SF Mag
     
Directeur : Alain Pelosato
Sommaires des anciens Nos
  
       ABONNEMENT - BOUTIQUE - FAITES UN DON
Sfmag No102
102
E
n
 
K
i
o
s
q
u
e
s
RETOUR à L'ACCUEIL
BD   CINE   COUV.   DOSSIERS   DVD   E-BOOKS  
HORS SERIES    INTERVIEWS   JEUX   LIVRES  
NOUVELLES   TV   Zbis  
Encyclopédie de l'Imaginaire, plus de 13 000 articles
  Sommaire - Dossiers -  Jimmy Guieu, itinéraire d’un franc tireur de la SF Française

"Jimmy Guieu, itinéraire d’un franc tireur de la SF Française"

Par Richard D. Nolane

Remerciements particuliers à
Georges Pierquin, Guy Tarade et
Bernard Joubert

Adulé par les uns, honni par d’autres, Jimmy Guieu ne laisse personne indifférent même plus de quatre ans après sa mort. Et alors que ses confrères de la période « classique » de la collection « Anticipation » du Fleuve Noir sont tous aujourd’hui plus ou moins oubliés, sauf les Kurt Steiner, Stefan Wul et Gilles d’Argyre/Gérard Klein qui ont poursuivi une carrière ailleurs, Jimmy Guieu, lui est toujours présent en librairie.


Je fais partie de cette légion de lecteurs qui sont « tombés » un jour ou l’autre dans Jimmy Guieu au cours de leur jeunesse, comme Obélix l’avait fait en son temps dans la potion magique. Mieux, j’ai eu la chance de le fréquenter ensuite durant 25 ans et nous avons longtemps travaillé pour les mêmes éditeurs. Notre passion commune pour le paranormal et les ovnis a été le vrai ciment de cette relation et m’a permis de rencontrer souvent ces fans des romans de Jimmy Guieu qui se moquent éperdument du reste de la SF. Des lecteurs ignorés par les spécialistes du genre mais qui ont été les véritables artisans du succès de l’auteur en lui offrant un public plus large que celui de la SF populaire.

Pour eux, Jimmy Guieu n’est pas un écrivain de SF mais un auteur qui utilise le biais de la SF pour parler des ovnis et autres mystères excitants pour l’imagination. Et sa disparition a été vécue comme un vrai drame par beaucoup.

DE L’ALCHIMIE À LA SF

Né le 19 mars 1926 à Aix-en-Provence de parents commerçants, Henri René Guieu s’intéresse dès l’adolescence à l’alchimie et à l’occultisme. Après l’occupation de la Zone Libre en 1942, lui et ses amis du lycée choisissent le camp de la résistance. Arrêté par la Gestapo lors de la rafle à Aix du 20 novembre 1943, il est transféré à la prison des Beaumettes d’où il est libéré en février 1944 en même temps que Henri Malacrida, future figure de la Résistance en Provence.

Sur ce, il quitte la région pour s’engager dans un maquis de Vendée jusqu’en 1945. La fin de la guerre le voit, rentrer au pays avec pour toute fortune, suivant son expression, « une canadienne et 1000 francs ».


Il reprend alors pour quelque temps, sans grand résultat, ses études puis se retrouve démarcheur à domicile pour placer des contrats d’assurance. Dans le même temps, son intérêt pour l’étrange s’accroit, notamment avec l’apparition des « soucoupes volantes » en 1947 aux Etats-Unis et dont la presse française se fait régulièrement l’écho.

Un peu plus tard, sans doute poussé par les timides débuts de la SF en France, il rédige un manuscrit intitulé « Le mystère de l’anneau de clé », reposant sur le principe alchimique d’une étroite correspondance entre le macrocosme et le microcosme. Il l’envoie au Fleuve Noir dès l’apparition des premiers titres de la collection « Anticipation » à l’automne 1951. Il choisit d’accoler à son nom son surnom d’enfance de « Jimmy » plutôt que de conserver son prénom usuel de Henri.

L’affaire est promptement traitée par le Fleuve Noir qui cherche des auteurs et le roman, rebaptisé Le pionnier de l’atome, paraît dès début janvier 1952. Jimmy Guieu enchaine immédiatement avec une autre honnête production, Au-delà de l’infini, puis avec trois romans mettant en scène le personnage de Jerry Barclay. Les deux premiers sont affligeants mais le troisième, L’univers vivant, sauve un peu la mise par son idée centrale jouant sur les imbrications d’univers.

À la mi-1953, donc, Jimmy Guieu a le plus grand mal à rivaliser avec Jean-Gaston Vandel (alias Paul Kenny) et Vargo Statten (pseudonyme de John Russell Fearn), les deux autres auteurs de la collection, Richard-Bessière s’étant momentanément mis en congé de celle-ci. Seul petit motif de satisfaction, il vient d’enregistrer ses deux premières traductions à l’étranger : Terrore sul mundo (Hantise sur le monde) dans le #21 de la revue italienne Urania et O universo vivo (L’univers vivant), le #5 de « Argonauta », une collection de SF portugaise destinée au marché brésilien. Mais, ce que personne ne sait, à commencer par le principal intéressé lui-même, c’est que l’heure du Grand Virage qui va modeler toute la carrière a sonné.

LA RÉVOLUTION KARIVEN

En fait de virage c’est plutôt de croisement qu’il faut parler : celui de la SF et de la passion de Jimmy Guieu pour l’Étrange et les ovnis. Quand il met un point final aux insipides aventures de Jerry Barclay début 1953, il est déjà engagé dans l’ufologie. Il est membre de la direction de la Commission Ouranos, le premier groupe privé d’étude des ovnis français, fondé deux ans plus tôt par l’avocat Marc Thirouin et il s’active déjà dans les médias provençaux pour y défendre la réalité du phénomène.

