SF Mag
     
Directeur : Alain Pelosato
Sommaires des anciens Nos
  
       ABONNEMENT - BOUTIQUE - FAITES UN DON
Sfmag No105
105
E
n
 
K
i
o
s
q
u
e
s
RETOUR à L'ACCUEIL
BD   CINE   COUV.   DOSSIERS   DVD   E-BOOKS  
HORS SERIES    INTERVIEWS   JEUX   LIVRES  
NOUVELLES   TV   Zbis  
Encyclopédie de l'Imaginaire, plus de 13 000 articles
  Sommaire - Livres -  S - Z -  La Voie des Furies



"La Voie des Furies "
de
David Weber

Editeur :
L’Atalante
 

"La Voie des Furies "
de David Weber



Le bouclier du Canaan se fissura et le croiseur disparut dans un tourbillon de lumière et de plasma ; les yeux d’Alicia DeVries évoquaient deux blocs infernaux d’émeraude. Une violence orgiaque se déchaîna en elle, plus brillante et torride que le brasier du Canaan. Elle fondit sur elle comme un requin sur sa proie, le hacha menu dans un tourbillon de haine, et sa démence jaillit hors de son esprit comme une puanteur.

Lorsque la flotte impériale est survenue sur les lieux du carnage, la population des 41000 habitants de la planète colonisée n’était plus composée que de 306 survivants. La violence des pirates de l’espace n’a pas constitué une surprise. Plus étonnant a été la découverte des cadavres de 25 d’entre eux autour du corps d’Alicia DeVries. Après réflexion il n’est pas étonnant qu’une ancienne capitaine du Cadre impérial, rompue aux techniques de commando et au corps boosté par des implants ait pu vaincre ceux qui venaient de massacrer sa famille. Mais c’est alors qu’a été constaté l’impossible. Alicia DeVries était en vie, ayant survécu à ses blessures et à des températures polaires pendant une semaine. La survie du capitaine DeVries ne peut résulter que de l’intervention d’un inconnu.
Survivante de l’antiquité terrienne Tisyphone, l’une des trois Furies de la mythologie a reconnu en la jeune femme un possible lien avec cet univers. Son esprit étant compatible avec le sien, elle va l’accompagner et mettre ses talents à son service dans sa soif de vengeance.
Bien que ne se déroulant pas dans le même univers ce one-shot écrit juste avant la série de space-opéra Honor Harrington présente plusieurs similitudes avec la vaste saga.
On y trouve une minorité incapable de s’adapter aux récepteurs neuraux ( son équivalent étant la méthode médicale de régénération des organes qui n’est pas applicable à des personnes comme Honor Harrington ou Lady Alexander l’épouse du Comte de Havre-Blanc), la trahison des supérieurs de l’héroïne qui refusent de chatier le coupable (Pavel Young l’ennemi d’Honor), le corps des mercenaires spatiaux ( l’empire andermien a été fondé par le mercenaire Gustav Anderman) et l’utilisation par les pirates de vaisseaux n’apparaissant plus sur les registres ( cf. la Confédération Silésienne).
L’irruption de créatures mythologiques dans un univers de science-fiction peut surprendre, mais après tout l’équipage de l’USS Enterprise a bien rencontré Apollon (1). Cependant lorsque les membres de la Flotte impériale détrouvent les corps des pirates ils peuvent en identifier certains. La survie d’Alicia pendant une semaine dans le froid glacial est théoriquement impossible, de même lorsqu’elle évoque l’existence d’une Furie. Une conclusion logique serait que les corps des pirates ont été déposés sur place pour aiguiller l’enquête sur une fausse piste. Alicia aurait eu ensuite la mémoire modifiée, avant d’être déposée sur place récemment. Ceci expliquerait qu’elle ait survéçu....et personne n’envisage cette possibilité.
Il aurait été plus judicieux pour l’auteur de laisser un doute en ce qui concerne l’existence réelle de la Furie.

(1) cf. l’épisode de la série TV Star Trek "Pauvre Apollon" ("Who mourns for Adonais ?")

Damien Dhondt

David Weber _ La Voie des Furies _ "Path of the Fury" (1992) _ Traduction : Frank Reichert _ Edition : L’Atalante _ septembre 2007 _ Inédit, moyen format, 480 pages _ 20 euros






Retour au sommaire