SF Mag
     
Directeur : Alain Pelosato
Sommaires des anciens Nos
  
       ABONNEMENT - BOUTIQUE - FAITES UN DON
Sfmag No104
103
E
n
 
K
i
o
s
q
u
e
s
RETOUR à L'ACCUEIL
BD   CINE   COUV.   DOSSIERS   DVD   E-BOOKS  
HORS SERIES    INTERVIEWS   JEUX   LIVRES  
NOUVELLES   TV   Zbis  
Encyclopédie de l'Imaginaire, plus de 13 000 articles
  Sommaire - DVD -  G - L -  Les Goonies (The Goonies) - Edition Blu-ray (France)
"Les Goonies (The Goonies) - Edition Blu-ray (France) "
de Richard Donner
 


Avec Sean Astin, Corey Feldman, Josh Brolin, Martha Plimpton, Robert Davi, Joe Pantoliano & Jonathan Ke Quan.
Warner Home Vidéo

Et hop, encore un petit coup de nostalgie : après « Génération perdue », voici « Les Goonies ». Produit par Steven Spielberg, vingt trois ans en moins à l’époque, encore gamin dans sa tête, qui imagina l’histoire qui fut écrite ensuite par son poulain de « Gremlins » à savoir Chris Columbus, et réalisé par un déjà vieux briscard, Richard Donner, à l’époque connu pour « La malédiction », « Superman » et qui signa juste après « Ladyhawke » avant de cartonner avec la saga « L’arme fatale ». A l’époque de sa sortie, on était un peu déçu par le film ; aujourd’hui, on retrouve son âme d’enfant, l’imagination, les aventures, les trésors cachés, etc... Outre cette ressortie sous le format Blu-ray (pas du tout convaincant au début mais qui au bout d’une petite vingtaine de minutes, s’améliore grandement, magnifiant ainsi les superbes paysages des côtes de la Californie du Nord), il y a dans les bonus quelques excellentes choses dont un making-of d’époque où Spielberg semble omniprésent sur le tournage. Chose qui n’arrive plus aujourd’hui. Enfin, avant d’attaquer, une dernière anecdote : Richard Donner a toujours dit qu’après « Les goonies », il ne tournerait plus avec des gosses. Dans le making-of, il confirme ces propos, tout en reconnaissant adorer chacun d’entre eux et on peut saisir au vol certains moments de grand désespoir, de ras le bol certains, si ce n’est pire. Mais autour de la table du commentaire audio, réalisateur & acteurs se retrouvent aujourd’hui et dans un grand bazar verbal, les souvenirs remontent à la surface avec émotion... Même pour nous, simples spectateurs, c’est dire.
En bord du Pacifique Nord, dans le petit port d’Astoria, une bande de gamins qui a formé un club auto-baptisé « Les Goonies » se préparent à déménager suite à la saisie de leurs maisons pour céder la place à un complexe d luxe avec golf à la clef. Mais quand Mikey découvre dans le grenier une vieille carte révélant la cachette d’un trésor, source d’une légende locale, il va entrainer ses copains dans la plus folle aventure qu’ils aient jamais vécu, celle de toute leur vie, celle de la dernière chance...
D’accord c’est écrit par Chris Columbus qui venait de signer pour Spielberg le scénario de « Gremlins ». Mais justement, si ce dernier fut embauché sur ce projet, c’est parce qu’au travers de lui, Steven Spielberg savait qu’il retranscrirait ce que lui voulait voir. Car à la base, « Les Goonies » est une histoire de Spielberg, et si à l’époque ça ne se voyait pas trop, aujourd’hui, ça se ressent bien : les enfants entre eux, leurs aventures, leur imagination terre d’évasion face à un monde adulte corrompu et cruel, l’amour entre deux frères presque ennemis mais unis dans la tristesse, etc... Là-dessus se greffe une rocambolesque histoire de chasse au trésor avec des méchants de cartoons menés par la défunte Anne Ramsey (une tronche pas croyable !) et ses fistons Robert Davi et Joe Pantoliano, des gamins aujourd’hui célèbres pour certains, surtout un, Josh Brolin (« W » dernièrement, ou encore « No country for old men »), et on se laisse embarquer dans cette chasse au trésor toute droite sortie de notre enfance, de celle qu’on rêvait (et qu’on peut encore rêver) de vivre. Derrière la caméra, un Richard Donner qui tout en adorant chacun de ses petits acteurs, considère toujours que c’est le pire film qu’il ait eu à tourner, confirmé par le making-of d’époque. Et le fait d’avoir Spielberg derrière lui quasiment tout le temps. Ca c’est pas mal ! Il ne le ferait plus aujourd’hui. Et on le voit en plus, il parle même du film, des images à sauvegarder ! Quant au Blu-ray, si le début laisse craindre le pire (image granuleuse à souhait sur certains plans), après un temps d’échauffement, le film revit et les magnifiques paysages de l’Oregon en bord du Pacifique (à l’époque, on faisait encore tout en décors naturels !) revivent et donnent au film une patine inédite, aux couleurs éclatantes. Plus de vingt ans plus tard, c’est appréciable et surtout, ça fait plaisir de voir que certains studios soignent vraiment leur fond de catalogue avant de les balancer en Blu-ray. Entre ça et la nostalgie de revoir un (finalement) très bon film d’aventures de gosses, le plaisir est plus qu’appréciable ; Oh, dernier pont : ne ratez pas dans les scènes coupées l’apparition de la pieuvre géante : grand moment de série Z qui a bien fait de rester sur le sol de la salle de montage !

Film : 7/10
Blu-ray : copie excellente, image Haute Définition 16x9 2.40:1 - Bonus : 8/10 : commentaire audio (avec option vidéo des participants) de R. Donner, Sean Astin, Corey Feldman, Josh Brolin, Martha Plimpton, Jonathan Qe Khan, Jeff Cohen & Kerry Green - making-of d’époque - 3 scènes coupées - video-clip de Cindy Lauper - bande-annonce.

St. THIELLEMENT



Retour au sommaire