Jimmy Guieu a alors l’idée de créer un personnage qui, comme lui, est un chasseur de mystères. C’est ainsi que, à l’automne 1953 apparait dans La Dimension X (#27) l’archéologue Jean Kariven. Celui-ci sera le héros des neuf « Anticipation » suivants de l’auteur, jusqu’à Nos ancêtres de l’avenir (#62) début 1956, avant de réapparaître une dernière fois dans Prisonniers du passé (#72). Jean Kariven se retrouve confronté aussi bien à des extraterrestres se disputant la Terre, et pilotant évidemment les « soucoupes volantes », qu’à nombre d’énigmes relevant de l’occultisme, des civilisations disparues et d’autres phénomènes inexpliqués.


Jean Kariven « colle » à son créateur qui, de son côté, devient à partir de 1954 un des animateurs de la scène ufologique en France suite à la parution de son livre Les soucoupes volantes viennent d’un autre monde, juste avant la grande vague d’apparitions d’ovnis sur la France à l’automne de la même année qui va défrayer la chronique. La traduction en Angleterre de cet essai en 1956 sous le titre de Flying Saucers come from Another World va même faire de lui un personnage d’envergure internationale. Pour L’homme de l’espace (#45), premier volet des aventures de Jean Kariven avec les ET, Jimmy Guieu reçoit le Grand Prix du Roman de Science Fiction 1954, une récompense taillée sur mesure pour les auteurs de la collection mais dont il saura tirer le maximum dans l’avenir pour la promotion de ses activités.

Animant une émission sur Radio Monte Carlo et écrivant dans la presse marseillaise, il traverse donc l’année 1955 en compagnie d’un Jean Kariven qui s’impose auprès des lecteurs. En 1956, il publie son second « classique » sur les ovnis, Black-Out sur les soucoupes volantes, préfacé par Jean Cocteau en personne. Mais, après dix romans à la suite, il fait une infidélité à Jean Kariven en créant le personnage de Ted Erikson, un journaliste américain qui sera le héros de seulement deux romans secondaires, Les monstres du néant (#70) et Les êtres de feu (#80). Ceci signe la fin de la première grande époque de la carrière de Jimmy Guieu.

À LA DÉCOUVERTE DU SPACE OPERA

À partir de mai 1956, Jimmy Guieu entame une collaboration de trois ans avec la revue de SF Galaxie où il publiera une rubrique mensuelle sur les ovnis puis l’étrange, des critiques de livres et trois nouvelles de SF, ce qui en fait à l’auteur le plus édité par la revue. Ce sera la seule incursion qu’il fera dans une publication de SF, si l’on excepte un article dans un numéro spécial de Satellite (#31, janvier 1961) sur les ovnis.

Côté SF, les années 1957 et 1958 montrent un tâtonnement dans la thématique. Jimmy Guieu continue à explorer, mais avec des personnages à chaque fois différents, la veine SF/mystères mais introduit avec la trilogie commencée par La mort de la vie (#87) un autre thème sur lequel il reviendra à plusieurs reprises par la suite : la fin de notre civilisation.


1959 voit une petite révolution dans le parcours de l’auteur. Pour trois romans à la suite, il change totalement de genre en abordant le Space Opera pur, ceci apparemment à la demande de son éditeur. Le troisième roman, Piège dans l’espace (#145) a pour héros deux baroudeurs du commerce galactique nommés Blade et Baker, promis des années plus tard à une longue carrière... Mais ces romans, constituant toute la production de l’année et montrant une certaine aisance dans le Space Opera, n’ont pas de suite, Jimmy Guieu revenant dès 1960 à sa thématique habituelle.

VERS DE NOUVEAUX MARCHÉS

La bonne cuvée des quatre « Anticipation » de 1960 masque pourtant le début d’une crise avec le Fleuve Noir qui n’ira qu’en s’aggravant jusqu’à la rupture complète des ponts en 1964. Ne parvenant pas à obtenir une augmentation pour ses « Anticipation », Jimmy Guieu décide de tenter la collection « Espionnage » qui rapporte trois fois plus. Mais, c’est évident, il n’a pas du tout un style compatible avec celui de la littérature populaire d’espionnage. Il finit par en être conscient car, ayant tenté en vain de boucler un roman d’espionnage, il en confie le manuscrit à son vieil ami aixois Georges Pierquin pour le retravailler.

Celui-ci a publié en 1955, sous le pseudonyme transparent de Georges E. Perkins, L’assassin frappe deux fois, un roman policier chez Ferenczi. Georges Pierquin mène l’opération à bien, ajoute un deuxième personnage principal, et c’est ainsi que sort dès 1960 le premier espionnage signé « Jimmy G. Quint », Destination cataclysme (Esp. #233).

Par la suite, les tâches seront toujours partagées de la même manière : Georges Pierquin écrit les romans et Jimmy Guieu co-rédige le synopsis et fournit la documentation. Jimmy Guieu décide aussi d’aller tâter le marché de la littérature pour adolescents et publie aussi cette année-là, cette fois sous le nom de Claude Vauzière, Spoutnik 7 a disparu dans la fameuse collection « Marabout Junior » (#167). Il donnera à cette collection un autre titre par an au cours des deux années suivantes.

DES VAGUES SUR LE FLEUVE NOIR

Jimmy Guieu continuant à sortir autant de « Anticipation » qu’auparavant puisque sa part du travail dans les « Jimmy G. Quint » le lui permet, les années 1961 et 1962 (cette dernière marquée par la réapparition de Blade et Baker dans Le secret des Tschengz, #199, et par Opération Ozma, #203) se déroulent sans anicroche. Enfin presque, car un roman intitulé Oniria et destiné à « Anticipation » se retrouve d’office dans la collection « Angoisse » (#93), ce qui est justifié quand on le lit. Sauf que celle-ci paie moins que sa grande sœur de la SF et que pour un auteur à plein temps ce genre de détail prend toute son importance...

Finalement, l’orage éclate en 1963 lorsque, suite au rachat du Fleuve Noir par les Presses de la Cité, la collection « Espionnage » est priée d’intégrer les auteurs de son équivalente aux Presses. Il faut donc faire de la place et Jimmy G. Quint, parmi les derniers arrivés, fait partie des condamnés. Le torchon brûle et début 1964, après la parution des Portes de Thulé (#242), Jimmy Guieu quitte le Fleuve Noir, laissant en plan la prometteuse série des Blade et Baker qui venait juste d’atteindre son 4eme titre avec Les destructeurs (#237).

