SF Mag
     
Directeur : Alain Pelosato
Sommaires des anciens Nos
  
       ABONNEMENT - BOUTIQUE - FAITES UN DON
Sfmag No104
103
E
n
 
K
i
o
s
q
u
e
s
RETOUR à L'ACCUEIL
BD   CINE   COUV.   DOSSIERS   DVD   E-BOOKS  
HORS SERIES    INTERVIEWS   JEUX   LIVRES  
NOUVELLES   TV   Zbis  
Encyclopédie de l'Imaginaire, plus de 13 000 articles
  Sommaire - DVD -  M - R -  Rollerball
"Rollerball"
de John McTiernan


Rollerball de John McTiernan



4/10


Chris Klein, Rebecca Romijn-Stamos, Jean Reno, LL Cool J...


Difficile d’aimer le dernier film du grand Mc T. Celui qui nous donna Predator, Die Hard 1 et Die Hard 3, A la poursuite d’Octobre Rouge, et surtout Le 13e Guerrier qui, même dans sa version “charcutée” reste un monument, livre ici un remake du film de Norman Jewison très décevant. D’un autre côté, ce nouveau Rollerball n’est pas non plus le navet dénoncé par beaucoup.


Dans le futur, un sport ultra violent stimule les foules, enrichissant les uns, abrutissant les autres, le Rollerball. Ayant besoin de fric, Jonathan Cross s’engage dans l’équipe américaine du jeu. Mais il va découvrir rapidement que tout cela n’est qu’un décor destiné à décupler le pouvoir et la puissance du créateur du jeu, Petrovich, et ce même au prix de vies humaines


La version de Jewison a très mal vieilli sauf pour ses séquences de violence, qui galvanisait les foules. Le Rollerball de Mc T. n’arrive jamais à un tel degré de sauvagerie, car ce qu’il souhaite d’abord, c’est révéler toute une organisation pourrie qui entoure le jeu et ses intérêts. Et du coup, même si il y a des coups bas, ceux-ci ne sont jamais porteurs de cette violence qui stimule le public. Au contraire, celui-ci semble rejeter ces nouvelles règles. Et c’est là que le bât blesse le plus dans le film. Car tout en voulant démontrer ces manipulations, l’énorme pouvoir médiatique, Mc T. s’emmêle les pinceaux dans son histoire, et rend son film bancal. Quand on arrive à la fin, et que l’on comprend où était vraiment l’intérêt de ce remake pour lui, il est trop tard. On s’attendait à voir une dénonciation de la violence d’un sport pour tirer des profits énormes, on n’a droit qu’à des plans lassants du jeu, rapides, bourrés de faux-raccords, presque laids parfois


Le Rollerball était au centre du scénario, c’est lui qui a souffert le plus de ce que voulait vraiment traiter Mc T. Et même si le film a été saboté par le studio, difficile de croire qu’on aurait pu en tirer un chef-d’œuvre. Ce qui n’était pas du tout le cas du 13e Guerrier. Le retour à un état primal de l’humain confronté à certaines situations échappe ici à John Mc Tiernan, qui réalise non pas son plus mauvais film (ça n’existe pas chez lui), mais le plus décevant après Medecine Man. Rien ne rattrape ce ratage, ni les acteurs (et Jean Reno en maffioso de l’Est, ça fait vraiment rire !), ni le savoir-faire d’un des plus grands réalisateurs actuels. On le sent juste par moments “toucher” ce qu’il souhaitait vraiment faire de son remake. Comble de bonheur, cette édition DVD ne cherche pas à en faire plus. Certes, la copie est superbe, mais questions bonus, ça craint quand même : commentaires des acteurs (vachement intéressant de les écouter raconter leurs anecdotes de tournage !), l’agenda de Rollerball qui vous expliquera certaines règles du jeu (!!!), et enfin d’autres bandes-annonces de l’éditeur. Là, il n’y a pas à dire : Rollerball a vraiment un statut de film maudit, que beaucoup veulent donc oublier.


Bonus : Commentaire audio des acteurs / Explications sur le jeu / Bandes annonces



Retour au sommaire