SF Mag
     
Directeur : Alain Pelosato
Sommaires des anciens Nos
  
       ABONNEMENT - BOUTIQUE - FAITES UN DON
Sfmag No102
103
E
n
 
K
i
o
s
q
u
e
s
RETOUR à L'ACCUEIL
BD   CINE   COUV.   DOSSIERS   DVD   E-BOOKS  
HORS SERIES    INTERVIEWS   JEUX   LIVRES  
NOUVELLES   TV   Zbis  
Encyclopédie de l'Imaginaire, plus de 13 000 articles
  Sommaire - BD -  Blazer Drive 1 & 2

"Blazer Drive 1 & 2 " de Seisji Kishimoto


- Un valeureux héros de manga comme toi...faire une chose aussi basse ...

Bienvenue à Néo Tokyo. Cette ville écologique a abandonné toutes les sources d’énergie polluantes. À la place la population utilise des stickers d’énergie appelés Mystickers, d’où la disparition de certaines menaces comme le réchauffement climatique, mais également l’apparition de nouveaux dangers. Car les mystickers deviennent un enjeu, ainsi que des armes entre des mains pas toujours honnêtes. Ainsi suite à une altercation le jeune Daichi (" le type qui se prend pour le chef") s’est retrouvé avec un sticker collé sur son pantalon, plus précisément à l’endroit de son anatomie qui lui sert à s’asseoir ( précisons qu’il s’agit d’un mysticker du feu). Heureusement son amie Misora vient de coller juste à temps un mysticker de glace au même endroit.
Mais voici que les choses se compliquent brusquement. Car s’il faut coller un mysticker sur un objet pour provoquer une réaction, il existe des humains appelés Blazers qui peuvent contrôler les mystickers placés sur leur propre corps.
D’où la formation de deux factions antagonistes. Les Blérants (Blazers errants) ont choisi la voie du crime et ceci en étant proches de grandes entreprises et du gouvernement ( toute référence aux yakusas étant purement fortuite). Leurs adversaires sont les Guardians. Parmi ceux-ci se trouve Kuroki possédant une épée noire nommée Necromancer et possédant le pouvoir de dévorer des d’âmes ( ne serait-ce pas une allusion à un personnage de Michael Moorcock ?).
Ayant rejoint les rangs des Guardians Daichi doit mûrir très vite. Ce shônen avec un arrière-plan traitant de l’écologie met en évidence les ( nombreux) défauts du héros qui acquiert rapidement le sens des responsabilités.
La représentation de la ville futuriste avec ses canaux à étages et la végétation ambiante permet de constater que le dessin de Seishi Kishimoto (1) s’est amélioré depuis "Satan 666" (2).

(1) le frère jumeau du mangaka Masashi Kishimoto (Naruto) d’où des ressemblances de style
(2) édition Kurokawa

Damien Dhondt

Scénario & Dessin:Seishi Kishimoto _ Blazer Drive tomes 1 à 2 _ Traduction : Olivier Sart Lettrage : Sylvie Naddéo-Deloche _ Edition : Kurokawa _ mars 2010 _ Inédit, poche, sens de lecture japonais, 192 pages _ 6,50 euros



Retour au sommaire