EN ATTENDANT LE RETOUR DES DIEUX...

Pour employer un langage holmesien, commence ici « le Grand Hiatus » éditorial de Jimmy Guieu qui ne se terminera que fin 1967.

Qu’on ne s’y trompe pas, les 11 romans signés Jimmy G. Quint qui sortent entre 1965 et 1967 aux Presses Noires sont encore plus que les précédents l’œuvre de Georges Pierquin. L’unique vrai livre de Jimmy Guieu à paraître entre le début 1964 et la fin 1967 est L’hértage des Templiers, un roman d’aventure pour « Marabout Junior » (#299) qui, dernière apparition de Claude Vauzière, reste le seul livre ancien de l’auteur à ne pas avoir été réédité.
Que fait donc Jimmy Guieu au cours de ces presque quatre années de silence ?


Il poursuit bien sûr ses activités de conférencier et de producteur radio sur Radio Monte-Carlo mais décide alors de se lancer aussi dans l’organisation de spectacles, profitant de ses contacts dans le milieu du show-business marseillais. Pendant un temps, tout se passe à peu près bien mais la catastrophe arrive avec le concert des Rolling Stones du 30 mars 1966 à Marseille qui dégénère en bagarre avec la police dans la salle. Outre le mobilier cassé à rembourser, des problèmes de billeterie et des taxes importantes à payer aux impôts indirects mettent en faillite l’affaire. Son associée étant insolvable, Jimmy Guieu se retrouve à devoir règler seul une somme très importante.

Et ce ne sont pas les « Jimmy G. Quint » qui vont l’aider car les Presses Noires sont en train de sombrer. Le dernier roman, Ombres sur l’Ancerville (1968) sera même payé aux auteurs... en exemplaires du livre ! Donc, lorsque Armand De Caro, le directeur du Fleuve Noir, lui demande de réintéger « Anticipation », Jimmy Guieu accepte. C’est ainsi que fin 1967, paraît Le retour des dieux (#337) qui, pour bien des lecteurs, est aussi celui d’un auteur qu’ils affectionnaient et croyaient perdu à jamais.

GILLES « JIMMY GUIEU » NOVAK

Le Jimmy Guieu qui réapparait en 1967 n’est plus tout à fait celui qui avait disparu en 1964. Le style n’a pas changé mais la thématique si. L’intérêt profond de l’auteur pour les doctrines ésotériques comme celles de la Kabbale, des Rose-Croix ou des Templiers qu’on avait pu voir déjà transparaître dans son dernier « Claude Vauzière » mais aussi dans L’äge noir de la Terre (#212), se met alors à imprégner les romans de sa nouvelle série, les aventures de Gilles Novak, qui a débuté avec Le retour des Dieux.
Si le journaliste Gilles Novak est, comme l’archéologue Jean Kariven, un chasseur de mystère, c’est aussi un spécialiste de l’occultisme et de l’ésotérisme.

La ressemblance entre les deux personnages, outre qu’ils sont chacun une sorte de projection littéraire de l’auteur, s’arrête-là. À la différence de son prédécessur, Gilles Novak a une mission à accomplir pour le bien de l’Humanité car le sort de celle-ci se joue entre des partis d’extraterrestres alliés et hostiles. Les racines de ce combat plongent loin dans l’histoire, on en retrouve la trace dans les grandes traditions religieuses mais aussi occultes et sa manifestation la plus récente sont ces ovnis qui continuent à circuler impunément dans nos cieux depuis 1947. Enfin, en faisant entrer, tout en le signalant aux lecteurs, un certain nombre de ses amis connus ou non du milieu du paranormal comme personnages secondaires récurrents des Gilles Novak, Jimmy Guieu accentue encore le côté « roman vérité » ainsi que sa symbiose avec son héros.

Bien meilleur que Le retour des dieux, c’est Les sept sceaux du cosmos (#343) qui lance vraiment la série. Dix-neuf autres titres suivront jusqu’en 1984. Le dernier, Les fils du serpent (#1273), séparé par plus de trois ans du précédent, La clé du mandala (#982), annonce un changement de cap qui se concrétisera, on le verra plus loin, par la création des « Chevaliers de Lumière ». De toute évidence, la lecture des trois épisodes précédents, Yeux de l’épouvante (#851), de Hieroush, la planète promise (#941) et de La clé du mandala, montrait que l’inspiration de Jimmy Guieu était en train de s’épuiser dans le cadre de la série telle qu’elle était.

Cette fatigue graduelle, elle apparaît nettement plus vite dans l’autre série qui monopolise l’activité de l’auteur depuis 1968, à savoir les nouveaux Blade & Baker qui, passés les deux premiers Joklun N’Ghar la maudite (#352) et Traquenard sur Kenndor (#395), deviennent de plus en plus routiniers et répétitifs. Peut-être Jimmy Guieu aurait-il du continuer à écrire, pour se changer les idées, des romans indépendants après la parution de L’Arche du Temps (#407) en 1970. Ce livre, ainsi que ses deux prédécesseurs, Refuge cosmique (#367) et le très « novakien » Demain l’Apocalypse (#402), montrent en effet que ces digressions avaient vraiment du bon...

OMBRE AU TABLEAU

Dans l’ensemble, donc, tirée par la locomotive Gilles Novak, la nouvelle phase de l’œuvre de Jimmy Guieu au Fleuve Noir « Anticipation » se déroule plutôt bien jusqu’en 1975. Mais cette bonne santé sur le plan de la SF dissimule un sérieux problème du côté des essais sur les ovnis et le Paranormal.

