SF Mag
     
Directeur : Alain Pelosato
Sommaires des anciens Nos
  
       ABONNEMENT - BOUTIQUE - FAITES UN DON
Sfmag No105
105
E
n
 
K
i
o
s
q
u
e
s
RETOUR à L'ACCUEIL
BD   CINE   COUV.   DOSSIERS   DVD   E-BOOKS  
HORS SERIES    INTERVIEWS   JEUX   LIVRES  
NOUVELLES   TV   Zbis  
Encyclopédie de l'Imaginaire, plus de 13 000 articles
  Sommaire - Livres -  S - Z -  Honor Harrington 11 : Coûte que coûte



"Honor Harrington 11 : Coûte que coûte"
de
David Weber

Editeur :
L’Atalante
 

"Honor Harrington 11 : Coûte que coûte"
de David Weber




- Vous voulez mettre le lieutenant Chernitskaya dans la confidence ?
- Bien sûr. C’est notre oifficier tactique, après tout. Et je suis gêné de voir tant d’innocence et si peu de fourberie chez un officier aussi gradé et talentueux qu’elle. Il est temps que nous commencions à l’initier à la nature véritablement sournoise de notre profession.

Le gouvernement totalitaire de la République du Havre a été renversé. Le long conflit spatial contre le Royaume Stellaire de Manticore aurait du cesser. Mais la modification de fichiers diplomatiques et le manque de confiance réciproque ont provoqué une poursuite de la guerre entre ces deux démocraties. Les vaisseaux spatiaux continuent de s’affronter à coups de missiles et d’armes à énergie.
Pour la flotte royale de Manticore la situation est critique. L’incompétence du précédent gouvernement a provoqué des pertes considérables dans les navires comme dans les chantiers spatiaux. De plus la République d’Erewhon est passée du statut d’allié à neutre, tout en se rapprochant de la République du Havre pour laquelle elle a procédé à un transfert de technologie. Ceci joint aux innovations de l’amirale Shannon Foraker permet de rapprocher les performances des armes des deux camps. Alors que la supériorité technologique de Manticore s’effrite, la supériorité numérique havrienne prend de l’ampleur. Réduite à la défensive la Flotte Royale Manticorienne décide de faire appel à celle qui a été surnommée "La Salamandre". L’amiral Honor Harrington reçoit pour mission de procéder à des raids au coeur de l’espace havrien, seul moyen de ralentir les progrès de l’ennemi.
La tragédie est à l’oeuvre car il n’y a plus de méchants dans cette guerre. Les deux camps qui connaissent des pertes considérables en vaisseaux et en membres d’équipage ne cherchent pas à conquérir, mais à forcer l’adversaire à la paix.
Parallèlement une troisième force oeuvre dans l’ombre. Par corruption, intimidation, assassinat et manipulation mentale les dirigeants de Mesa font tout pour la poursuite de la guerre. Ces êtres génétiquement améliorés, se voyant comme la race supérieure appelée à gouverner la galaxie et organisant clandestinement le trafic d’esclaves génétiquement modifiés, font tout pour que leurs adversaires potentiels s’autodétruisent.
La présentation de cet ennemi machiavélique est intéressante. On apprend qu’ils ont été élaborés dans la lignée des Scrags ukrainiens lors de la Guerre Finale sur Terre ( équivalent des Guerre Eugéniques de l’univers Star Trek). De même nous
obtenons des informations sur les ancêtres maternels d’Honor qui s’opposèrent à des généticiens peu scrupuleux.
Cette saga se base sur des explications scientifiques cohérentes. Ainsi les vaisseaux spatiaux peuvent dépasser la vitesse de la lumière en franchissant des trous du ver naturels dont le contrôle est devenu un enjeu stratégique. La puissance des vaisseaux ne se manifeste pas par leur vitesse, mais par leur capacité d’accélération. Dans le vide spatial l’absence d’atmosphère ne peut les ralentir et les vaisseaux peuvent accélerer jusqu’à ce qu’ils atteignent la limite de la vitesse de la lumière. Pour contrer l’augmentation de la gravité ont été élaborés des compensateurs d’inertie. Au cours d’une bataille relaté dans cet ouvrage un croiseur subit des dommages à son compensateur qui lache subitement. Le navire demeure presque intact, mais son équipage passe soudainement de 1 G à plus de 600 gravités. De même est évoqué le danger de missiles se déplaçant à la vitesse proche de celle de la lumière à proximité de planètes peuplées de plusieurs milliards d’habitants. Un impact cinétique à haute vélocité pourrait anéantir toute vie sur la planète.
La mention de la tragédie passée connue sous le nom de "Massacre d’Epsilon Eridani" souligne la menace d’apocalypse qui plane sur les populations civiles.
Cette saga de space-opéra accentue la démesure dans les affrontements. On observe l’incrédulité des responsables de la détection qui constatent que des dizaines de milliers de missiles leur foncent dessus ou que les nouvelles armes secrètes de l’ennemi ne semblent plus obéir aux lois physiques connues.
Malheureusement certains des faits évoqués lors de la description du contexte appartiennent à l’honorverse. Ils ont été présentés dans une série de romans élaborés par d’autres auteurs ( dont un certain Timothy Zahn !). Mais ils ne sont pas traduits en français.
Plus grave le roman de David Weber "L’ombre de Saganami" se déroule chronologiquement au milieu de "Coûte que coûte". Les évènements de "L’ombre de Saganami" qui vont apporter des modifications sensibles au contexte géo-politique sont d’ailleurs relatés et résumés dans le deuxième volume du tome 11, alors que les éditions L’Atalante doivent publier ce roman en février 2010. Pour préserver la surprise je vous suggère donc de lire le premier volume de "Coûte que Coûte" puis de passer à "L’ombre de Saganami", avant de lire le second volet du tome 11.

À signaler la venue d’un nouvel illustrateur pour les couvertures : http://www.genkis.fr

Damien Dhondt

David Weber _ Honor Harrington, tome 11 : Coûte que coûte ( 2 volumes) _ "Honor Harrington : Att All Costs" (Traduction : Florence Bury) _ Couverture : Genkis _ Edition L’Atalante, Collection la Dentelle du Cygne _ décembre 2009 _ Inédit, moyen format, 580 pages _ 21 euros






Retour au sommaire