SF Mag
     
Directeur : Alain Pelosato
Sommaires des anciens Nos
  
       ABONNEMENT - BOUTIQUE - FAITES UN DON
Sfmag No104
103
E
n
 
K
i
o
s
q
u
e
s
RETOUR à L'ACCUEIL
BD   CINE   COUV.   DOSSIERS   DVD   E-BOOKS  
HORS SERIES    INTERVIEWS   JEUX   LIVRES  
NOUVELLES   TV   Zbis  
Encyclopédie de l'Imaginaire, plus de 13 000 articles
  Sommaire - DVD -  G - L -  L’attaque du métro 123 (The Taking Of Pelham 123) - Edition Blu-ray (France)
"L’attaque du métro 123 (The Taking Of Pelham 123) - Edition Blu-ray (France) "
de Tony Scott
 

Avec Denzel Washington, John Travolta, James Gandolfini, John Turturro
SPHE Vidéo

Dans le commentaire audio, fort intéressant pour une fois au point de se laisser aller à revoir le film en entier avec en sus le timbre vocal rugueux de Tony Scott, ce dernier appuiera bien sur le fait que son film n’est pas un remake mais une autre version. Pour Scott, un remake, c’est ce que Gus Van Sant a fait avec « Psychose ». Il n’a pas tort du tout, l’étiquette remake étant inappropriée pour l’ensemble des films catalogués ainsi. Dans le cas présent, un classique du polar urbain américain du début des années 70, souvent le creuset des meilleurs crûs du genre, à savoir « Les pirates du métro » en français (en anglais, c’était déjà « The taking of Pelham 123 ») ou le chef des braqueurs était Robert Shaw, le gars du métro Walter Matthau et ce dernier était d’une vulgarité sans limites durant tout le film, ce qui constitue une des références majeures de l’œuvre qui en soi, est savoureuse de ce point de vue, sympathique quant à son intrigue (un piratage de ligne de métro à New-York) mais pas non plus extraordinaire au final. Ca aussi, Scott le pense et le dit. Bon, allez, on passe au « nouveau » film...
En plein cœur de New-York, un certain Ryder prend en otage entre deux stations une rame de métro. Il réclame dix millions de dollars de rançon et laisse une heure aux autorités pour la réunir. En interlocuteur au sein du PC du métro, Walter Garber, ex cadre redevenu suite à une affaire de pots de vin simple aiguilleur, va converser avec Ryder jusqu’à ce que la rançon soit réunie. Etrangement, un échange va s’opérer entre les deux hommes qui les verra mener jusqu’au bout la transaction, Garber devenant même celui qui portera la rançon directement dans la rame du métro 123.
Oublions le film d’origine. « L’attaque du métro 123 » a été scénarisé par Brian Helgeland (souvent capable du meilleur : « Man on fire » déjà de Scott, « Payback » avec Mel Gibson qu’il réalise, du moins le version dite « director’s cut », « L.A.Confidential » pour lequel il obtint l’Oscar d’un scénario adapté d’un roman, mais aussi capable du pire : « Cirque du freak » et son nullissime « Prédicateur ») que Scott reconnait comme presque un membre de sa famille, qu’il devait réaliser puis qui fut proposé à Tony Scott qui accepta, Helgeland partit alors sur un autre projet avant de revenir. Hé ben ! Bon, pour Scott, pas de doutes, le film sera tourné à New-York. Et sous son œil, « L’attaque du métro 123 » devient une grosse série B ultra-nerveuse, parfois spectaculaire, bien menée, remarquablement bien agencée (l’espace-temps est respecté, l’intérieur du PC du métro lui permet de bien décider du rythme qu’il veut donner au film tout en rendant limpide ce lieu complètement fou). En plus, Scott fait réellement de New-York un personnage à part entière, aussi important que ses principaux protagonistes. L’ensemble finit par constituer un excellent thriller urbain, auquel même les réserves avancées par les détracteurs (et fans de l’original) ne font pas le poids. Denzel Washington se transforme en super-héros ? A la base, son personnage est un vieux de la vieille, connaissant le métro par cœur, devenu un négociateur commercial haut de gamme. C’est plus conventionnel qu’avant ? Et alors, c’est une nouvelle version servie par le professionnalisme chevronné de Scott. Travolta cabotine ? Ah, pas vraiment, il est en osmose avec son rôle. Et au bout du compte, et encore plus à la seconde vision, ce « Taking of Pelham 123 » (le nouveau titre français ne le fait pas...) constitue donc une excellente surprise, et une nouvelle réussite de Tony Scott. Lequel revient donc sur son film lors d’un commentaire audio (sous-titré français) stimulant, bourré de références et d’anecdotes, passionnant en tout. En complément, on a un autre commentaire audio où les propos de Brian Helgeland constituent ce qu’il y a de plus intéressant. Et pour finir, des petits modules sur le tournage du film, où on voit Tony Scott en costume de travail : casquette, gilet de baroudeur, cigare « barreau de chaise », cool mais précis. Pour une excellente soirée cinéma, pas de problème : (re)découvrez « L’attaque du métro 123 », laissez vous emmener derrière le rideau pour une sacrée bonne leçon sur le genre. Comble de bonheur, la copie est absolument superbe, respectant le look urbain souhaité conjugué au style Scott, belles images et montage serré, pas cauchemardesque comme dans « Domino » (pas mal mais je comprend qu’on n’aime pas !). Un remake qui n’en est pas un, mais un excellent thriller d’action très « old school » parfois, mais qui entre des mains expertes, fait beaucoup de bien.

Note film : 9/10
Blu-ray : copie magnifique, format d’origine 2.40, image 16/9ème - Bonus (vostf) : 10/10 : commentaires audios du réalisateur, et du producteur et duscénariste - making-of - documentaires : le métro, la stylisation du film, le marketing.

St. THIELLEMENT



Retour au sommaire