SF Mag
     
Directeur : Alain Pelosato
Sommaires des anciens Nos
  
       ABONNEMENT - BOUTIQUE - FAITES UN DON
Sfmag No105
105
E
n
 
K
i
o
s
q
u
e
s
RETOUR à L'ACCUEIL
BD   CINE   COUV.   DOSSIERS   DVD   E-BOOKS  
HORS SERIES    INTERVIEWS   JEUX   LIVRES  
NOUVELLES   TV   Zbis  
Encyclopédie de l'Imaginaire, plus de 13 000 articles
  Sommaire - DVD -  A - F -  Candyman 2
"Candyman 2"
de Bill Condon


Candyman 2 de Mary Lambert



6/10


Tony Todd, Veronica Cartwright...


Pour celles et ceux qui ne connaissent pas Candyman, ce second volet est parfait puisqu’il plonge dans le passé et dans la “naissance” de ce croquemitaine original, sorti tout droit de l’imagination de Clive Barker dans un de ses Livres de Sang. Initialement, le premier film était une adaptation très développée de l’histoire d’une jeune étudiante s’intéressant aux légendes urbaines et découvrant dans les quartiers défavorisés de Chicago le mythe de Candyman, peintre noir lynché au temps de la ségrégation dans le vieux Sud pour être tombé amoureux de la fille du riche propriétaire blanc d’une plantation. Il fut poursuivi, on lui coupa la main et l’on enduisit son corps de miel pour que les abeilles le recouvrent entièrement. Sa seule vengeance est d’exister au travers des rumeurs et quiconque prononce son nom cinq fois le verra apparaître pour son plus grand malheur : Candyman l’écharpera de son crochet (qui remplace dorénavant sa main) et la légende perdurera.


Donc, pour tout novice au personnage, cet opus 2 est parfait puisqu’il plonge dans le passé, rappelle deux ou trois faits relatifs au premier volet, et dans l’ensemble, nous permet de mieux faire connaissance avec Candyman. C’est aussi là que réside la seule vraie faiblesse de ce film, qui se révèle bien plus classique dans son traitement que le précédent (qui au passage n’existe pas en zone 2 pour l’instant, mais seulement en zone 1...


Sous-titré français quand même !). À part cela, Candyman 2 a la chance d’avoir Bill Condon derrière la caméra et c’est ce qui en fait une séquelle des plus honorable. Dans chaque carrière d’un réalisateur, il y a au moins un excellent film, voire un petit chef-d’œuvre. De Bill Condon, on a eu la très belle ghost-story gothique Sister, Sister et surtout le remarquable Gods and Monsters, relatant les derniers jours de James Whale, et qui valut à Condon l’Oscar du meilleur scénario original. En parallèle à ses talents d’écriture, c’est un esthète de l’image, à la réalisation soignée, qualités qu’on peut vérifier avec ce Candyman 2 (la copie est plutôt bonne) qui, en attendant la sortie française du premier, mérite une place dans toute bonne DVDthèque fantastique.


Bonus : bande annonce en v.o.



Retour au sommaire