Combien de fois ai-je entendu dans les années 1970, après l’avoir évidemment posée moi-même, la sempiternelle question : « Mais pourquoi ne publiez-vous plus d’autres livres comme Les soucoupes volantes viennent d’un autre monde ? » Ce à quoi Jimmy Guieu rétorquait qu’il trouvait plus efficace de faire passer ses recherches dans une trame de SF, que cela touchait un public plus large. Et, à partir de 1973, il put ajouter qu’il avait publié Le livre du paranormal, et que la question devenait donc sans objet.
La réalité était bien différente. En fait, aussi incroyable que cela puisse paraître, Jimmy Guieu a complètement raté le boom éditorial qui, en gros, de 1965 à 1975, a concerné l’Étrange sous toutes ses formes.

C’était une époque où un auteur inconnu pouvait raisonnablement espérer vendre 50.000 ex. en grand format sous les couvertures de collections telles que « Les Énigmes de l’Univers » de chez Laffont ou « Les Chemins de l’Impossible » de chez Albin-Michel, ceci sans parler de maisons moins prestigieuses comme De Vecchi mais qui avaient leur public.

Or, que va-t-il se passer ? Par un mystère qui reste encore à éclaircir, le Fleuve Noir n’est pas intéressé par une réédition des deux essais devenus introuvables de Jimmy Guieu sur les soucoupes volantes. Manque d’à-propos de l’éditeur ou conditions financières jugées insuffisantes par l’auteur, impossible de trancher car les deux hypothèses sont tout aussi plausibles l’une que l’autre. Toujours est-il que Jimmy Guieu reprend donc ses droits pour essayer vendre ses livres ailleurs. Ceux-ci étant des rééditions, les collections de chez Laffont et Albin-Michel qui ne publient que de l’inédit sont fatalement à écarter.

LA MÉSAVENTURE DE L’OMNIUM LITTÉRAIRE

C’est là que les Templiers vont, sans le vouloir, lui jouer un bien mauvais tour. Jimmy Guieu avait fait la connaissance de Julien Origas, un activiste des milieux rosicruciens et templiers devenu responsable des éditions L’Omnium Littéraire, une maison parisienne spécialisée depuis longtemps dans les ouvrages ésotériques et occultes. Julien Origas arrive alors à « embobiner » Jimmy Guieu au point de lui faire non seulement signer un contrat pour les deux livres sur les soucoupes volantes mais aussi pour un essai inédit, Le livre du paranormal.

Les deux livres sur les ovnis sont réédités en 1972 sous des couvertures bleue et blanche affreuses et avec une distribution désastreuse. On aurait pu croire que suite à cette démonstration, Jimmy Guieu aurait arrêté les frais pour son inédit, même au prix d’une rupture de contrat. Il n’en est rien. Le livre du paranormal est publié l’année suivante dans les mêmes conditions que les deux précédents,

Après cela, il était trop tard pour espérer prendre le train de la grande époque du paranormal dans l’édition française.

La déception financière a été sans aucun doute à la hauteur des espérances agitées par Julien Origas pour mettre la main sur les trois livres. Et on pourra se demander encore longtemps par quel aveuglement un ancien résistant comme Jimmy Guieu qui a toujours exécré les nazis et les collaborateurs, ayant été lui-même à deux doigts de le faire déporter, a-t-il pu faire affaire avec un ancien membre de la Gestapo à Brest, condamné pour cela à quatre ans de prison après la guerre après avoir échappé de justesse à une tentative d’assassinat de la Résistance.

Que Julien Origas ait alors, dit-on, tiré un trait sur cette « erreur de jeunesse » n’empêchait pas la plus élémentaire prudence, ceci d’autant plus que le personnage se retrouvera à diriger de 1972 jusqu’à sa mort en 1983 un groupe des plus suspects, l’OTR (Ordre du Temple Rénové) qui se retrouvera lié à la naissance de l’Ordre du Temple Solaire de sinistre mémoire. Grand pourfendeur des sectes devant l’Éternel, Jimmy Guieu aura décidément bu la coupe jusqu’à la lie avec son éditeur de rencontre...

LE « CONTRAT DU SIÈCLE »

Passé 1975, la production romanesque de Jimmy Guieu fond comme beurre au soleil, phénomène qui, au vu du contenu des livres, découle apparemment d’une perte passagère d’inspiration. Ce à quoi il faut ajouter de fréquents déplacements à l’étranger, notamment au Québec, pays pour lequel il éprouve un véritable attachement qui ne se démentiera plus jamais.

En 1978, un concours de circonstances lui fait croiser le chemin de Jean-Paul Bertrand, un jeune éditeur travaillant au sein du groupe des Presses de la Cité et avec Gérard de Villiers et qui est aujourd’hui le grand patron du groupe des Éditions du Rocher. Cette rencontre se révèle vite d’une importance capitale pour Jimmy Guieu qui obtient la direction d’une collection d’essais sur l’Inexpliqué reprenant le nom de l’émission qu’il anime alors sur FR3 Marseille, « Les Carrefours de l’Étrange » et dont le premier titre paraît en 1978.

Mais, et surtout, Jean-Paul Bertrand, agissant pour Plon et Gérard de Villiers (comme co-éditeur sous le label GECEP) proposent à Jimmy Guieu une sorte de « contrat du siècle » qui n’aura jamais d’équivalent dans la SF française : rééditer dans une collection spéciale tous les livres de SF de l’auteur (plus de 80 à l’époque) et, suivant le principe habituelle des séries co-publiées par Gérard de Villiers, faire en sorte que les livres soient toujours tous disponibles, réimprimés quand il le fallait. Tout ceci à la condition que Jimmy Guieu « réactualise » les textes pour qu’ils se déroulent à la date de leur parution.

La plupart du temps, cette réactualisation va se limiter à des changements de date, de type de véhicule, de points de références. Bien plus rares ont été les modifications plus profondes comme l’apparition de Jean Kariven dans la nouvelle version du Pionnier de l’atome. Jimmy Guieu ne réécrivait pas ses livres mais portait au stylo les modifications sur des exemplaires des premières éditions (mes cheveux de collectionneur se sont dressés sur ma tête quand j’ai vu cela...).

