SF Mag
     
Directeur : Alain Pelosato
Sommaires des anciens Nos
  
       ABONNEMENT - BOUTIQUE - FAITES UN DON
Sfmag No104
103
E
n
 
K
i
o
s
q
u
e
s
RETOUR à L'ACCUEIL
BD   CINE   COUV.   DOSSIERS   DVD   E-BOOKS  
HORS SERIES    INTERVIEWS   JEUX   LIVRES  
NOUVELLES   TV   Zbis  
Encyclopédie de l'Imaginaire, plus de 13 000 articles
  Sommaire - DVD -  A - F -  10.000 (10.000 B.C.) - Edition Blu-ray (France)
"10.000 (10.000 B.C.) - Edition Blu-ray (France) "
de Roland Emmerich
 


Avec Steven Strait, Camilla Belle, Cliff Curtis & Omar Sharif
Warner Home Vidéo

Roland Emmerich, le plus américain des allemands, celui qui commença dans le métier en « pompant » ouvertement Spielberg (« Joey ») ou Cameron (« Moon 44 ») avant de traverser l’Atlantique pour enfin faire des films chez l’Oncle Sam. Mais on doit lui reconnaitre une grande qualité : même à cette époque européenne, Emmerich maîtrisait déjà très bien tout ce qui touchait aux effets spéciaux, il savait parfaitement les intégrer dans son film. Ce qui ne changeait rien au fait que « Joey », « Moon 44 », « Le Principe de l’arche de Noé » ou encore « Ghost Chase » étaient de mauvais films. Tout comme son premier aux States au passage : « Universal soldier » avec un Van Damme qui se fait voler la vedette par Dolph Lundgren, seul intérêt de l’affaire. « Stargate » sera un peu plus réussi et débutera sa carrière au top du box-office, avant d’atteindre le firmament avec le nullissime « Independance Day », absolument insupportable à revoir aujourd’hui, grosse boursouflure plus patriotique si elle était signée d’un ricain avec une petite vingtaine de minutes d’effets spéciaux. Monumental succès interplanétaire, le film lui ouvre toutes les portes dont celle pour un remake de « Godzilla », premier vrai bon film d’Emmerich, sans être non plus un chef-d’œuvre. Par contre, le suivant se révélera surprenant : « The Patriot » se situe durant la guerre d’indépendance US avec un Mel Gibson parfait, mais surtout une réalisation d’ampleur comme on n’en avait encore jamais vu de la part d’Emmerich. Ce qui l’amènera à signer ensuite son meilleur film à ce jour, un vrai film catastrophe, et en même temps, une sorte de coup de gueule contre ce pays qu’il a tant aimé mais qui ne l’a jamais vraiment accepté (il l’a souvent dit en promo), « Le jour d’après ». Là, Emmerich a gagné un respect professionnel amplement mérité. Et le voici qui se lance dans l’épopée « 10.000 », sorte de remake de « Un million d’années avant J.C. » avec Raquel Welch en femme préhistorique (ben voyons...). Et comme ce dernier, il s’agit d’abord et avant tout d’un film d’aventures fantastiques et que celle ou celui qui y cherche une quelconque vraisemblance passe son chemin, on sait pertinemment que tout cela n’est que pur divertissement.
Depuis leur enfance, D’Leh et Evolet s’aiment. Un jour, de grands cavaliers surgissent, détruisent le village et kidnappent une partie de la population dont Evolet. D’Leh décide alors de partir, accompagné entre autres d’un ami et de son oncle. Commence alors pour ces trois chasseurs une épopée extraordinaire qui va leur faire traverser un désert, une forêt gigantesque, avant de rencontrer d’autres peuplades dont celles, très en avance, qui utilisent leurs prisonniers comme main d’œuvre pour bâtir de gigantesques temples et autres pyramides...
Ah, c’est sûr, fallait oser, et Roland l’a fait. Comme il est dit plus haut, oubliez définitivement toute trace de véracité : « 10.000 » est un grand film d’aventures situé à la préhistoire, du moins sur sa fin, avec des chasseurs coiffés de dreadlocks, de superbes jeunes femmes (Evolet, c’est Camilla Belle, vue dans l’excellent thriller « The quiet » et aussi dans la pub Nescafé, la dernière, avec George, who else ?), des autruches de la taille de dinosaures, des tigres à dents de sabre, et pour conclure, Cro-Magnon qui devient esclave des pharaons ! Chapeau, on n’osait pas y penser, mais Roland, lui, si ! Bref, c’est du n’importe quoi mais, car il y a un mais, on s’en fout un peu : pendant deux heures, vous êtes conviés à un voyage comme on en a que rarement vécu, et au final, ce n’est pas plus débile qu’un « Star Trek » par exemple. Et c’est beaucoup moins ennuyeux qu’un « Indiana Jones et le temple du crâne de cristal », si, si ! Techniquement, c’est tout de même assez bluffant, parfois raté (le tigre aux dents de sabre est magnifique dans le piège inondé, mais ridicule sur la terre ferme, allez savoir pourquoi...) et souvent spectaculaire, comme ce final assez monumental, recréé en maquettes en plein désert de Namibie. Une nouvelle preuve du talent de l’allemand pour intégrer quasi parfaitement ses effets spéciaux, parfois très « old school » (comprenez non digitaux...) à son film. L’autre plaisir vient du Blu-ray : la copie est simplement somptueuse, magnifique, étincelante. Bien sûr, les esprits chagrins regretteront que ce soit pour un tel produit mais encore une fois, pris comme il se doit d’être pris (et comme Emmerich insiste bien là-dessus dans les bonus), c’est du plaisir, de la distraction, et en tant que tel, « 10.000 » se laisse très bien voir. Niveau bonus, tout comme l’édition DVD, on a deux petits making-of qui donnent le strict minimum sur l’art et la manière de récréer ces temps oubliés, c’est court mais l’intérêt est là, on en apprend assez comme le choix de tourner en décors réels, ce qui nécessitera de voyager aux quatre coins du globe pour trouver les sites les plus propices : ça aussi, ça a de l’importance sur le résultat final. Quelques scènes coupées dont la fin alternative où on découvre le visage du narrateur à savoir Omar Sharif ! Et le Blu-ray propose en plus un documentaire de History Channel qui recrée la Terre il y a dix mille ans. C’est plus austère et pédagogique, moins rigolo que le film, mais c’est un bon complément. Voilà, tout ça pour dire en finalité que « 10.000 » n’est certainement pas la purge que beaucoup ont cataloguée comme telle, c’est une grosse série B d’aventures fantastiques, absolument invraisemblables au même titre que bien des centaines d’autres films, mais qui a le mérite d’être signée par un professionnel qui ne se fout pas de son projet. Le résultat est là, et son édition Blu-ray, visuellement superbe, constitue une raison de plus de ne pas passer à coté.

Note film : 6/10
Blu-ray : copie magnifique, image Haute Définition 16x9 2.41 :1 - Bonus : 8/10 : documentaires sur le tournage, les effets spéciaux, les décors, etc... - scènes coupées - documentaire de History Channel sur la vie il y a 10.000 ans.

Stéphane Thiellement



Retour au sommaire