SF Mag
     
Directeur : Alain Pelosato
Sommaires des anciens Nos
  
       ABONNEMENT - BOUTIQUE - FAITES UN DON
Sfmag No105
105
E
n
 
K
i
o
s
q
u
e
s
RETOUR à L'ACCUEIL
BD   CINE   COUV.   DOSSIERS   DVD   E-BOOKS  
HORS SERIES    INTERVIEWS   JEUX   LIVRES  
NOUVELLES   TV   Zbis  
Encyclopédie de l'Imaginaire, plus de 13 000 articles
  Sommaire - DVD -  S à Z -  Wanted (id.) - Edition Blu-ray (France)
"Wanted (id.) - Edition Blu-ray (France) "
de Tibur Bekmambetov
 


Avec James McAvoy, Angelina Jolie, Morgan Freeman, Thomas Kretschmann, Common, Kristen Hager & Terence Stamp.
Universal Vidéo

Avant d’aller plus loin , un petit mot sur le réalisateur : il est russe, il est connu pour avoir signé « Night watch » et « Day watch », méga succès dans son pays, histoires de forces démoniaques affrontant les gardiens de l’ordre en plein dans notre époque, deux films bien barrés, assez fatiguant à regarder car Tibur (par commodité, on s’en tiendra à son prénom, hein, d’accord ?) à été envoûté, possédé, ou je ne sais quoi, par « Matrix » et ses effets de ralentis démentiels. Tibur, lui, il vous met ça à la puissance 1000 et le plus possible, sans se soucier d’un minimum de crédibilité. Donc, comme ça, là, à première vue, « Wanted » ne fleurait pas trop le choc visuel qu’on était impatient de découvrir. La surprise n’en est que meilleure, malgré d’évidents (énormes) défauts, et c’est au travers de son édition Blu-ray, assez époustouflante par contre visuellement, qu’on va donc parler de cette adaptation d’un comics au sujet démentiel qui au final donne une adaptation pas trop mal...
Wesley (James McAvoy, excellent acteur vu dans « Reviens-moi », superbe film à découvrir d’urgence au passage...) est un employé de bureau stressé au possible et n’ayant absolument aucun charisme, aucune force de caractère. Pourtant, un soir, dans une supérette, il est accosté par une superbe brune, Fox (Angelina Jolie, qui a connu de meilleures prestations) qui lui révèle qu’il va être tué. Une fusillade éclate, Fox et Wesley s’échappent. Plus tard, dans un château, Wesley découvre une confrérie dirigée par l’énigmatique Sloan (Freeman, impérial même quand il assure le minimum syndical) qui regroupe depuis des siècles des tueurs exceptionnels. Là, on lui annonce qu’il est le fils de l’un d’eux, assassiné par un renégat. Possédant à priori des aptitudes, Wesley va alors être entrainé pour devenir le meilleur. Mais les apparences sont parfois trompeuses...
Un des cartons surprise de l’année, relativement justifié, le film donnant au public ce qu’il veut voir. Ce n’est pas « Max Payne » quoi. C’est mieux. Mais c’est aussi complètement débile et surtout dépourvu d’un minimum de logique et de sérieux qui aurait pu bonifier l’ensemble. Ecrit par un duo de scénaristes capables du pire (« 2 fast 2 furious ») comme du meilleur (l’excellent remake de « 3h10 pour Yuma », remarquable western à découvrir aussi d’urgence, c’est le deuxième cité dans cette chronique) et adapté donc d’un comics britannique, « Wanted » joue la surenchère sur un rythme démentiel, faisant fi de toutes considérations de crédibilité et de sérieux pour mieux verser dans le parodique (in)volontaire, ce qui constitue pour Tibur une immense joie, pensez donc, un jouet de 75 millions de dollars, c’est pas donné à tout le monde. Et là-dessus, Tibur, il se lâche : les pires excès, il les fait, les pires cascades aussi. Au milieu de tout ce capharnaüm, un déraillement de train proprement incroyable mais qui en même temps pointe du doigt un des défauts du film : l’absence totale d’implication morale dans les actes des personnages. Des ecntaines de personnes meurent dans l’accident, Tibur et ses scénaristes s’en foutent. C’est un jeu vidéo, les victimes collatérales, on n’y échappe pas. Ouais, facile, mais en même temps dommage car l’intérêt de l’histoire vient de cette mystérieuse confrérie. Des tueurs en puissance, des super-héros de l’assassinat, pourquoi pas, mais un peu d’humanité n’en aurait que plus grandi le film. Ce n’était pas le but premier, donc on a droit à un simple rollercoaster de délires dans l’action qui en finalité, fonctionne plutôt bien mais pour le simple plaisir ludique. Cinématographiquement, c’est quand même un peu pauvre. Donc, prenons simplement le plaisir comme il vient, sans prétentions (à l’inverse de ce gros navet de « Max Payne ») et « Wanted » se digérera mieux. Maintenant le Blu-ray : en résumé, c’est limite parfait, le support Blu-ray donnant le meilleur de ses possibilités à un tel film : photo léchée, piqué d’image parfait, colorimétrie nickel. Les bonus quant à eux, nous permettent au travers du making-of de découvrir Tibur, un russe bien sympathique, physiquement une sorte de Gérard Jugnot venu du froid, pas prétentieux, très professionnel, qui a du avoir pas mal de difficultés pour parler l’anglais parfait pour se faire comprendre, mais qui sait ce qu’il veut, même si ça semble souvent hors proportions ! On découvrira aussi au travers de la fonction « U-Control » les milles et un secrets du film tout en le regardant, via l’interactivité simultanée avec le film. Et au rayon des bonnes choses, un retour sur le passage du comics au film (avec un bref historique de la création du comics, surprenant !), les effets spéciaux démontrent aussi qu’avant tout, il faut de la précision sur le tournage pour intégrer parfaitement les effets en post-production, tout cela parsemé d’interventions de ce cinéaste fou, visionnaire quelque part, sans limites, qu’est Tibur. Lui avec un bon scénario bien concis, il pourrait créer son chef-d’œuvre. Mais pour l’instant, « Wanted » se révèle donc meilleur que ses deux films précédents (toujours malgré ses évidents défauts) et en ce qui concerne l’édition Blu-ray, elle fait partie de celles qui risquent de faire un malheur chez les adeptes, c’est certain. Pour une fois, laissez-vous tenter, le film étant une grosse série B des plus regardables.

Note film : 7/10
Blu-ray : copie magnifique, format d’origine 2.35, image 16/9ème - Bonus : 8/10 : fonction U-Control - les cascades - les effets spéciaux - du comics au film - portrait du réalisateur.

St. THIELLEMENT



Retour au sommaire