SF Mag
     
Directeur : Alain Pelosato
Sommaires des anciens Nos
  
       ABONNEMENT - BOUTIQUE - FAITES UN DON
Sfmag No106
106
E
n
 
K
i
o
s
q
u
e
s
RETOUR à L'ACCUEIL
BD   CINE   COUV.   DOSSIERS   DVD   E-BOOKS  
HORS SERIES    INTERVIEWS   JEUX   LIVRES  
NOUVELLES   TV   Zbis  
Encyclopédie de l'Imaginaire, plus de 13 000 articles
  Sommaire - DVD -  M - R -  Parasites (Growth) - Edition zone 2 - Inédit
"Parasites (Growth) - Edition zone 2 - Inédit "
de Gabriel Cowan
 


Avec Mircea Monroe, Brian Krause, Christopher Shand.
Free Dolphin Vidéo

Un des sélectionnés de la section « Inédits Vidéo » de Gérardmer 2010, grand crû au passage puisqu’on y trouva un petit (presque) chef-d’œuvre, « House of the devil » à qui le prix échappa au profit de l’excellent « Inside » (qui sort en Blu-ray début Juillet). Et « Parasites » alors ? Plutôt une bonne surprise, déjà vue certes, mais bien troussée, ce qui pour un inédit vidéo est un énorme gage de qualité au vu des navets et autres pouilleries qui abreuvent les vidéo-clubs avec d’alléchantes (et encore...) jaquettes.
Vingt ans auparavant, une expérience fut menée sur l’Île de Cuttyhunk avec la création d’un parasite qui devait décupler les capacités physiques et intellectuelles de l’être humain. Mais comme toute expérience, elle échappa au contrôle de ses géniteurs et quasiment l’entière population de l’île fut décimée. Parmi les survivants, Jamie qui vit sa mère mourir. Aujourd’hui, Jamie revient avec son petit ami et son demi-frère pour vendre la maison de son enfance. Ce retour va réveiller le passé, leur faire découvrir les secrets les plus enfouis de Cuttyhunk, en même temps qu’une nouvelle vague de parasites frappe de nouveau l’île, attaquant toute personne passant à leur portée. En luttant contre ce fléau, Jamie va alors découvrir la plus horrible des vérités, faisant d’elle l’être humain à éliminer coûte que coûte tant pour les notables responsables de l’autorisation de ce projet que pour les parasites qui veulent traverser la mer pour attaquer le continent.
La première compétition vidéo avait vu une sympathique série B au sujet voisin gagner le Prix, « Eclosion », et l’invasion de cafards très belliqueux sur une petite île. Le choix du lieu est important, car il concentre l’action sur un lieu bien défini, élément pratique pour un film dont le budget est limité. Mais ceci n’empêche pas cela, quand derrière, il n’y a pas de talent, avec ou sans argent, le résultat peut-être catastrophique. A l’opposé, pas de fric, mais du savoir-faire, des idées, et on obtient une série B digne d’intérêt. Ce qui se révèle être le cas de « Parasites », qui ne fait guère dans l’originalité (le coup des parasites sous la peau, on connait avec « Night of the creeps », « La nuit des vers géants », etc...) mais qui a le mérite de très bien se tenir du moins pendant les deux tiers du film. Bien filmé, avec des effets spéciaux convaincants, un scénario qui avance en territoire connu donc mais avec une bonne maitrise du sujet, de sa mise ne place et de ses personnages, « Parasites » se laisse agréablement suivre... Jusqu’à ce que le film vire de style et plonge en pleine série Z. Et là, ça chute de quelques crans. Pourquoi donc ce soudain virage ? Raison inconnue, mais là où le film se permettait de bien mener son suspense jusqu’à un final qui aurait pu être l’annonce d’une apocalypse prochaine, on se retrouve avec un savant fou, des mutations, bref des éléments qui annihilent la force relativement conséquente du film depuis son début. Malgré tout, on arrive jusqu’au bout, avec moins d’entrain qu’avant. La pilule passe moins bien, mais au final, « Parasites » parvient à gagner ses galons de bonne série B, qui aurait pu être meilleure avec une dernière partie plus maitrisée et maintenue dans l’esprit de ce qui venait de précéder. Niveau bonus, pour un inédit, on est quand même bien servi malgré le discours convenu de chaque module, en commençant par un making-of très conventionnel, que suit un petit documentaire sur le tournage d’une scène-clef en Corée, par ordinateur interposé (justifié par un attrait financier) et trois scènes coupées qui n’apportent rien du tout. Ce qui au final donne l’intérêt au film, plus qu’au DVD, chose rare, mais qui se doit d’être mentionnée pour un inédit vidéo.

Note film : 6/10
DVD : copie excellente, format d’origine 2.35, image 16/9ème - Bonus : 4/10 : making-of - tournage en Corée - scènes coupées - bande-annonce.

St. THIELLEMENT



Retour au sommaire