L’affaire met du temps à se traiter avec un Fleuve Noir renaclant mais qui finit par plier. Et c’est ainsi que les premiers titres de la collection « SF Jimmy Guieu » se retrouvent en librairie en 1979 pour sortir ensuite à raison de 6 volumes par an, assurant ainsi un revenu régulier, quoi qu’il arrive, à leur auteur, chose que celui-ci n’avait jamais connu jusque-là. En 1979, Jimmy Guieu renvoie en partie l’ascenseur à ses nouveaux éditeurs en leur trouvant Georges Pierquin pour remplacer au pied levé (il écrira deux romans en 7 semaines...) un Auguste Le Breton qui avait quitté d’un coup la rédaction de la série « Les Anti-Gangs ».

COUP DUR À CERGY-PONTOISE...

En 1980, si Jimmy Guieu n’écrit plus de SF, tout va plutôt bien du côté des ovnis et du Paranormal. La collection « Les Carrefours de l’Étrange » a pris son rythme de croisière et la création de l’IMSA (Institut Mondial des Sciences Avancées) avec d’autres chercheurs « parallèles » connus comme Guy Tarade est venue s’ajouter aux nombreuses activités sur le terrain de l’Inexpliqué. Et puis, il y a cette affaire « d’enlèvement » présumé par des ET fin novembre 1979 à Cergy-Pontoise qui défraie la chronique et sur laquelle enquêtent désormais Jimmy Guieu et d’autres chercheurs de son entourage sous le regard des médias, télévision comprise.

Surfant sur la vague, Jimmy Guieu concocte rapidement un livre co-signé avec les trois protagonistes de l’affaire et le publie dans sa collection en 1980. Contacts OVNI : Cergy-Pontoise rencontre un certain succès en librairie et est réédité par France Loisirs la même année puis en Presses Pocket en 1981.

Mais le nouveau contact avec les ET annoncé par les témoins pour le 15 août n’ayant rien donné alors qu’un rassemblement avait lieu à Cergy-Pontoise sous les yeux de la télévision, le navire se met à faire eau. Pire, un des trois témoins affirme ensuite que toute l’enquête a été trafiquée par des gens soucieux de se faire de l’argent sur leur dos avant d’avouer plus tard que c’était le trio qui avait monté toute l’histoire pour, justement, se « faire du fric » sur le dos des gogos...

Jimmy Guieu a beau contre-attaquer vigoureusement, mais pas toujours avec des arguments très crédibles, tout le monde se rend compte, y compris dans les milieux ufologiques, que l’affaire Cergy-Pontoise est une Bérézina médiatique pour les ovnis et un coup dur pour Jimmy Guieu en temps qu’ufologue.

La série noire se poursuit pour lui lorsqu’une mésentente avec Jean-Paul Bertand se solde par son départ comme directeur de collection en 1981. La parution régulière des rééditions « remastérisées » de la série « SF Jimmy Guieu » se poursuit cependant avec succès de son côté. Pourtant cette présence constante en librairie ne doit pas masquer la réalité : de 1981 à 1986, Jimmy Guieu entreprend la seule vraie traversée du désert littéraire de sa carrière avec seulement un seul roman, son dernier « Anticipation » (Les fils du serpent) en 1984.

LE RETOUR DE GILLES NOVAK

Traverser un désert ne signifie pas pour autant rester les bras croisés. Jimmy Guieu voyage pour son plaisir et ses enquêtes, notamment et encore au Québec, et continue à faire des conférences. Mieux, il s’attelle à un essai sur les ovnis (son premier depuis 30 ans !) qui sort en 1986 en grand format chez Belfond. Le monde étrange des contactés est l’occasion pour lui de revenir l’espace d’un chapitre sur les derniers développements de l’affaire Cergy-Pontoise mais, et surtout, de faire entrer les lecteurs dans l’univers si particulier des gens affirmant être en contact avec des ET. Qu’on soit d’accord ou non sur les thèses de l’auteur, force est de constater que ce livre est instructif et agréable à lire.

L’incursion aux éditions Belfond est le signe annonciateur d’un retour aux affaires. Je me souviens parfaitement des airs de conspirateur affichés par Jimmy Guieu à l’époque dès qu’on abordait le sujet devant lui. Comme nous travaillions alors pour le même éditeur, j’ai su assez vite de quoi il retournait : Gilles Novak allait revenir au Fleuve Noir, non plus dans « Anticipation » mais avec une série séparée intitulée « Les Chevaliers de Lumière ».
Ce titre, que j’ai toujours trouvé très style littérature pour adolescents, annonçait à lui seul que le changement de direction du destin de Gilles Novak esquissé dans Les fils du serpent avait pris forme. Les quatre premiers « Chevaliers de Lumière » sortent en 1987. Trois suivent en 1988, deux en 1989 et un dernier en 1991.

Au cours de ces dix romans, Gilles Novak et ses amis sont recrutés par les fameux Chevaliers de Lumière, une force justicière cosmique se réclamant de la mystique templière et luttant contre le Mal par des méthodes de choc. L’anti-communisme viscéral de Jimmy Guieu atteint ici des sommets puisque les Pays de l’Est y sont présentés comme les alliés de la Force Noire qui infeste le cosmos. Ces excès et le manicheisme absolu des scénarii font vite regretter les « anciens » Gilles Novak. Une partie de ces défauts a été gommés à l’occasion de la réédition dans la série « SF Jimmy Guieu » en 1997-1998, ne serait-ce que pour prendre em compte la chute de l’empire soviétique en 1989, mais, bon...

La fin de la série en 1991 marque aussi une nouvelle cessation des relations entre Jimmy Guieu et le Fleuve Noir. Cette séparation met aussi un terme à la collection « Jimmy Guieu présente : Les maîtres français de la SF » débutée en 1988 et qui avait réédité 39 romans de ses collègues de « Anticipation » dans un panachage de titres assez représentatif de celle-ci avant l’entrée en force des « jeunes auteurs » des années 1980.


UN CERTAIN DOMINIQUE VERSEAU...

