SF Mag
     
Directeur : Alain Pelosato
Sommaires des anciens Nos
  
       ABONNEMENT - BOUTIQUE - FAITES UN DON
Sfmag No104
103
E
n
 
K
i
o
s
q
u
e
s
RETOUR à L'ACCUEIL
BD   CINE   COUV.   DOSSIERS   DVD   E-BOOKS  
HORS SERIES    INTERVIEWS   JEUX   LIVRES  
NOUVELLES   TV   Zbis  
Encyclopédie de l'Imaginaire, plus de 13 000 articles
  Sommaire - Livres -  S - Z -  L’enfant de la prophétie



"L’enfant de la prophétie"
de
Jeri Smith-Ready

Editeur :
Harlequin
 

"L’enfant de la prophétie"
de Jeri Smith-Ready



Présentation de l’éditeur

Dans le village des Kalindons, la paix semble enfin revenue. Rhia, la Messagère des deux mondes, a épousé Marek, l’homme-Loup. Tous deux s’enorgueillissent d’un événement nouveau : Nilik, leur fils, âgé de seulement quelques semaines, a été désigné comme l’héritier de la Corneille, mère de la création. Mais la révélation de ce destin prodigieux ne leur porte pas chance. Car bientôt, une troupe de Descendants, ennemis des Kalindons, s’introduit dans le village et s’empare du bébé.

Et Marek, lancé à la poursuite des ravisseurs, est capturé et vendu comme esclave à Basha, la Descendante qui a fait enlever son fils. Rhia, folle d’inquiétude, part à leur recherche et, les ayant retrouvés, organise leur évasion. Mais tandis qu’elle se réjouit de revoir bientôt les deux êtres qu’elle aime le plus au monde, elle est loin de se douter qu’une nouvelle épreuve l’attend. En effet, non contente de retenir Nilik et Marek prisonniers dans la légendaire Ville Blanche, Basha tente également de s’emparer de leur Esprit. Faisant passer Nilik pour son propre fils. Contraignant chaque soir Marek à partager sa couche...

Avis de Domino

La suite de La messagère des deux mondes était attendue avec impatience depuis plus d’un an, une impatience cependant teintée de crainte : Jeri Smith-Ready saurait elle nous de nouveau nous entraîner dans ce monde si étrange et si poétique qu’elle a créé, la magie serait-elle de nouveau au rendez-vous ?

Regrettons tout d’abord que la quatrième de couverture dévoile la quasi intégralité de l’histoire laissant peu de place à la découverte des ressorts de l’intrigue. Cependant, ce résumé factuel est bien loin de restituer toute la richesse du livre, fondée en partie sur la complexité psychologique des différents personnages qui le peuplent. Ce second roman qui est la suite directe du premier reprend donc le récit là où il s’est interrompu et comme on pouvait le supposer ce n’était qu’une pause. Les épreuves pleuvent de nouveau sur les communautés d’Asermon et Kalindon avec son cortège de morts et de désolation.

Alors que le premier roman était dominé, comme écrasé par la personnalité de Rhia, dans le second, le récit se fait plus choral et de nombreux personnages juste aperçus ans le premier tome animent l’intrigue du second. Des personnages qui n’étaient qu’esquissés dans le premier volet, prennent de l’épaisseur donnant encore plus de profondeur à l’histoire.

À côté du couple formé par Rhia et Marek s’en dresse bientôt un autre, tout aussi inoubliable mais aussi le plus improbable qui soit, celui qui lie Alanka, la femme-Loup à Filip, un Descendant, l’ennemi ! Blessé à la bataille qui clôt le premier roman, il y a laissé la moitié d’une jambe. Filip, meurtri physiquement et moralement, doit réapprendre à vivre et à s’accepter, tel qu’il est, amputé, ainsi que le pouvoir qui lui est conféré. Cela donne lieu à des pages superbes où Filip exprime toute la rage, le désespoir, la honte qu’il ressent à n’être plus entier, mais aussi son désarroi devant l’écroulement de toutes ses certitudes. Sa rencontre avec Alanka, elle aussi blessée et également amputée d’une partie de son âme, lui redonnera le goût de vivre. Ces deux êtres que tout devrait opposer vont se reconnaître et se reconstruire en bâtissant leur amour. Mais tandis que Filip gravit une à une les marches qui mènent à la lumière, Marek, l’époux de Rhia connaît une véritable descente aux Enfers lorsqu’il se retrouve esclave dans la Ville Blanche des Descendants. Et alors que Filip acquiert force et pouvoir en acceptant ce qui lui est donné, Marek se voit dépouillé de tout y compris de son âme. Devenu objet, seul son désir farouche de rester avec son fils le retient à la vie.

La messagère des deux mondes était construit autour de la personnalité lumineuse de Rhia, une femme forte et libre, le récit de ce second roman est beaucoup plus éclaté. L’action est en perpétuel mouvement, les épreuves, les problèmes à résoudre s’enchaînent ne laissant guère de répit aux héros... et au lecteur. C’est ainsi qu’on passe d’un personnage à un autre, d’un lieu à un autre, d’un problème à un autre. On pourrait craindre une dispersion de l’intrigue, celle-ci fusant dans tous les sens et cependant il n’en est rien. Aucune péripétie, aucun développement ne sont gratuits, car tous sont nécessaires à l’économie du roman. Et ce qui pourrait apparaître comme un vaste fourre-tout où visions oniriques, voyages dans le monde parallèle des Esprits, authentiques voyages, épreuves réelles, dialogues se fondent en une tapisserie chatoyante formant un récit qu’on peine à lâcher !

Ce qui fonde la série c’est une opposition de culture et de philosophie de vie qui interroge sur notre rapport à la vie et au monde. Rhia et la communauté à laquelle elle appartient prônent la vie en harmonie avec la nature fondée sur le respect alors que les Descendants ne conçoivent leur rapport aux autres et au monde que dans un rapport Dominant-Dominé. Ces deux mondes antinomiques ne peuvent que finir par s’affronter. C’est ainsi que L’enfant de la prophétie devient la pièce sur laquelle va s’articuler la suite de la saga, le roman où ce qui n’était que crainte diffuse devient certitude annonçant un affrontement inévitable. Si le second tome était attendu avec impatience, le troisième [1] le sera avec fébrilité.

Jeri Smith Ready confirme tout le bien qu’on pouvait penser d’elle. Elle a l’art et la manière de rendre supportable l’insoutenable, la douleur, l’horreur et la peur. Elle touche l’âme du lecteur sans jamais recourir à des artifices grossiers ou au sensationnalisme. Par la simple magie des images qu’elle crée elle insuffle une dose de poésie et de grâce même dans les moments les plus insoutenables. Cerise sur le gâteau, au delà de l’histoire proprement dite, elle incite le lecteur à réfléchir sur son propre rapport au monde, à la nature et aux autres, à s’interroger sur ses valeurs, le tout sans lourdeur ni même volonté de convaincre. Elle met simplement le lecteur face à lui-même, tout comme Filip...

Et pour répondre à la question qui ouvrait cette critique, oui, Jéri Smith-Ready réussit de nouveau son pari de nous entraîner dans son monde fait de poésie, de douceur et de violence. La magie est toujours là, intacte, l’émotion aussi !

Dominique Simon

Fiche Technique

Format : intermédiaire
Pages : 569
Editeur : Harlequin
Collection : Luna
Sortie : 8 août 2008
Prix : 7,50 €






Retour au sommaire