SF Mag
     
Directeur : Alain Pelosato
Sommaires des anciens Nos
  
       ABONNEMENT - BOUTIQUE - FAITES UN DON
Sfmag No105
105
E
n
 
K
i
o
s
q
u
e
s
RETOUR à L'ACCUEIL
BD   CINE   COUV.   DOSSIERS   DVD   E-BOOKS  
HORS SERIES    INTERVIEWS   JEUX   LIVRES  
NOUVELLES   TV   Zbis  
Encyclopédie de l'Imaginaire, plus de 13 000 articles
  Sommaire - DVD -  M - R -  Paradise lost (Turistas) - Edition zone 2 (Inédit)
"Paradise lost (Turistas) - Edition zone 2 (Inédit) "
de John Stockwell
 

Avec Diana Glenn, Maeve Dermody, Andy Rodoreda
TF1 Vidéo

Avant de passer derrière la caméra, John Stockwell était acteur. Et il y a de grandes chances que vous le connaissiez. Déjà, de par le fantastique via l’adaptation du roman de Stephen King, « Christine » : il était Dennis, le pote d’Arnie, l’adolescent qui sera possédé par la Plymouth Fury 58. Sinon, il reste « Top Gun » : il est au début du film, celui qui panique sec dans on avion, laissant du coup la place à Top Gun au petit Tom Cruise. Ca y est, vous le remettez ? Bon. On citera encore « Campus », son thriller signé Albert Pyun sur des étudiants qui jouent à se tuer pour de vrai sans le savoir. Autrement, plein de petites séries B, de séries TV. Et puis il passe derrière la caméra. D’abord avec un polar « Under cover » sur un flic étudiant infiltré au collège pour démonter des trafics de drogue. Suivit sa love-story rebelle « Crazy beautiful » avant de percer un peu plus avec le pourtant pas bon du tout « Blue crush » où Kate Bosworth et Michelle Rodriguez font du surf de compétition à Hawaii, aidées par des effets spéciaux médiocres où leurs têtes sont rajoutées sur les corps de vraies sportives locales. Seul bon point du film : de bonnes séquences sous-marines, qui deviendront excellentes dans « Bleu d’enfer » où Paul Walker et Jessica Alba sont chercheurs de trésors sous les tropiques. Petit scénario mais série B jouissive, parfaite à regarder (existe dans un Blu-ray renversant, au passage) quand il pleut. Et le voici aujourd’hui aux commandes d’un thriller horrifique, trop vite comparé à « Hostel », et qui constitue à ce jour le meilleur film de Stockwell.
Alex, sa sœur Bea et sa meilleure amie Andy sont trois jeunes étudiants américains typiques : beaux, bronzés, et qui veulent s’éclater au Brésil avant de rentrer étudier chez eux. Un jour, le bus dans lequel ils voyagent se renverse. Ils se dirigent alors vers un petit village côtier. Là, cocktails et soirées dansantes à la plage leur font oublier leurs déboires. Mais au petit matin, la réalité est autre : ils se retrouvent enfermés dans une demeure, entendent des cris, et découvrent que ce voyage de plaisir va se transformer en un cauchemar parmi les pires qu’ils auraient pu imaginer. Maintenant, il va falloir lutter et tuer pour survivre... Si cela est encore possible.
Présenté à Gérardmer 2008 dans la Compétition des Inédits Vidéo (où le vainqueur fut le médiocre « Détour mortel 2 »), « Paradise lost » (titre français de « Turistas » qu’on ne pouvait garder, hein, sans rigoler, car la turista chez nous, c’est la chiasse lors d’un voyage, pour celles et ceux qui l’ignorent...) arrive enfin en vidéo. Si on pense à « Hostel », c’est lors de quelques séquences de torture bien gore ; mais il y a ici un message, qui donne un ton plus réaliste que ce qu’on voit dans le film d’Eli Roth. Il est bien résumé à un moment donné par le « tueur » : « Vous autres, américains, vous venez ici, vous salissez, détruisez, profitez de ce pays ; à nous d’en prendre une partie ! » Et quand vous verrez le film, donc quand vous savez, le message est encore plus glacial. Tout cela donne donc une sorte de film d’horreur différent de la moyenne, très bien écrit, intense, bénéficiant de quelques séquences sous-marines très belles (et c’est Stockwell qui s’y colle). Le reste n’est pas désagréable, des paysages aux plastiques superbes de certaines actrices, et en plus d’un film agréable, on découvre un thriller (ou un shocker, vous choisissez) plutôt surprenant. Malheureusement, il faudra se contenter du film car question bonus, c’est le vide total, même pas une bande-annonce. Bon, on a déjà la version non-censurée, c’est déjà ça. Mais en ce qui concerne John Stockwell, « Paradise lost » est enfin son premier très bon film. Mais ça refroidit quant à faire du tourisme dans certains pays, c’est certain.

Note film : 8/10
DVD : copie excellente, format d’origine 2.35, image 16/9ème compatible 4/3 - Bonus : 0/10 : rien de rien.

St. THIELLEMENT



Retour au sommaire