SF Mag
     
Directeur : Alain Pelosato
Sommaires des anciens Nos
  
       ABONNEMENT - BOUTIQUE - FAITES UN DON
Sfmag No102
102
E
n
 
K
i
o
s
q
u
e
s
RETOUR à L'ACCUEIL
BD   CINE   COUV.   DOSSIERS   DVD   E-BOOKS  
HORS SERIES    INTERVIEWS   JEUX   LIVRES  
NOUVELLES   TV   Zbis  
Encyclopédie de l'Imaginaire, plus de 13 000 articles
  Sommaire - Cinéma bis et culte -  Crank 2 : High Voltage

"Crank 2 : High Voltage" de Brian Taylor et Mark Neveldone


un film sous haute tension

Jason Statham recharge ses batteries.
Nouvel opus du duo de réalisateurs complètement décalé. Brian Taylor et Mark Neveldone redonnent vie à leur héros déjanté.

Synopsis :
Chev Chelios n’est pas mort après sa chute d’hélicoptère qui clôt le premier Crank et ouvre cette suite, mais le sort semble s’acharner sur lui, des membres de la Triade viennent récupérer son corps après l’impact. Une fois réveillé Chev se retrouve entre les mains d’un docteur fou qui lui prend son cœur et en transplante un artificiel. Le problème : il doit souvent être rechargé. Une course contre la montre s’engage pour retrouver son organe.

Du burlesque au n’importe quoi :
Le synopsis de ce film permet aux réalisateurs de mettre en scène leur plus gros délire. Ainsi, leur héros passe son temps à trouver une source pour recharger ses batteries : doigts dans l’allume cigare, câble de haute tension pris à pleine mains, câbles de batterie reliés à sa voiture, friction du corps contre un autre, pour citer que cela. Des personnages tout aussi dingues que Chev Chelios croisent sa route dans des scènes rocambolesques. Undanseur efféminé qui veut venger la mort de son frère, ce crime avait eu lieu dans le premier Crank, ses mouvements sont incontrôlés à cause d’une maladie. Toute une série de femmes de petites vertus, l’une d’elles sorte d’hystérique frénétique est follement amoureuse de Chelios.

De multiples clins d’œil :
Une référence aux films japonais, mettant en scène un monstre en noir et blanc de type Godzilla, apparaît quand Chev se bat avec un méchant dans une zone de haute tension. Tout deux d’un coup prennent des proportions gigantesques et un aspect de monstre en papier mâché.
Le début du film reprend habilement l’esthétique des jeux vidéos plus particulièrement ceux de la Gameboy pour nous montrer la chute de Chev de l’hélicoptère, créant par la même occasion une distance. Le héros ne risque vraiment rien car il est comparé à un personnage de jeu vidéo.
Un clin d’œil au talk show apparaît quand Chev perd connaissance : on le revoit adolescent avec sa mère parler de ses problèmes de comportement.

Un monde parfois cartoonesque :
Comme on peut l’observer dans les dessins animés une fois que Chev recharge sa batterie sa force se démultiplie, sa vitesse s’accélère avec de temps en temps une musique qui souligne ses mouvements. Dans le même ton cartoonesque, on peut noter la scène où la prostitué chinoise jouée par Bai Ling traverse une rue et se fait renversée par une voiture et se relève sans mal.

Des épisodes grand-guignolesques :
On retrouve pleins d’autres exagérations grand-guignolesques, mais qui donnent un côté divertissant au film. Ainsi, au moment de l’opération, un des méchants balance la cendre de sa cigarette dans le torse ouvert de Chev, le médecin se bagarre avec lui et fait tomber une pince dans la poitrine de Chev sans s’en apercevoir et ainsi de suite.
Tous ces petits clins d’œil rendent ce film, dont les paroles et parfois certaines images sont assez vulgaires, divertissant voire amusant quand on ne le prend pas au sérieux. Mais ce n’est quand même pas un film à mettre entre toutes les mains.
Malgré un scénario difficile à suivre, il part dans tous les sens, la façon de filmer est intéressante.
Tout comme les commentaires audio, les effets visuels et surtout le bêtisier qui semblent montrer que c’est un film à prendre au second degré.

Des guests stars éclectiques :
De nombreux acteurs apparaissent dans ce film déjanté, nous pouvons citer pour les plus connus : David Carradine dans le rôle d’un vieux chinois lubrique, Bai Ling, le chanteur de Linkin Park Chester Bennington fait une rapide apparition, Clifton Collins Jr dans le rôle du furet. A noter, la présence de Geri Halliwell ancienne Spice Girl dans le rôle de la mère de Chev adolescent, excédée par sa conduite.
Tous se sont prêtés au jeu de ce film décalé à outrance.

Christelle Haider



Retour au sommaire des films bis et culte