SF Mag
     
Directeur : Alain Pelosato
Sommaires des anciens Nos
  
       ABONNEMENT - BOUTIQUE - FAITES UN DON
Sfmag No102
103
E
n
 
K
i
o
s
q
u
e
s
RETOUR à L'ACCUEIL
BD   CINE   COUV.   DOSSIERS   DVD   E-BOOKS  
HORS SERIES    INTERVIEWS   JEUX   LIVRES  
NOUVELLES   TV   Zbis  
Encyclopédie de l'Imaginaire, plus de 13 000 articles
  Sommaire - BD -  LOSERS 1

"LOSERS 1 " de Andy Diggle & Jock


- Alors, au pire, quels seront les dégâts s’ils font péter leur bombe MOAB ?
- Tragiques. Tout ce qui se trouve dans un rayon d’un kilomètre sera soufflé. L’onde de choc ira plus loin. Ceux qui ne brûleront pas seront asphyxiés par la boule de feu qui pompera l’oxygène en se propageant.

Les Losers, c’est vraiment,
Leur dernière chance au dernier moment.
Les mauvais coups de la CIA
Les Loosers les règlent au comptant.
Si l’Injustice les attend
Les Losers l’attendent au tournant.
Pour la vengeance aux abois
Tour à coup ils surgiront.
Dans les dangers ces rois du sang-froid,
Ces voyageurs sans visa
Vont livrer le bon combat.

Trahis par leur employeur (une certaine agence fédérale américaine) l’équipe des cinq Losers décide au lieu de se cacher, de s’en prendre aux opérations du dit employeur : trafic de drogue et d’armes.
Andy Diggle (venant de l’éditeur britannique 2000 AD) envoie un commando super entraîné d’Américains porter la guerre au sein même des Etats-Unis. Les cinq rebelles sont chacun experts dans leur domaine (sniper, hacker, pilote,...). Du classique certes, mais voici qu’apparaît le sixième membre de l’équipe : du genre féminin singulier, afghane et sanguinaire. Au fait il y a un traître dans l’équipe. Nous avons droit au classique de l’opération : renseignement, infiltration, puis échec et recherche désespérée du moyen de s’en sortier. Mais Andy Diggle (1) modifie subrepticement le classique. Pour obtenir des données dans un ordinateur la logique voudrait qu’on crochète une porte avant de procéder à un piratage informatique. Mais que faire quand le temps presse et que le code a été changé ? Simple on défonce la porte à coups de pied et puis on extrait le disque dur de l’ordinateur après avoir ouvert le dit ordinateur à coup de hache. Il suffisait d’y penser.
En ce qui concerne l’idée de base. Andy Giggle a poussé le raisonnement à l’extrême. La C.I.A. ayant eu des relations avec des trafiquants de drogue elle devient elle même en toute "logique" l’un des plus grand fournisseurs de la planète. L’un des Losers commente "C’est écrit sur les billets de banques : en D.I.E.U. nous croyons.... C’est à dire Dope, Impérialisme, Essence et USA". Simpliste, mais efficace : la théorie du complot est à nouveau classique. Cependant à la fin on devine l’identité du chef du complot (pourquoi pas ?).
De son coté Jock (2) fournit un dessin efficace, mais avec des choix originaux. Par exemple il décide de ne montrer à aucun moment le visage du sniper de l’équipe et également de donner la même apparence au type brave, discipliné et incompétent qui doit pour son malheur affronter les Losers.
Le seul reproche que l’on pourrait faire à l’histoire consiste dans l’exploitation d’épisodes tirés des films d’action. Mais après tout il peut être distrayant d’en faire la liste.
Rien d’étonnant à ce que ce comic devienne lui-même un film d’action dirigé par le frenchie Sylvain White (3) avec la ravissante Zoe Zeltana (Uhura) dans le rôle d’Aisha l’Afghane collectionneuse d’oreilles humaines, mangeuse de chiens et qui utilise des grenades comme moyen d’expression.

(1) Game Keeper (Fusion Comics), Green Arrow La Génèse 1 (Panini Comics)
(2) Green Arrow année 1, John Constantine Hellblazer ( Panini Comics)
(3) Quiet, Trois The escort, Souviens-toi l’été dernier 3, Steppin

Damien Dhondt

Scénario : Andy Diggle, Dessin : Jock, Couleurs : Lee Loughridge _ Losers tome 1 _ Episodes originaux : Losers 1 à 6 _ Traduction : Julien Duplan _ Editeur : Semic Books _ novembre 2004 _ Inédit, moyen format, 156 pages couleurs _ 13,90 euros



Retour au sommaire