SF Mag
     
Directeur : Alain Pelosato
Sommaires des anciens Nos
  
       ABONNEMENT - BOUTIQUE - FAITES UN DON
Sfmag No104
103
E
n
 
K
i
o
s
q
u
e
s
RETOUR à L'ACCUEIL
BD   CINE   COUV.   DOSSIERS   DVD   E-BOOKS  
HORS SERIES    INTERVIEWS   JEUX   LIVRES  
NOUVELLES   TV   Zbis  
Encyclopédie de l'Imaginaire, plus de 13 000 articles
  Sommaire - DVD -  G - L -  Les Professionnels (The Professionnels) - Edition Blu-ray (France)
"Les Professionnels (The Professionnels) - Edition Blu-ray (France) "
de Richard Brooks
 


Avec Burt Lancaster, Robert Ryan, Lee Marvin, Jack Palance, Woody Strode, Claudia Cardinale, Ralph Bellamy.
SPHE Vidéo

Alors que sort sur les grands écrans « Appaloosa » qui marque un nouveau retour du western (quelques mois après l’excellent « 3h10 pour Yuma »), le Blu-ray en profite pour ressortir des classiques, voir des chefs-d’œuvre du genre (« La horde sauvage ») avec de temps en temps un simple très bon western (« Wyatt Earp »). « Les professionnels » est un classique, c’est indéniable, limite un chef-d’œuvre quand on le revoit. Ecrit, produit et réalisé par Richard Brooks, un enfant du cinémascope comme le dit Martin Campbell dans les bonus, il est véritablement le film d’un seul homme, bourré de péripéties, magnifié par de superbes séquences, emmené par un casting d’enfer. Difficile de faire mieux, mais en plus de tout ça, et pour son époque, « Les professionnels » était en avance sur son temps : un générique d’ouverture différent, une morale immorale, des bons plutôt méchants, des méchants plutôt bons, on est loin du western classique des sixties, mais on se rapproche des westerns-spaghettis qui dépoussiérèrent tant le genre.
Au début du vingtième siècle, un riche propriétaire, Mr Grant, embauche quatre hommes, chacun spécialiste d’une activité, pour aller délivrer sa femme kidnappée par un rebelle mexicain. Mais ce qui semblait évident au début prend une toute autre tournure quand les quatre mercenaires se rendent compte que la victime n’est pas celle qu’ils pensaient. Leurs idéaux vont devoir se remettre à jour.
Même en l’ayant vu et revu, ce film garde toujours sa force, sa fascination : c’est un grand western, un peu moderne (on y voit de vieilles voitures), avec surtout un quatuor de personnages haut en couleurs, des spécialistes, qu’on présente dès l’ouverture de façon déjà moderne. Une des clefs du succès des « Professionnels » repose sur ses héros, comme ce fut le cas pour « Les sept mercenaires » (mais pour un résultat bien moins meilleur, ‘jamais vraiment aimé ce film...), « Les douze salopards », « Mission : impossible » (le choix des membres de « l’équipe »), « Ocean’s 11 » pour n’en citer que le dernier, campés par des géants d’Hollywood et surtout Lee Marvin & Burt Lancaster (qui ne sera jamais doublé, l’ancien trapéziste qu’était Lancaster tenant à assurer lui-même ses scènes très physiques). Ensuite, il y a Richard Brooks, qui s’empare intégralement du film, de l’écriture à la mise en scène, jonglant avec les péripéties (on est souvent surpris) et un formalisme qui donnera à son œuvre la majesté qu’il se devait d’avoir (les paysages, l’attaque du train, celle de l’hacienda, etc...). Et à l’arrivée, on obtient un western dans la grande tradition du genre mais différent, moderne, violent, drôle, palpitant, époustouflant, deux heures de spectacle garanties. Martin Campbell va jusqu’à dire dans son interview sur le statut de classique du film, qu’il donnera cent dollars à qui lui présentera tout acteur pouvant rivaliser avec les principaux du film, chose impossible aujourd’hui, on n’ira pas jusque là (Eastwood, un peu vieux certes mais sinon, Russell Crowe, Christian Bale, Josh Brolin, George Clooney, on pourrait refaire un « Professionnels » aujourd’hui, on trouverait aisément des remplaçants à ceux d’époque !). Bonus identiques à ceux de la dernière édition DVD, à savoir un long documentaire fragmenté en trois parties et signé Laurent Bouzereau, qui revient sur le film avec documents d’époque et interviews d’aujourd’hui comme celle de la toujours belle Claudia Cardinale (qui sera plus magnifiée dans « Il était une fois dans l’Ouest », au passage...). Enfin, il y a le Blu-ray : pour un film vieux de près de quarante-cinq ans, c’est un spectacle magnifique auquel nous convie la vision de cette édition du film : même si tout n’est pas parfait, le résultat est plus souvent magnifique que décevant, et pour s’en convaincre, il suffit de voir les bonus avec des extraits du film en DVD. Alors, une chose est sûre : avec une telle copie, rechigner à posséder un classique, un chef-d‘œuvre non pas du cinéma mais du western comme « Les professionnels » ne peut être permis : et en plus, vous redécouvrirez le film comme vous ne l’avez jamais vu.

Film : 9/10
Blu-ray : copie magnifique, image Haute Définition 16x9 2.35:1 - Bonus : 7/10 : documentaire segmenté en trois parties : un film devenu un classique, portrait de Burt Lancaster, souvenirs de tournage - bande-annonce autres films.

St. THIELLEMENT



Retour au sommaire