SF Mag
     
Directeur : Alain Pelosato
Sommaires des anciens Nos
  
       ABONNEMENT - BOUTIQUE - FAITES UN DON
Sfmag No102
102
E
n
 
K
i
o
s
q
u
e
s
RETOUR à L'ACCUEIL
BD   CINE   COUV.   DOSSIERS   DVD   E-BOOKS  
HORS SERIES    INTERVIEWS   JEUX   LIVRES  
NOUVELLES   TV   Zbis  
Encyclopédie de l'Imaginaire, plus de 13 000 articles
  Sommaire - BD -  Cyber Friends 1

"Cyber Friends 1 " de Shioko Mizuki


- Je vais me faire un plaisir de te faire goûter aux joies de l’humiliation. Et pour commencer je vais faire disparaître votre club dans les flammes de l’enfer et je disperserai vos cendres dans le vent de la terreur.

Domus Aurea est un internat privé d’enseignement secondaire (surnommé Acropolis), dirigé en sous-sol par l’ordinateur Jupiter (1). L’originalité réside dans son organisation : les élèves se chargent eux-mêmes du règlement intérieur....Que peut-il résulter d’une telle situation ? Le chaos ? Bien au contraire, Natori Nijô, régnant en maître absolu sur le Conseil de discipline, exerce sa toute puissance sur Acropolis, supprimant les associations, grâce à son autorité et son fouet personnel.
Mais voici une nouvelle élève (et pour Natori une nouvelle cible) en la personne de Leiko Kobaykawa l’héritière des hôtels Kirlton (Hilton ?). Pour Natori il s’agit de lui faire subir sa domination d’autant plus que la jeune fille est sa fiancée désignée. Leiko venant d’être admise au club des Believers (qui regroupe tous les élèves n’ayant pas été acceptés au sein du club des relations publiques), Natori entreprend aussitôt la destruction de ce club.
Incarnation du sadisme autoritaire Natori ne peut échouer ! ...Intervention ! Voici que surgissent deux membres du club des Believers. Le très serviable Rio Kisagari "Est-ce que ton ordinateur se porte bien ?" et Azumi Takano (accompagné de 107 spectres) : "Je pourrais faire connaître à ton âme les plaisirs de la démence et de la possession". Venus du club de cybernétique ces deux otakus de l’informatique sont deux combattants d’élite pour la guerre qui va opposer les Believers au Conseil de discipline.
Néanmoins le règlement est formel. Il faut un minimum de dix personnes pour créer un club. Mais pour les Believers il suffit d’en créer d’autres. Créer ? Oui le talent cybernétique de Rio et d’Azumi a permis de construire des robots comme nouveaux membres du club. Cependant le dixième et dernier membre du club étant un four à micro-ondes (les pièces manquaient pour fabriquer un dixième membre cybernétique), il est nécessaire de forger une alliance.
Selon les statuts d’Acropolis une organisation possède des droits égaux au Conseil de discipline. Il s’agit de la Commission des élèves, organisme assez discret en raison de la personnalité de sa présidente Makise qui éprouve une certaine fascination pour Azumi. Pour Rio la solution est simple il suffit de traîner son malheureux "ami" Azumi jusqu’au bureau de Makise, de le jeter à l’intérieur avant de verrouiller la porte. Puis il conseille à la secrétaire de la présidente de les laisser tranquille et de ne pas intervenir au cas où elle entendrait à l’intérieur du bureau des cris ou des gémissements.
Mais que peut-il bien se passer à l’intérieur ?
La lutte des associations au sein des lycéens japonais est un thème récurent dans les mangas (2). Shioko Mizuki (3) développe ce phénomène en accentuant le phénomène high-tech et en utilisant des Geeks comme personnages. Ainsi Makise la présidente de la Commission des élèves ne sort jamais de son bureau, ne s’adresse à l’extérieur que par webcam et n’étudie que grâce à son ordinateur. Mais comment a t’elle été élue ? Mais sur internet évidement.

(1) cf. la cité d’Olympus dirigée par l’ordinateur Gaïa dans Appelseed le manga de Masamune Shirow
(2) cf. entre autres "Les Princes du thé" (Tonkam) et Genshiken (Kurokawa)
(3) Crossroad (Taïfu)

Damien Dhondt

Scénario & Dessin : Shioko Mizuki _ Cyber Friends 1 _ Traduction : Nicolas Pujol & Véronique Huchez _ Graphisme & lettrage : Alexandre Cozette & Anne Demars _ Edition : Taifu Comics, collection : shojo _ novembre 2008 _ Inédit, poche, sens de lecture japonais, 192 pages noir & blanc _ 6,95 euros



Retour au sommaire