SF Mag
     
Directeur : Alain Pelosato
Sommaires des anciens Nos
  
       ABONNEMENT - BOUTIQUE - FAITES UN DON
Sfmag No102
103
E
n
 
K
i
o
s
q
u
e
s
RETOUR à L'ACCUEIL
BD   CINE   COUV.   DOSSIERS   DVD   E-BOOKS  
HORS SERIES    INTERVIEWS   JEUX   LIVRES  
NOUVELLES   TV   Zbis  
Encyclopédie de l'Imaginaire, plus de 13 000 articles
  Sommaire - DVD -  S à Z -  Tuez Charley Varrick (Charley Varrick) - Edition zone 2 (Inédit)
"Tuez Charley Varrick (Charley Varrick) - Edition zone 2 (Inédit) "
de Don Siegel
 


Avec Walter Matthau, Joe Don Baker, Felicia Farr, Andy Robinson, John Vernon
Bac Vidéo

Ca, c’est ce qui s’appelle une excellente surprise : (re)découvrir une épatante série B des années 70 dans une copie restaurée, au format, avec une vostf, c’est le genre de bonheur total qui arrive de temps en temps dans le monde du DVD (antérieurement, il y eut « Cujo », « Enfer mécanique », « Razorback », « Martin », « Gods and monsters », « Looker », etc... Et on attend pour bientôt, en Juin exactement, « Les révoltés de l’an 2000 »...). Cette perle du polar noir est signée Don Siegel, et pour beaucoup, il constitue un des cinq meilleurs films, réputation amplement méritée c’est vrai. Siegel, c’est « L’invasion des profanateurs de sépultures » mais aussi et surtout « L’inspecteur Harry », « Les proies », « L’évadé d’Alcatraz », tout ça avec Clint Eastwood qu’il rencontra pour « Un sheriff à New-York », il devint un de ses « maîtres » et l’acteur lui co-dédicaça (avec Sergio Leone) « Impitoyable ». Un réalisateur formé à la télévision, qui se fit remarquer par sa version de l’adaptation des « Tueurs » d’après Hemingway. Il dirigea aussi John Wayne dans son dernier film et western, « Le dernier des géants », par contre pour un résultat un peu mou du genou mais bon. Mais avec « Tuez Charley Varrick », Siegel mit le meilleur de ses compétences pour faire de ce petit polar un futur classique qui gagnerait au fil des années un bien plus grand succès qu’à sa sortie. C’est simple, tout fan du genre connait ce film et le cite souvent dans les meilleures réussites de cette période, aux côtés d’autres tels que « Echec à l’organisation » de John Flynn, « Mister Majestyk » de Richard Fleisher, « Un justicier dans la ville » de Michael Winner, etc... C’est pour dire que cette sortie est à elle seule un petit évènement, passé quasi inaperçu, et qui en plus se solde par une certaine difficulté à trouver le film. Pour info, il est disponible sur Fnac.com plus facilement que dans les magasins Fnac, étrange, non ? Allez, revenons à ce brave Charley Varrick.
Charley Varrick est un petit gangster, qui ne vit que de petits coups avec sa femme et parfois un acolyte. Mias ce jour-là, le hold-up d’une banque d’un bled paumé tourne mal, sa femme reçoit une balle, un flic est tué et comble de tout, il découvre qu’il est en possession de plusieurs centaines de milliers de dollars. Ce qui, pour une si petite banque, ne peut signifier qu’une chose : la Mafia s’en sert comme dépôt, et pour Charley, c’est le début des emmerdes. Les flics le cherchent, son partenaire devient trop imprudent et un mystérieux tueur impitoyable le poursuit...
Il y a comme du Elmore Leonard dans cette histoire avec ses personnages modestes qui ne font que des actes modestes mais qui se retrouvent embringués dans un maelström d’évènements qui les dépassent mais qu’ils arrivent cependant à maitriser par cette habitude à rester les pieds sur Terre. Varrick est un truand, qui l’est devenu par la force des choses, mais qui a toujours su s’en sortir justement en gardant en tête de toujours faire gaffe. Jusqu’à ce jour, où il tuera même un homme pour s’en sortir. Car Varrick peut quand même tuer aussi. C’est Walter Matthau qui donne vie à cet homme assez amoral quand même, avec son air bonace et une grande force de caractère. Varrick sait calculer les actions en avance, il anticipe quand il le faut et agit toujours sans précipitation, mais pile au bon moment. Avec un tel scénario, Siegel donne le meilleur de son talent, très épuré, direct, économe, une recette qu’Eastwood a appliqué à la majorité de ses films. Le résultat est là, c’est un plaisir cinéphilique, celui de voir vraiment du très bon boulot avec limite trois fois rien. Un petit bijou, à qui cette édition DVD donne le meilleur écrin, puisqu’il s’agit ni plus ni moins que de la meilleure édition DVD du film au monde ! Hé oui, le zone 1 est tout pourri, et ailleurs, hein, « Tuez Charley Varrick », on s’en fout un peu beaucoup. Alors, ne passez pas à côté d’un tel trésor, surtout que la copie est plutôt très belle (pas parfaite, hein, par moments, le film accuse son âge et la restauration n’est pas uniforme), que la jaquette a la bonne idée de reprendre la très belle affiche d’origine et qu’en bonus, le réalisateur français Alain Corneau dit tout le bien qu’il pense de ce polar noir, classique reconnu à sa juste valeur trente cinq ans plus tard.

Note film : 9/10
DVD : 10/10 (copie excellente, format d’origine 1.85, image 16/9ème compatible 4/3) - Bonus : entretien avec Alain Corneau - bande-annonce - galerie photo.

St. THIELLEMENT



Retour au sommaire