SF Mag
     
Directeur : Alain Pelosato
Sommaires des anciens Nos
  
       ABONNEMENT - BOUTIQUE - FAITES UN DON
Sfmag No106
106
E
n
 
K
i
o
s
q
u
e
s
RETOUR à L'ACCUEIL
BD   CINE   COUV.   DOSSIERS   DVD   E-BOOKS  
HORS SERIES    INTERVIEWS   JEUX   LIVRES  
NOUVELLES   TV   Zbis  
Encyclopédie de l'Imaginaire, plus de 13 000 articles
  Sommaire - Livres -  G - L -  La montagne des secrets



"La montagne des secrets "
de
Vicki Lane

Editeur :
J’ai Lu
 

"La montagne des secrets "
de Vicki Lane



Présentation de l’éditeur

Ridley Branch, paisible bourgade des Appalaches, est en émoi : le jeune Cletus, simple d’esprit, est retrouvé mort dans la rivière. Les autorités concluent à un triste mais banal accident. Sa mère, la vieille Birdie, en doute. Elle convainc son amie Elizabeth Goodweather, dont l’existence est devenue solitaire et monotone depuis la mort de son mari, d’entreprendre des recherches.

Pourquoi s’en prendre à Cletus ? Qu’avait-il découvert ? Etait-il sous l’influence de l’Eglise pentecôtiste des manipulateurs de serpents présente à Ridley Branch, de la secte des Etoiles scintillantes, ou du groupe de miliciens fanatiques d’armes ? Lorsqu’un deuxième meurtre survient, Elizabeth comprend que ses investigations deviennent gênantes. Mais pour qui ?

Avis de Valérie

Cet excellent roman a pour caractéristique de nous présenter une héroïne qui n’en est pas vraiment une. Elizabeth Goodweather est une veuve de plus de 50 ans. Ni particulièrement belle ni spécialement intelligente, elle gère avec son neveu Ben l’exploitation que son mari et elle ont fondée lorsqu’ils sont arrivés en Caroline du Nord, fuyant la Floride et son taux de criminalité record. Très bien intégrée dans cette communauté de gens de la terre particulièrement religieux elle s’occupe de ses plantes, surveille de loin ses deux filles majeures et vaccinées et soigne avec affection ses trois chiens.

La mort du fils d’une vieille amie, va la pousser à approfondir certaines relations avec des riverains plus ou moins proches afin d’aider la mère éplorée à faire son deuil ou à trouver la véritable cause du décès. Alors qu’elle a toujours accepté, sans vraiment s’y intéresser, la foi de ses voisins, la fréquentation d’une église pentecôtiste manipulateur de serpents, comme d’un évangéliste charismatique, va l’interpeller, pas seulement sur ses propres convictions, mais surtout sur le manque de connaissance de ce qui fait le coeur de cette région, les usages ancestraux, les superstitions et la foi simple et puissante des "petites gens". Pas très loin, vivent également une secte dont le gourou, Polaris, est d’une beauté fascinante et un groupe de miliciens d’extrême-droite surarmés, se préparant à prendre le pouvoir au moment opportun, c’est à dire quand toutes les valeurs chrétiennes et raciales s’effondreront, ce sera alors l’Apocalypse.

L’enquête qu’elle mène pour élucider la mort de Clétus bien qu’étant le fil rouge n’est qu’un prétexte pour nous présenter une région faisant partie de la fameuse Bible Belt [1] du Sud des États-unis. L’auteur décrit les us et coutumes, d’une façon si précise qu’elle confirme les connaissances qu’elle dit avoir, sur son site internet, de non seulement les Evangélistes, mais également à la fois l’esprit et la lettre de la Bible, comme de l’histoire des Appalaches et ses habitants. Afin de rendre la narration impersonnelle à la troisième personne plus proche du lecteur, Vicki Lane utilise un procédé peu vu qui lui permet d’insérer les réflexions in petto d’Elizabeth en utilisant l’italique pour les ajouter au texte.

Tous les deux ou trois chapitres, intervient un récit construit autour de la petite Sylvie une gamine "vendue" par son père au début du XXe siècle contre un peu d’argent et une carabine. Cette histoire tragique est évoquée par les contemporains de Lizzie Beth (comme la surnomme ses amis) au commencement de l’histoire, mais ce sont ses pensées que nous livre l’auteur, écrit sous forme d’un journal. L’existence de la petite Sylvie est touchante et poignante. Ces intermèdes ne coupent pas le rythme du récit principal, au contraire, ils amènent des sentiments plus forts là où ils font défaut et finissent par rejoindre le présent.

Alors que l’intrigue se déroule sans trop de violence, le dénouement surprend pas son rythme, sa brutalité et sa dureté. Vicki Lane nous démontre alors ses véritables talents d’écrivain. Elle maitrise de bout en bout son roman que ce soit dans l’introspection de son héroïne, dans les éléments criminels comme dans la montée de l’action. De plus, elle donne une couleur unique à son texte, couleur qui envoûte puissamment le lecteur.

La bonne nouvelle est qu’il s’agit du premier tome d’une série de romans se déroulant au même endroit avec les mêmes protagonistes. Bravo à J’ai Lu d’avoir déniché un tel auteur.

Fiche de Technique

Format : semi-poche
Pages : 346
Editeur : J’ai Lu
Sortie : 12 janvier 2009
Titre original : Signs in the blood
Prix : 9,95 €






Retour au sommaire