SF Mag
     
Directeur : Alain Pelosato
Sommaires des anciens Nos
  
       ABONNEMENT - BOUTIQUE - FAITES UN DON
Sfmag No102
103
E
n
 
K
i
o
s
q
u
e
s
RETOUR à L'ACCUEIL
BD   CINE   COUV.   DOSSIERS   DVD   E-BOOKS  
HORS SERIES    INTERVIEWS   JEUX   LIVRES  
NOUVELLES   TV   Zbis  
Encyclopédie de l'Imaginaire, plus de 13 000 articles
  Sommaire - DVD -  S à Z -  Speed Racer (Id.) - Edition Blu-ray (France)
"Speed Racer (Id.) - Edition Blu-ray (France) "
de Larry & Andy Wachowski
 


Avec Emile Hirsch, John Goodman, Susan Sarandon, Christina Ricci, Matthew Fox.
Warner Home Vidéo

Où on retrouve les frangins Wachowski pour leur nouveau film depuis « Matrix » : une adaptation du manga « Speed Racer », en live, avec des effets spéciaux révolutionnaires, comme ils en ont l’habitude. Mais autant « Matrix » fut le méga succès interplanétaire qu’on sait, autant « Speed Racer » se vautra, constituant un des plus gros flops de cette année. On comprend pourquoi en le voyant : malgré d’indéniables qualités, « Speed Racer » n’est pas un film pour enfants, ni pour adultes, c’est un film d’enfants pour adultes. Dans ce cas-là, difficile effectivement de trouver son public : les gosses ont trouvé ça trop long et bavard, les adultes n’ont pas accroché. Pourtant, une fois le concept accepté, on ne peut que reconnaitre une chose : c’est à une nouvelle expérience que nous convient les frères Wachowski, mais une expérience qui demande un petit effort. Comprenez par là qu’il faut laisser certains « à priori » dehors, et se laisser embarquer en retrouvant le préadolescent que l’ont fut...
La famille Racer ne vit que pour le culte de la voiture de course. Speed, le fils ainé, est le pilote le plus émérite qui soit, surtout la disparition de son grand frère Rex. Speed veut participer à plus de courses possibles pour sauver l’entreprise familiale. Très vite, il va découvrir la corruption dans le milieu. Mais au lieu de le freiner, cela va encore plus le motiver. Et après avoir déjoué les plans de ses adversaires dans diverses courses, Speed va enfin pouvoir participer à la plus grande course qui soit, celle où il va faire la paix avec son passé en même temps qu’il mettra à jour les magouilles des organisateurs.
Lors de sa sortie en salles, « Speed Racer » se reçut une volée de bois vert assez imméritée quand on découvre le film : c’est du pur manga animé, complètement fou, une comédie de surcroit avec des effets cartoonesques, une sorte de « Fous du volant » qui serait revu et corrigé par la japanimation et tourné avec des acteurs de chair et de sang. Certes, le début peut décontenancer mais si on persiste et qu’on se laisse entrainer, « Speed racer » parvient à susciter une certaine curiosité qui peu à peu se transforme en attention soutenue. Le scénario est riche, trop riche même si la clientèle visée était les enfants. Qu’importe, nous adultes, on ne peut qu’être ébahis par la palette colorimétrique qui trouve ici via le support Blu-ray l’excellence qualitative (la copie est absolument sublime !) nécessaire pour restituer le remarquable travail des techniciens en effets spéciaux. Car la quasi-totalité du film a été tourné sur fond vert, ce qui donne, après traitement, des paysages et des décors de rêve. On a l’impression d’être réellement dans un monde de dessin animé qui aurait pris vie. Autre point négatif pour les enfants, la durée du film, plus de deux heures associée à un scénario plus solide qu’on ne le pensait. Autant chaque épisode du manga durait quelques minutes, autant là, sur deux heures... Et quant à l’histoire, la volonté de vaincre de Speed, les enjeux économiques du sponsor, etc..., tout cela a un sens pour les « grands » mais pour les plus jeunes, hein, ça les interpelle autant que de la politique. Et donc, au milieu de tout cela, émerge au final un film qui gagnera à être revu, redécouvert, et encore plus apprécié. Encore une fois, le spectacle est là, la folie démesurée, les plans infernaux, forçant le respect du talent des deux frères. Maintenant, les bonus ne sont pas à la hauteur du film. Quatre petits documentaires, dont aucun n’est vraiment un making-of mais plus une étude sur certains aspects de la concrétisation du projet. On n’y voit jamais les Wachowski, certains techniciens reviennent ce qu’ils ont fait, le producteur Joel Silver (qui a le mérite de lancer de telles productions sans être assurer d’un succès en retour, et là... Mais bon, on a beaucoup critiqué au début Silver et ses productions d’action bourrines, n’empêche qu’il est aujourd’hui un des rares à oser lancer certains projets pas évidents du tout : « A vif » avec Jodie Foster, « Speed Racer », ... Donc respect !) explique la passion des deux frangins pour ce projet, le gosse du film sert de guide (encore pour montrer que « Speed Racer » était destiné aussi aux plus jeunes...), et tout cela pour un total de moins de deux heures. C’est léger et très frustrant, surtout que par moments, ça se recoupe quant aux interviews. Qu’importe, « Speed Racer » le film existe, c’était un pari un peu fou, le film est au final assez démentiel, spectaculaire, fabuleux, étourdissant, j’en passe et des meilleures, et lui au moins, il risque de très bien vieillir. En plus, cerise sur le gâteau, le support Blu-ray peut y contribuer largement : c’est tout à fait le film qui lui donne toutes ses lettres de noblesse !

Note film : 8/10
Blu-ray : copie magnifique, image Haute Définition 16x9 2.41 :1 - Bonus : 4/10 : 4 documentaires : sur les plateaux avec Paulie Litt - les voitures - la fabrication des effets spéciaux du film - la création de l’univers du film.
St. THIELLEMENT



Retour au sommaire