamais. Cadrages bizarres, protagonistes psychopathes, décors miteux (le premier était tourné au lac Tahoe, dans le Nevada ; ici, c’est du studio avec une pièce miteuse faisant office de bureau !) s’y rajoutent, et au final, on a déjà du mal à tout saisir mais en plus, disons-le franchement, on s’en fout à un point !... Pour sauver le navire du naufrage total, il y a ce balafré de Tommy Flanagan (découvert par Mel Gibson dans « Braveheart », un vrai gars du coin de là-bas, tailladé à une sortie de bar local), le plaisir de retrouver cette sale gueule de Vinnie Jones (mais qui n’égale pas sa remarquable r=prestation de « Midnight meat train »), au moins une séquence à sauver vraiment qui est celle du curé (vous comprendrez en la voyant...) et le support Blu-ray qui, « direct-to-video » oblige, sert magnifiquement le visuel du film, tout comme sa bande-son. Mais une fois encore, quand on n’a guère d’intérêt pour le film, hein, ça s’apprécie quand même très modérément. Et quant aux bonus, à part l’aparté de Joe Carnahan, le reste est certes divers et varié mais en même temps au diapason du film... Et du coup, « Mise à prix 2 » prouve aussi que parfois, les séquelles directement faites pour la vidéo ne font pas de la bonne pub pour les inédits vidéo. Sérieusement, revoyez le film déjanté de Carnahan, oubliez celui-ci, vous verrez, vous prendrez un réel grand plaisir comme vous n’en ressentirez jamais à cette (mauvaise) suite.

Note film : 2/10
Blu-ray : copie excellente, format d’origine 1.78, image 16/9ème comp. 4/3 - Bonus (vostf) : 4/10 : commentaire audio du producteur Joe Carnahan et du réalisateur P.J. Pesce - bandes-annonces - scènes coupées - coulisses du tournage avec J. Carnahan - making-of : confessions d’un assassin - les armes du film - les décors - bêtisier.

St. THIELLEMENT



Retour au sommaire