SF Mag
     
Directeur : Alain Pelosato
Sommaires des anciens Nos
  
       ABONNEMENT - BOUTIQUE - FAITES UN DON
Sfmag No105
105
E
n
 
K
i
o
s
q
u
e
s
RETOUR à L'ACCUEIL
BD   CINE   COUV.   DOSSIERS   DVD   E-BOOKS  
HORS SERIES    INTERVIEWS   JEUX   LIVRES  
NOUVELLES   TV   Zbis  
Encyclopédie de l'Imaginaire, plus de 13 000 articles
  Sommaire - DVD -  A - F -  La Dernière maison sur la gauche (the Last House On The Left) - Edition Blu-ray (France)
"La Dernière maison sur la gauche (the Last House On The Left) - Edition Blu-ray (France) "
de Dennis Iliadis
 


Avec Tony Goldwyn, Monica Potter, Garret Dillahunt, Sara Paxton
Universal Vidéo

Lors de sa sortie cinéma, on a déjà dit tout le bien qu’on pensait de ce remake, pour une fois justifié donc, d’un classique de l’horreur des années 70 signé Wes Craven. Lequel Craven se voit donc par deux fois littéralement enterré par ses remakes (« La Colline a des yeux » et celui-ci), de films qui en leur temps firent un effet certain mais qui aujourd’hui sont limites irregardables tant ils sont fauchés, laids, mal filmés, mal joués, mal écrits, etc. Le pire étant « La Colline a des yeux », car « La Dernière maison sur la gauche » est sauvé par le malsain de certaines scènes (qui ont du mal à compenser un humour débile « redneck » avec ses forces de police échappées d’un épisode de « Shérif, fais-moi peur » !). Mais autant le film d’Alexandre Aja conquit le box-office, autant ce second remake fit une carrière honorable sans réitérer les chiffres de son prédécesseur, surtout au-delà du territoire américain, limite insignifiant en France. La réputation de son modèle étant connue, bon nombre de personnes ne se sont pas senti le courage d’affronter une telle œuvre, dont on sait qu’elle n’a rien de fantastique mais qu’elle est bel et bien horrifique et surtout traumatisante. Et sa très grande force venant non pas d’effets horrifiques et gores insupportables mais d’une intensité qui vous tétanise, la peur de la violence gratuite de ce groupe de sociopathes en puissance étant à elle seule un vrai cauchemar.
John et Emma Collingwood et leur fille Mari viennent passer le week-end dans leur maison au bord d’un lac, afin d’oublier le décès du seul fils de la famille. Dès son arrivée, mari part voir sa copine Paige. Et peu de temps après, les deux adolescentes sont kidnappées et violées par Krug et son gang. Réussissant à s’échapper, mais gravement blessée, Mari tente de rejoindre ses parents. Au même moment, et après avoir tué Paige, Krug va demander de l’aide à la seule maison dans les bois qu’ils trouvent, sans savoir qu’il s’agit de celle des Collingwood. Quant à ces derniers, ils ignorent encore ce qui s’est passé et qu’ils hébergent sous leur toit les auteurs du viol de leur fille...
La première évidence de ce remake, c’est sa qualité : Dennis Iliadis, jeune cinéaste grec repéré avec son premier film, « Hardcore », portrait de deux jeunes prostituées à Athènes (disponible en DVD en France, mais le film est loin d’être sensationnel...), soigne l’ensemble. On peut voir de très belles choses dans « La Dernière maison sur la gauche », de l’émotion, de la tristesse, avant de plonger dans l’horreur pure, sans pour autant oublier de maîtriser son film. Les acteurs sont excellents, Krug est terrifiant, le suspense flirte souvent avec l’angoisse, bref c’est autre chose que la série Z de Craven. En modifiant certains petits éléments (Mari arrive ici à se sauver), il renforce même la tension de l’ensemble comme on ne l’a jamais ressenti dans l’original. Et si la scène finale peut constituer pour certains une « faute de goût », l’ensemble du film demeure un modèle du genre, un petit chef-d’œuvre qui supplante définitivement son modèle. Maintenant, l’édition Blu-ray : première constatation, la copie est simplement magnifique. Les esprits chagrins vont critiquer (encore en rapport avec la version 72, plus trash), c’est pourtant ainsi que cela se voit dans la réalité : couleurs automnales éclatantes, contrastes parfaits, pureté de la lumière, tout est là, avec le lac pour regrouper l’ensemble de ces points. Cette édition propose aussi la version « salles » et la version « non coupée », laquelle se différencie par deux ou trois minutes en plus, visibles surtout lors du viol de Mari et Paige, avec quelques plans plus appuyés comme ceux sur Krug poignardant Paige, avec un coup de couteau plus sanglant que les autres. Rien de bien exceptionnel donc. Tout comme ces bonus du pauvre dont le pire est une tristoune featurette de quelques minutes sans aucun intérêt, ultra-promotionnelle. Les scènes coupées ne hissent pas les bonus vers le haut, elles sont là par curiosité et ne constituent pas en soi quelque chose d’extraordinaire. Mais qu’importe : à film excellent, on demande surtout une copie excellente, limite parfaite, et sur ce point-là, cette édition Blu-ray remplit haut la main son contrat, et trouvera logiquement une place réservée (aux « chefs-d’œuvre de l’horreur et de l’épouvante », comme aurait dit René Château...).

Film : 10/10
DVD : copie excellente, format d’origine 1.85, image 16/9ème compatible 4/3 - Bonus : 3/10 : scènes coupées - « featurette » sur le tournage.

St. THIELLEMENT

Note :
"La Dernière maison sur la gauche" (1974) de Wes Craven était déjà le remake du film d’Ingmar Bergman "La Source" (1959) . Les deux scénarios sont quasiment identiques.
Wes Craven a volontairement réalisé un film "Z" irrévérencieux par rapport au film de Bergman. C’est aussi une manière de lui rendre hommage.
Alain Pelosato



Retour au sommaire