Au cours de la même période, la série « les Érotiques de Gérard de Villiers » publient six romans signés « Dominique Verseau » dont quatre concernent les aventures épicées d’une sexologue galactique nommée Yolanda : Éros à l’infini (#25), Les esclaves de l’espace (#54) La galaxie des plaisirs (#83), La planète aux supplices (#89). Les deux autres, Holocauste pour une momie (#100) et Des nymphes pour le Diable (#154) relèvent, eux, plutôt du fantastique. On l’aura compris, Dominique Verseau et Jimmy Guieu ne font qu’un. Mais ces romans ne datent pas d’hier et les quatre « Yolanda » ont déjà une vie agitée derrière eux...

En effet, cette incursion dans un érotisme assez cru remonteà 1971 avec la parution en poche aux éditions du Python de Yolanda et les voluptées cosmiques et de Yolanda et la planète aux supplices. En 1972, cette fois en grand format, ces deux romans ressortentretitrésrespectivementErosàl’Infini et Torturez les bourreaux (La planète aux supplices chez G. de V.), accompagnés pardeux inédits, Les esclaves de l’espace et L’Univers érotique (La galaxie des plaisirs chez G. de V.), ceci dans une « collection » qui circule entre éditions du Viking, les éditions du Python et les éditions C. Redon, maisons fantômatiques parisiennes peu portée sur les dépôts à la Bibliothèque Nationale et qui ont vite disparu.

Jimmy Guieu avait été mis en contact avec leur propriétaire, Jean Carton, par... Peter Randa, alors auteur lui aussi à ses heures de romans X ! Quant aux deux autres romans inédits publiés par Gérard de Villiers, ce sont deux manuscrits restés sur les bras de Jimmy Guieu après la fin de la collaboration avec Jean Carton.

Après avoir parfaitement admis au début être Dominique Verseau, Jimmy Guieu s’est mis ensuite, en dépit d’une évidence aveuglante, à prétendre n’étre que « l’agent littéraire » de son alter-ego de la littérature érotique. Ceci avant d’assumer à nouveau et définitivement la paternité de ces romans.

Mais, les voies de l’édition érotique étant plus impénétrables que celles de ses héroïnes, Éros à l’infini et Les esclaves de l’Espace se retrouvent traduits aux Etats-Unis en 1975 par Grove Press à New York, dans une édition grand public distribuée par l’important éditeur de livres de poche Dell. Un destin facétieux fait ainsi que Jimmy Guieu n’ait été édité aux Etats-Unis que comme auteur de SF érotique et, pour couronner le tout, ceci sous un autre nom... Deux des « Yolanda » (Yolanda et les voluptées cosmiques et L’Univers érotique) sont également publiés dans plusieurs éditions en Italie Enfin, le premier Yolanda est partiellement adapté en BD au début des années 1980 par le dessinateur Trébor (Robert Hugues), sous son titre originel de Yolanda et les voluptées cosmiques.

Fin de l’intermède Dominique Verseau...

« L’HORRIBLE VÉRITÉ »

L’abandon progressif des « Chevaliers de Lumière » cache quelque chose d’important chez Jimmy Guieu. Pour résumer à l’extrême, il s’agit de son adhésion aux thèses alors récentes de l’Américain John Lear qui dit avoir la preuve que des ET peu recommandables, les fameux « Gris » ont passé un marché secret avec le gouvernement américain au début des années 1950 et qu’ils se sont installés dans des bases secrètes aux Etats-Unis. Mais cet accord est un marché de dupes, comme le prouveraient les enlèvements d’humains et les mutilations de bétail à grande échelle étudiés par les ufologues depuis les années 1960. Désormais, les Etats-Unis sont les otages des Gris et c’est pour dissimuler cete « horrible vérité » que la propagande officielle nie et tente de ridiculiser les ovnis...

Cette « révélation » apparaît d’abord dans les conférences et des articles de Jimmy Guieu, avant d’arriver sur la place publique avec la parution en 1990 d’un gros « roman-vérité », EBE : Alerte rouge, chez Vaugirard et en grand format. C’est un succès et, l’année suivante, sort la suite, EBE 2 : L’entité noire d’Andamooka. Ces deux romans sont suivis chacun de longues annexes détaillant les éléments de la conspiration planétaire qui sert de toile de fond au récit.

Littérairement parlant, les deux EBE (pour « Extraterrestrial Biological Entities ») constituent le projet romanesque le plus ambitieux de Jimmy Guieu et, utilisée comme trame de SF, l’histoire des Gris passe parfaitement. Après tout, la série TV X Files repose elle aussi sur une variation de ce thème et avec le succès que l’on sait.

Par contre, si on aborde la chose du point de vue ufologique, cela se gâte. L’adhésion aux thèses de John Lear, très contestées, pour ne pas dire plus, par la majorité des chercheurs, fait inscrire définitivement Jimmy Guieu dans le camp des extrémistes et annule l’effet cautérisant qu’avait eu Le monde étrange des contactés après la sombre histoire de Cergy-Pontoise.

Jimmy Guieu n’en reste d’ailleurs pas là et publie en 1992, en grand format, cette fois aux Presses de la Cité, Nos « maîtres » les Extraterrestres. Sous ce titre semblant sortir d’une Série B des années 1950 et sous une couverture criarde se dissimule une réédition du Monde étrange des contactés, revue, corrigée et augmentée des « révélations » sur les Gris et leur complot. Le livre se vend suffisamment bien pour connaître une réédition en 1994 chez France Loisirs, cette fois, au moins, avec une jaquette de bon goût. Et pour continuer à faire de son auteur un habitué des émissions TV populaires du genre de celles animées par Christophe Dechavanne, qu’il avait commencé à fréquenter après la parution des EBE et la mise en circulation de la première cassette vidéo de la série « Les Portes du Futur » titrée, EBE-OVNI.

LES PORTES DU FUTUR

En 1991, en effet, Jimmy Guieu se lance avec la petite maison de production marseillaise Dimension 7 dans l’édition des « Portes du Futur », une série documentaires consacrée à de grandes énigmes comme par exemple les Cathares ou les lieux hantés, mais dominée par les ovnis et la main-mise des ET sur notre planète puisque sur les quatorze cassettes qui seront éditées jusqu’en 1994, six se rapporteront à ces sujets.

