SF Mag
     
Directeur : Alain Pelosato
Sommaires des anciens Nos
  
       ABONNEMENT - BOUTIQUE - FAITES UN DON
Sfmag No104
103
E
n
 
K
i
o
s
q
u
e
s
RETOUR à L'ACCUEIL
BD   CINE   COUV.   DOSSIERS   DVD   E-BOOKS  
HORS SERIES    INTERVIEWS   JEUX   LIVRES  
NOUVELLES   TV   Zbis  
Encyclopédie de l'Imaginaire, plus de 13 000 articles
  Sommaire - DVD -  M - R -  Pale rider (Id.) - Edition Blu-ray (France)
"Pale rider (Id.) - Edition Blu-ray (France) "
de Clint Eastwood
 


Avec Clint Eastwood, Michael Moriarty, Carrie Snodgress, Christopher Penn, Sidney Penny, Richard Dysart & Richard Kiel.
Warner Home Vidéo

A quelques semaines de la sortie du prochain film de Clint Eastwood (son vingt-huitième en tant que réalisateur) intitulé « Changeling » en anglais (« L’échange » en français, comme le film avec Russel Crowe & Meg Ryan...), le Blu-ray se voit offrir la ressortie de certains titres de sa filmographie. « Pale rider » est sa onzième réalisation, et son trente-deuxième film en tant que tête d’affiche, en partant de « Pour une poignée de dollars ». un retour au western aussi, après la trilogie Leone, « Pendez-les haut et court », ses deux westerns qu’il dirigea à savoir « L’homme des ahutes plaines » et « Josey Wales hors la loi », et aussi sa première sélection au Festival de Cannes, où il repartit bredouille, tout comme « Changeling » cette année (et d’ailleurs, même si Eastwood reçut une mention spéciale pour l’ensemble de sa carrière avec Catherine Deneuve, il ne vint pas sur scène, pour une obscure raison...). Revenons à « Pale rider » et avant de s’intéresser au Bluray, un petit résumé de son scénario.
Dans les montagnes californiennes, des pionniers se sont installés pour chercher l’or mythique. Mais la région et la ville voisine sont sous la coupe de Coy LaHood et de ses hommes. Ils ne cessent de harceler la communauté de chercheurs jusqu’à l’arrivée d’un mystérieux étranger qui se met en travers de leur chemin. Ce solitaire est un pasteur, qui va redonner à tous l’unité nécessaire pour combattre LaHood et ses hommes. Jusqu’au jour où ce dernier embauche un marshall et ses hommes, véritables tueurs à gages. Pour le Pasteur, le moment de justice a sonné : il connaît ces hommes, ils l’ont tué quelques années auparavant...
Et de redécouvrir, dans le rôle d’un « bad guy », feu Christopher Penn, frère de Sean, avec qui Eastwood tournera plus tard son superbe « Mystic river » qui vaudra l’Oscar à son acteur : comme quoi, Eastwood & Penn, beaucoup de points communs... Bon, revenons à « Pale rider » : on connait le goût d’Eastwood pour les histoires flirtant avec le fantastique : « Un frisson dans la nuit », « L’homme des hautes plaines », « la corde raide » et même le quatrième Dirty Harry, « Sudden impact ». « Pale rider » constitue peut-être celui qui s’en rapproche le plus : son « prêcheur » est-il un miraculé d’une exécution meurtrière ou un fantôme venant quand les plus démunis implorent un miracle ? En parallèle, on retrouve aussi une des autres thématiques de l’acteur-réalisateur, l’auteur pourrait-on dire, à savoir la combat d’un individu contre un système, un pouvoir, une tyrannie, en plus de l’injustice que cela génère. Tout cela mis en scène de façon « classique », un terme un peu galvaudé en ce qui concerne le cinéma d’Eastwood mais qui est le sien, celui qui colle le mieux à ses histoires, et il est un de ceux qui le maitrisent le mieux, ce « classicisme ». La puissance qui découle de son film en est la preuve la plus flagrante. D’un tel film, on aurait pu espérer une édition digne de ce nom surtout en Blu-ray. La déconvenue est au rendez-vous : une interactivité quasi-nulle, mais surtout une copie décevante : sur tous les paysages lointains, un sale fourmillement ternit l’image. On retrouve heureusement la qualité Blu-ray par la suite, tant par la richesse des couleurs (automnales et hivernales, un magnifique travail de la photo bien restitué) que par un détail qui montre une copie haute définition supérieure à celle de la précédente en DVD. Mais quel regret de voir que pour un tel film, l’effort n’a pas été multiplié pour rendre « pale rider » plus beau qu’il ne l’a jamais été. Ce n’est pas la catastrophe d’un fond de catalogue comme « Predator », mais tout de même, Warner nous a habitués à mieux par le passé, comme pour « Impitoyable » par exemple, plus récent certes, véritable chef-d’œuvre certes, mais ce n’est pas une raison : «  Pale rider » méritait aussi un tel traitement.

Note film : 9/10
Blu-ray : copie bonne, image Haute Définition 16x9 2.41 :1 - Bonus : 1/10 : bande-annonce.

St. THIELLEMENT



Retour au sommaire