SF Mag
     
Directeur : Alain Pelosato
Sommaires des anciens Nos
  
       ABONNEMENT - BOUTIQUE - FAITES UN DON
Sfmag No105
105
E
n
 
K
i
o
s
q
u
e
s
RETOUR à L'ACCUEIL
BD   CINE   COUV.   DOSSIERS   DVD   E-BOOKS  
HORS SERIES    INTERVIEWS   JEUX   LIVRES  
NOUVELLES   TV   Zbis  
Encyclopédie de l'Imaginaire, plus de 13 000 articles
  Sommaire - DVD -  A - F -  Ça
"Ça"
de Tommy Lee Wallace


Ca de Tommy Lee Wallace



John Ritter, Tim Curry



08/10


Une bonne surprise, que cette ré-édition du (long) téléfilm adapté d’un des meilleurs bouquins de Stephen King, celui où il associe à la perfection la nostalgie et l’innocence de l’enfance au fantastique et à le terreur qui peuvent surgir au moment le plus inopportun de notre quotidien. Vu la taille énorme du roman, un film cinéma était inconcevable. Le projet fut donc un téléfilm de 3 heures qui arriverait à retrouver la richesse de l’œuvre littéraire sans la trahir, et sans trop en couper. Le pari était risqué, il fut réussi (il s’agit sans nul conteste d’une des adaptations les plus réussies d’un King), et comme le roman, seule la fin, à savoir le combat contre « ça », demeure l’unique point faible du film.


A Derry, ville du Maine, une bande d’enfants devenus amis, livrent un combat contre une entité maléfique qui revêt le plus souvent la forme d’un clown pour mieux attirer ses jeunes victimes. Pensant l’avoir vaincue, ils se perdent progressivement de vue, la vie les appelant dans le monde des adultes. 30 ans plus tard, l’un d’eux resté à Derry leur envoie un message : « ça » est revenu.


Le clou du film, c’est « ça », du moins dans son identité de clown, que Tim Curry rend réellement terrifiant. Mais Tommy Lee Wallace (un pote à Carpenter, pour qui il réalisa l’excellent Halloween 3, et le médiocre Vampires 2) n’en oublie pas l’essence première du roman, à savoir cette grande partie sur l’enfance, thème cher à l’écrivain, avec ce qu’elle contient de souvenirs, de nostalgie, de déceptions et de joies. L’épreuve que traversera le groupe d’amis les fera rentrer un peu plus tôt dans l’âge adulte. Mais revenir 30 ans plus tard à leur passé, leur fera retrouver paradoxalement, cette période si riche. Là se trouve la meilleure partie du film, car pour ce qui est de l’âge adulte, le choix des acteurs n’est pas le meilleur qu’on aurait pu espérer. La partie enfance, elle, est traitée avec sensibilité par un réalisateur inspiré et respectueux du matériau de base. Avec Stand by me, Ca est ce que King écrivit de mieux sur cette partie de notre vie. Alternant présent et passé, émotions et suspense voir terreur, Ca se termine par une lutte à mort avec Ca sous sa véritable apparence (l’est-elle vraiment cependant ?).


Et si cela nous semble frustrant, c’est parce que tout ce qui précède est si bien traité, qu’on espérait... Quoi, on ne sait pas. Mais pas cette fin là, c’est sûr. Qu’importe, Ca demeurera une de nos adaptations favorites d’un des grands maîtres de la littérature fantastique actuelle. Petite compensation pour la présente édition DVD : le format TV a été formaté pour être compatible avec un écran 16/9ème. Vu la maigreur des bonus, c’est un élément qui a son importance.


Bonus : commentaire audio (en vo) du réalisateur & des acteurs.



Retour au sommaire