La qualité du produit est plutôt bonne, surtout lorsqu’on connaît les maigres moyens du producteur/réalisateur Olivier Sanguy, et Jimmy Guieu, avec ses presque 40 ans de métier de conférencier derrière lui et sa faconde naturelle, sait comment y faire pour capter l’attention du spectateur, qu’on croit ou non à ce qu’il dit. Ces cassettes ont été récemment rééditée en DVD de qualité avec reproduction des jaquettes originales par le GEPRA (consulter le à ce propos le site : www.gepra.com/les-portes-du-futur.htm ).

Toujour dans le registre documentaire, Les soucoupes volantes viennent d’un autre monde, Black -Out sur les soucoupes volantes et Le livre du paranormal sont enfin réédités en poche dans la collection « Dossiers Vaugirard » dirigée par deux grandes dames de l’édition à qui nous devons beaucoup, Jimmy Guieu et moi, Bianca von Heiroth et Véronique Kerbrat. Pour la petite histoire, c’est là que je publie aussi à ce moment-là mes premiers livres sur les ovnis, la cryptozoologie et le vampirisme.

Ensuite, durant un peu plus d’un an, en 1993 et 1994, Jimmy Guieu dirige au Presses de la Cité, dans la foulée de l’intérêt porté à son Nos « maîtres » les Extraterrestres, une collection en grand format intitulée « Les dossiers de l’étrange ». Après un ouvrage inédit de son vieil ami Guy Tarade (Le dernier secret de Nostradamus, avec Alexandra Schreyer), il fait traduire, malheureusement sous des titres sensationnalistes et nuisibles à leur crédibilité, deux excellents livres de David Jacob (Les kidnappeurs d’un autre monde) et de Timothy Good (ET Connection : les extaterrestres sont parmi nous). Le suivant au programme est le classique du Pr. John Mack, Dossier extraterrestre : l’affaire des enlèvements, mais il paraîtra en 1994 sans la mention « Jimmy Guieu présente » car la collaboration avec les Presses de la Cité a pris fin dans l’intervalle suite, entre autres, à un différent quand à la taille (imposante...) et même la présence de ce « Jimmy Guieu présente » jugée envahissante par les auteurs étrangers et qui l’avaient fait savoir.


CRÉPUSCULE

Personne ne le sait encore, mais c’est la fin d’une époque. Depuis environ deux ans, passé la publication dans « SF Jimmy Guieu » de Magie rouge (#88) en 1992, un Gilles Novak inédit « à l’ancienne » issu d’un projet avorté de scénario TV, Jimmy Guieu n’a plus publié de roman et le projet d’un troisième EBE n’est plus d’actualité. Désormais, tous les livres publiés par « SF Jimmy Guieu » sont l’œuvre d’autres auteurs n’apparaissant pourtant que comme collaborateurs. Jimmy Guieu est devenu une sorte de marque commerciale. À défaut d’autre chose, on peut y voir la preuve de son succès dans la SF...

Seul Psiboy, l’enfant du cosmos, un gros et assez sympathique roman de SF pour adolescents est terminé. Et puis il y a un vieux manuscrit de SF humoristique, Un terrestre extra qui attend depuis trop longtemps un projet de film qui ne se fera jamais. Finalement, Psiboy paraît en grand format en 1996 au Fleuve Noir. Mais sa belle couverture et le nom de Jimmy Guieu ne suffisent pas à surmonter les handicaps de son prix élevé qui le coupe du public visé et du fait que son caractère de roman pour la jeunesse repousse le public habituel de l’auteur.

Quant à Un terrestre extra, il finit par sortir en mars 1997 aux Éditions Uriel, un label des Éditions Ramuel, petite maison spécialisée dans les ouvrages sur l’Inexpliqué et l’Occulte. Son faible tirage avoisinant les 1000 exemplaires seulement et des problèmes qui empêchèrent pratiquement sa distribution en font le livre le plus rare de l’auteur, même s’il n’est pas, et de loin, son meilleur.
Plus grave que tout cela, les problèmes de santé de Jimmy Guieu se font de plus en plus pressants. Ne pouvant plus supporter la chaleur en raison de faiblesses cardiaques il a du quitter son appartement d’Aix-en-Provence pour s’établir en région parisienne avec son épouse Lucia. C’est là qu’il rédige son dernier manuscrit, un nouvel essai sur la conspiration des Gris et de leurs alliés intitulé Terre, ta civilisation fout le camp !

Ayant lu ce manuscrit, dont je possède toujours une copie, j’ai fait remarquer à Jimmy Guieu son côté un peu hétéroclite qui nuisait à l’ensemble, tout comme son titre le faisait pour sa crédibilité. Comme je n’étais visiblement pas le premier à le lui dire, il a entrepris de le retoucher mais sa santé déclinante et, sans doute l’absence de débouché rapide, l’a empêché de mener cette tâche à bien.

J’ai vu Jimmy Guieu pour la dernière fois au début de l’été 1998 à Paris. Il paraissait en meilleure forme et envisageait une nouvelle série de SF, qu’il avait déjà intitulée dans son esprit « Commando Espace-Temps » et dont il voulait écrire le début avant de la faire « sous-traiter » par un ou deux collaborateurs. Mais en 1999, alors que je venais de quitter la France pour le Québec (ce qui l’avait ravi au plus haut point !), j’ai appris que son état de santé s’était brusquement agravé. Le cancer qui allait l’emporter au deuxième jour de cet An 2000 qui avait tant nourri l’imaginaire de sa génération, était en train de gagner la partie...

Quelques mois après sa mort, les Éditions Vauvenargues ont réédité en un seul gros volume les 2 EBE avec un cahier photo inédit et des annexes remises à jour. Fin 2003, le même éditeur a mis un terme, faute d’un nombre de lecteurs suffisant, à la collection « S.F. Jimmy Guieu », après la parution du #152. Les « collaborations » ante et post mortem de Jimmy Guieu n’ayant, à quelques rares exceptions près, jamais retrouvé la saveur du produit original, le plus étonnant reste que l’expérience ait duré si longtemps. Toutefois, les volumes parus resteront en principe disponibles.

