SF Mag
     
Directeur : Alain Pelosato
Sommaires des anciens Nos
  
       ABONNEMENT - BOUTIQUE - FAITES UN DON
Sfmag No102
103
E
n
 
K
i
o
s
q
u
e
s
RETOUR à L'ACCUEIL
BD   CINE   COUV.   DOSSIERS   DVD   E-BOOKS  
HORS SERIES    INTERVIEWS   JEUX   LIVRES  
NOUVELLES   TV   Zbis  
Encyclopédie de l'Imaginaire, plus de 13 000 articles
  Sommaire - BD -  Batman / Judge Dredd 1 : Jugement à Gotham

"Batman / Judge Dredd 1 : Jugement à Gotham " de Alan Grant, John Wagner & Simon Bisley

- Anderson...? Je suis aux cubes interrogatoires. Dredd a ramené un crétin.
- Batman...
- Commet le savez-vous ?
- Je suis télépathe. Et vous savez quoi ? J’ai l’impression que je ne vais pas aimer ce que vous avez à me dire...

Gotham subit la loi du Judge Death. Ce voyageur interdimensionnel a observé que les crimes étaient commis par des vivants. Pour éradiquer le crime la solution est donc simple.
Une solution radicale à laquelle s’oppose Batman. Le corps du Judge Death ayant été détruit, son âme cherche un autre corps où habiter. Pour Batman, la poursuite s’avère problématique d’autant qu’il a mis la main sur un gadget du Judge Death qui le transporte accidentellement dans une autre dimension. Bienvenue à Mega City One, fief du Judge Dredd et de quelques super menaces comme Mean Machine le cyborg déjanté.
Le contact entre les deux héros se traduit par l’arrestation du justicier de la Nuit, son tabassage et son jugement immédiat : 15 ans d’emprisonnement avec un commentaire explicite du Judge Dredd "Je hais les justiciers !". D’où une requête somme toute légitime de Batman :
- Me serait-il possible de dialoguer avec quelqu’un de cohérent ?
- Vous m’avez demandé ?

Voici le Judge Anderson : incarnation de la cohérence, de la féminité et des pouvoirs psychiques.
Mais Dredd ne veut rien entendre. Qu’importe que le Judge Death, sans oublier Mean Machine soient en train de massacrer la population de Gotham. Cette dimension parallèle est en effet hors juridiction. Le principal c’est que Batman purge ses vingt ans ! Ce n’était pas quinze ? En effet, mais il a fallu rajouter quelques années pour outrage à magistrat ( Dredd), ainsi que coups et blessures à un magistrat (Dredd).
Pendant ce temps, le Judge Death a fait la connaissance ( dans la morgue de Gotham) de l’Epouvantail super vilain local distillant la peur à haute dose. Les alliés de circonstance vont donc répandre la mort et la peur à l’endroit idéal : un concert de rock !
Parallèlement la peine de Batman est sur le point d’être augmentée pour cause d’évasion ( avec la complicité du Judge Anderson, la personne cohérente de Gotham) dès que Dredd les aura rattrapé.
Les auteurs britanniques de 2000 AD se sont déchaînés dans la confrontation hors normes des deux héros fanatiques : l’un de l’ordre, l’autre de la justice, sans oublier le personnage du juge Death qui n’hésite pas à trucider tout en s’improvisant chanteur de rock et à remplacer son ornement d’épaule. Comme on ne trouve pas beaucoup de ptérodactyle à Gotham son ornement sera...un poulet.

Damien Dhondt

Scénario : Alan Grant & John Wagner, Dessin : Simon Bisley _ Batman Judge Dredd tome 1 : Jugement à Gotham (Judgement On Gotham) _ Traduction : Janine Bharucha, Lettrage : Martine Segard _ Comics USA mars 1992 _ Inédit, grand format, 60 pages couleurs _ 10,52 euros



Retour au sommaire