SF Mag
     
Directeur : Alain Pelosato
Sommaires des anciens Nos
  
       ABONNEMENT - BOUTIQUE - FAITES UN DON
Sfmag No105
105
E
n
 
K
i
o
s
q
u
e
s
RETOUR à L'ACCUEIL
BD   CINE   COUV.   DOSSIERS   DVD   E-BOOKS  
HORS SERIES    INTERVIEWS   JEUX   LIVRES  
NOUVELLES   TV   Zbis  
Encyclopédie de l'Imaginaire, plus de 13 000 articles
  Sommaire - Livres -  M - R -  Les Puissances de l’invisible



"Les Puissances de l’invisible"
de
Tim Powers

Editeur :
Denoël (16 octobre 2003)
 

"Les Puissances de l’invisible"
de Tim Powers



5/10

Voilà un roman très ambitieux mais très laborieux et en deux tomes s’il vous plaît.

Tout au long de la première partie il faut subir diverses allusions difficiles à cerner mais qu’il est dommage de rater pour la suite. Le lecteur est prévenu qu’il est très facile de rater ces allusions car elles sont noyées dans de longs textes insipides. L’auteur nous inflige par exemple soixante pages (!) d’une conversation entre le chef de notre personnage principal, conversation pleine d’allusions et de non dits...

Ensuite plusieurs chapitres se déroulent pendant la deuxième guerre mondiale à Paris et visiblement, Tim Powers a bien lu “L’Orchestre rouge“ de Gilles Perrault (livre qu’il cite d’ailleurs dans son deuxième tome...).

A chaque chapitre on change de période et il faut s’y replonger... Le bégaiement de Philby systématiquement écrit est pénible à lire... (Mais là aussi, ce bégaiement possède une cause surnaturelle c’est pourquoi l’auteur insiste lourdement dessus.) Pour dévoiler certains éléments surnaturels, le procédé littéraire quasi systématique du dialogue (du moins dans la première partie) entretien le doute. Il décrit tout au long de son ouvrage des milliers de détails qui n’intéressent pas le lecteur qui finit par être gagné par un agacement nerveux. D’ailleurs les personnages eux-mêmes manquent de consistance tant tous les petits gestes qu’ils font sont décrits sans pitié !

Ce qui m’a emballé c’est cette description clinique et précise de la politique criminelle de l’URSS envers ses propres citoyens et serviteurs, à tel point criminelle d’ailleurs dans la réalité que l’on se prend à accepter l’explication irrationnelle apportée par ce livre de Tim Powers. Excellente description du vaste camp de concentration qu’était devenue l’URSS pendant la guerre et, aussi, de la politique criminelle d’André Marty (dirigeant du PCF) en Espagne. Ce livre est ultra documenté. Il constitue un travail considérable, énorme... Le communisme avait un besoin vital de millions de sacrifices humains...

Après les quelques indices semés çà et là dans le premier tome qui se termine par une action très surnaturelle, on aborde enfin dans le deuxième tome les fondements de toute cette histoire. Je ne vous les dévoilerai pas... De quoi s’occupent les services secrets des différents pays impliqués dans la guerre froide ? Pas du tout de ce qu’on croit ! Pourquoi tous ces morts victimes du communisme ? Pas du tout pour ce qu’on peut croire ! Et pourquoi l’URSS s’est-elle effondrée comme cela, sans prévenir ? Pas pour les raisons qui ont été données par les politiques et les historiens !

Il faut arriver à la page 120 du deuxième tome pour enfin commencer à entrevoir ce qui s’est passé réellement lors des événements relatés dans le prologue !
Tout cette histoire est une affaire de djinns... Tim Powers adore le désert, le monde arabe et ses légendes...
Alain Pelosato

Les Puissances de l’invisible - Tim Powers - Traduit par Michelle Charrier - Denoël collection Lunes d’encre - Deux volumes de 346 et 350 pages - 23 euros le volume

Alain Pelosato


Présentation de l’éditeur

1948, le jeune Andrew Hale, membre des services secrets britanniques depuis l’âge de sept ans, quitte la gorge d’Ahora en laissant derrière lui un nombre impressionnant de cadavres \ ; la dernière phase du projet DECLARE est un échec retentissant. 1963, Andrew Hale, professeur d’université depuis une dizaine d’années, mène une vie sans histoire jusqu’à ce que son ancien employeur, James Theodora, reprenne contact avec lui. DECLARE est réactivé et il est impératif de s’allier avec les anciennes puissances du mont Ararat avant les Soviétiques. Le sort du monde libre en dépend. Récit d’une guerre occulte et démesurée, Les Puissances de l’invisible est à l’œuvre de Tim Powers ce que L’Échiquier du mal est à celle de Dan Simmons. Un chef-d’œuvre récompensé par le World Fantasy Award





Retour au sommaire