Jimmy Guieu a reçu le Grand Prix du Roman de SF 1954 pour L’homme de l’espace, le Prix du Roman Ésotérique 1969 pour L’Ordre Vert, le Grand Prix du Roman SF Claude Auvray 1973 pour Les germes du Chaos et le Prix du Roman à Succès 1987, catégorie SF, pour La Force Noire.

Ses romans ont été traduits dans de nombreux pays : Allemagne, Hollande, Italie, Espagne, Portugal, USA (D. Verseau), Grèce et, surtout, Brésil. Du côté de ses essais, Les soucoupes volantes viennent d’un autre monde est paru en Angleterre, en Espagne et en Roumanie, Le livre du paranormal, en Espagne, en Italie et en Roumanie et Nos « maîtres » les extraterrestres, en Roumanie.

UN AUTEUR DE SF VENU... D’AILLEURS

Auteur à part et n’ayant jamais vraiment fréquenté la communauté de la SF, Jimmy Guieu est un franc-tireur du genre qui a toujours agacé ceux qui prétendent penser à la place des lecteurs.

Beaucoup de spécialistes de la SF le méprisent en effet pour sa croisade en faveur des ovnis car, comme chacun sait, quand on habite déjà un ghetto dénigré par l’intelligentia on n’aime guère se retrouver avec l’étiquette d’un autre ghetto en plus sur les épaules. Surtout s’il s’agit de quelque chose d’aussi « stupide » que l’ufologie, n’est-ce pas ? Et n’oublions pas non plus l’autre étiquette, celle d’être un « facho » (terme galvaudé par excellence...), qui colle à la peau de Jimmy Guieu depuis la période noire de la SF dite « politique et engagée » des années 1970 qui a failli rayer de la carte la production française.

Aujourd’hui encore, où il faut être de gauche ou signer des pétitions dans le magazine des « bobos » qu’est Les Inrockuptibles pour être qualifié d’intelligent, un Jimmy Guieu haïssant les marxistes et les terroristes et ne supportant pas la vue d’un « hippie drogué et crasseux » (sic) ni le désordre dans la société part avec un certain handicap face à l’intellectuellement correct... Mais les excès de langage et un goût très (trop ?) prononcé pour une prétendue sagesse que l’humanité aurait perdue ne doivent pas faire oublier, et il suffit de le lire pour le voir, que Jimmy Guieu n’aimait pas le racisme, le sexisme, l’anti-sémitisme, le rigorisme moral qui empoisonne la vie, les gens qui bouzillent la planète, ceux qui asservissent leurs semblables par l’argent ou la force, la malhonnêteté intellectuelle et j’en passe. Tout cela fait de Jimmy Guieu un homme de droite un peu bizarre et non un « facho ».

Passons maintenant à la littérature, ce qui est nettement plus intéressant. À la lecture des romans de Jimmy Guieu, on découvre vite que celui-ci n’est pas un grand styliste et qu’il a un penchant un peu trop prononcé pour les digressions et les explications qui cassent l’action. Quant aux intrigues, il arrivent assez souvent que leur déroulement ne soit pas à hauteur de ce que laissait espérer leur début, Jimmy Guieu étant plutôt habile pour capter l’attention du lecteur dans les premiers chapitres. Enfin, les personnages ne sont que très rarement nuancés : les bons sont aussi parfaits que les méchants sont abjects. Lorsque Jimmy Guieu disait qu’il était manichéen dans l’âme, il ne mentait pas sur la marchandise...

Alors, pourquoi un tel succès qui dépasse les limites de la SF ? Et qui a attiré tant de lecteurs à celle-ci, même si elle fait sa mijaurée dès qu’on lui parle de Jimmy Guieu ? Simplement parce que, pour reprendre une expression populaire, le tout chez cet auteur est supérieur à la somme des parties.

Le style n’est peut-être pas ce qu’on a lu de mieux dans le genre mais il est relevé par une faconde et un allant qui inspire la sympathie et instaure une sorte de complicité avec le lecteur. Les explications envahissantes pour certains sont justement ce qui plait aux fans de l’auteur qui ont l’impression de lire plus qu’un roman, d’avoir accès sous forme de fiction à des savoirs qu’on leur cache ou dont ils ne connaissaient pas l’existence. C’est surtout évident chez le lectorat extérieur à celui de la SF, ainsi que j’ai pu le constater très souvent. Souvenons-nous qu’un des livres les plus prisés de Jimmy Guieu a toujours été L’Ordre Vert (#384, 1969) qui pourtant, par moment, ressemble plus à un essai sur la mystique templière qu’à un roman de SF...

C’est aussi ce même débordement de précisions, de notes de bas de page (les immortels « Authentique ! ») qui alimente le mystère de l’extérieur et font qu’on ne tient pas trop rigueur à l’auteur d’une fin un peu plate ou d’une intrigue convenue dans un roman « ésotérique » ou « ufologique » alors qu’un Blade & Baker poussif inspire irrémédiablement l’ennui. Quant aux personnages sans nuances, ou presque, c’est un increvable ingrédient de la littérature et du cinéma populaire, alors... La vérité, c’est que tout le monde aimerait faire partie des amis de Jean Kariven, de Gilles Novak où de ceux qui sont à leur côté, humains ou extraterrestres, fictifs où réels.

À ce propos, je suis toujours été amusé de voir le regard des inconditionnels de Jimmy Guieu à qui je dis avoir fréquenté le géomancien Alain Le Kern du temps où nous habitions tous les deux Aix-en-Provence. Pour eux, c’est comme si, quelque part, j’avais connu Gilles Novak et Régine Véran... Pourtant, eux mêmes ne se doutent pas du petit frisson que j’ai ressenti en découvrant en chair et en os un des compagnons de ce Gilles Novak dont je ne manquais jamais une seule aventure depuis mes 14 ans...
Ne serait-ce déjà que pour ce petit frisson-là qu’aucun autre de tes confrères ne m’a jamais procuré, Jimmy, je te dis merci.

(©2004 by Richard D. Nolane)


Retour au sommaire des dossiers