SF Mag
     
Directeur : Alain Pelosato
Sommaires des anciens Nos
  
       ABONNEMENT - BOUTIQUE - FAITES UN DON
Sfmag No104
103
E
n
 
K
i
o
s
q
u
e
s
RETOUR à L'ACCUEIL
BD   CINE   COUV.   DOSSIERS   DVD   E-BOOKS  
HORS SERIES    INTERVIEWS   JEUX   LIVRES  
NOUVELLES   TV   Zbis  
Encyclopédie de l'Imaginaire, plus de 13 000 articles
  Sommaire - BD -  Black Summer

"Black Summer " de Warren Ellis & Juan José Ryp


- On ne peut pas se pointer et tuer le président parce qu’on n’apprécie pas son boulot.

Jusqu’où peut aller pour rendre la justice ? Lorsqu’un pays est dirigé par quelqu’un qui a été élu par une minorité, mais qui a réussi à voler deux élections, doit-on considérer qu’il s’agit encore d’une démocratie ou d’un hold-up à l’échelle d’un Etat ? Lorsqu’un dirigeant attaque sans raison valable un autre pays grâce à des preuves falsifiées et que cette guerre engendre des centaines de milliers de morts dans la population civile, le chef d’Etat qui a déclenché ce conflit est-il un imbécile ou un criminel de guerre ?
Mais en ce cas doit-il être sanctionné ? Pour certains la réponse est oui. Aussi en ce 3 juillet 2006 c’est couvert du sang de Georges Walker Bush 43° président des Etats-Unis que le super-héros John Horus annonce qu’il a rendu justice et qu’il réclame des élections libres.
John Horus est membre du groupe "Seven Guns". Il y a des années ces geeks dotés d’une conscience sociale et politique ont élaboré des améliorations cybernétiques afin de sauver leur ville des trafiquants de drogue, des policiers corrompus et des sociétés de sécurité privées.
Ces collègues ignoraient tout de ses projets. Néanmoins ce qui reste du gouvernement américain estime qu’ils constituent un danger potentiel. Aussi dans un but préventif l’U.S. Army investit la ville américaine qu’ils habitent. Chars, hélicoptères de combats, artillerie et fantassins ouvrent le feu au sein d’une ville américaine.
Il est possible de considérer la réaction des forces armées américaines comme une allégorie de l’opération en Irak. D’ailleurs un général américain fait le parallèle entre l’offensive qui lui a été demandé et l’incohérence de la dernière Guerre du Golfe. Dépourvu de tout discours politique quant à la légitimité de l’action il constate en professionnel que les faibles moyens employés ne permettent pas d’obtenir un résultat et que cela ne fait qu’ajouter de l’huile sur le feu.
De l’autre côté une super-héroïne qui est également historienne légitime la résistance armée. Faisant référence à la constitution américaine, aux milices et à la peine de mort son discours est parfaitement cohérent.
Allant plus loin elle compare son propre pays à l’Allemagne nazie et s’il n’y a pas encore de chambre à gaz il existe déjà un camp de concentration (Guantanamo).
Et alors que Juan José Ryp nous offre des scènes de combat se traduisant par une vision apocalyptique de cadavres déchiquetés, de véhicules détruits, de douilles et de poubelles renversées Warren Ellis nous offre une fois de plus une saga incitant à la réflexion (1).

(1) le scénariste Ryne Pearson ("Prédictions") travaille actuellement sur une adaptation cinématographique de Black Summer

Damien Dhondt

Scénario : Warren Ellis, Dessin : Juan José Ryp, Couleurs : Mark Sweeney & Greg Waller _ Black Summer _ Traduction : Eric Betsch _ Edition : Milady, collection : Mylady Graphics _ novembre 2009 _ Inédit, moyen format, 192 pages couleurs _ 14 euros



Retour au sommaire