SF Mag
     
Directeur : Alain Pelosato
Sommaires des anciens Nos
  
       ABONNEMENT - BOUTIQUE - FAITES UN DON
Sfmag No105
105
E
n
 
K
i
o
s
q
u
e
s
RETOUR à L'ACCUEIL
BD   CINE   COUV.   DOSSIERS   DVD   E-BOOKS  
HORS SERIES    INTERVIEWS   JEUX   LIVRES  
NOUVELLES   TV   Zbis  
Encyclopédie de l'Imaginaire, plus de 13 000 articles
  Sommaire - DVD -  M - R -  Motel (Vacancy) - Edition Blu-ray (France)
"Motel (Vacancy) - Edition Blu-ray (France) "
de Nimrod Antal
 


Avec Kate Beckinsale, Luke Wilson.
Columbia TriStar Home Vidéo

Ce n’est pas nouveau, mais certains films ne méritent pas du tout l’anonymat dans lequel ils finissent leur carrière, faute de chance, de coup de pouce promotionnel, de critiques dithyrambiques, de stars méga populaires, d’une affiche réussie, etc... Et chaque année, un quota de ces « petits » films finissent dans l’oubli jusqu’à leur sortie en vidéo qui rattrapent (parfois) le coup. En 2007, sont ainsi passés à la trappe l’excellent polar noir « The lookout » (premier film du scénariste de « Hors d’atteinte », excellent), « L’invisible » (du scénariste de « Blade 2 » et « Batman Begins », pour n’en garder que le meilleur...), et aussi ce « Motel » qui sort aujourd’hui en Blu-ray (grande est notre chance, « The Lookout » n’a pas eu tant d’égards !) et DVD, ce qui permet de constater qu’à la revoyure, il n’en est que meilleur.
Suite à la perte de leur enfant, Amy et David sont au bord du divorce. Devant se rendre à une fête familiale, David emprunte un raccourci pas vraiment indiqué sur les cartes. Peu de temps après, leur voiture tombe en panne. Ils marchent et arrivent un peu plus loin à un motel. Par hasard, ils découvrent dans leur chambre des cassettes vidéo (si, si, à l’âge du DVD, ces choses existent encore...) et en les visionnant, ils comprennent très vite que ces films d’horreur sur des tortures et autres violences sur des êtres humains, sont en fait des films tournés pour de vrai avec comme principaux acteurs, les clients du motel qui ne repartent en fait jamais...
On songe à plusieurs autres films en voyant « Motel » : « Psychose », bien entendu, mais aussi « Breakdown » avec Kurt Russell, « Détour mortel », « Hostel », etc... A la seule différence d’avec ces deux derniers, c’est que « Motel » joue plus la carte du suspense très noir proche de l’épouvante que de l’horreur la plus gore qui soit. Presque nouveau venu, car peu de gens connaissent ses films précédents tournés en Hongrie, l’américain Nimrod Antal est revenu à Los Angeles et a accepté de relever le défi de ce petit shocker hitchcockien en diable (jusque dans son générique, très tendance Saul Bass de « La mort aux trousses »). Grâce à lui, « Motel » gagne ses galons et arrive à être suffisamment efficace pour susciter une tension des plus terrifiantes. Les réactions, les actes, les passifs d’Amy et David sonnent justes, leurs tortionnaires sont bien tarés sans être surhumains, et conjugués à un cadre limité (un motel, c’est tout), Antal bâtit un film maîtrisé, surprenant par moments, qui s’achève peut-être sur une ultime note trop optimiste pour être vraiment crédible. Qu’importe, le résultat est là, et « Motel » peut se targuer d’être plus réussi que de plus grosses machines vendues comme extrêmement performantes, et constitue une sorte de « survival » noir. L’édition Blu-ray a le mérite de restituer une copie magnifique qui participe aux points positifs du film, dont une photo très contrastée dans des tons typiquement californiens (jaune, rouge, sable, etc...). Question bonus, on pourrait penser de prime abord à un ensemble un peu rachitique mais au final, le petit making-of se révèle assez complet (comment qu’ils ont recréé le motel en studio, extérieur et intérieur, la folie !) et constitue le meilleur du lot, composé aussi de scènes coupées dont un début alternatif (ça change, on est plus habitué à la « fin alternative »...) qui en fait reprend la fin et dont le sentiment général serait proche du : bof ! Et aussi d’extensions des snuffs filmés par les tarés. Cela suffit finalement amplement, l’important étant surtout d’avoir la chance de (re)découvrir un excellent petit shocker mâtiné d’autres éléments de genre, le tout à une sauce moins grand-guignolesque que d’habitude mais qui n’en demeure pas moins extrêmement intense, et finalement très terrifiant, le tout sur un support vidéo qui, dans le cas présent, se révèle parfait.

Film : 8/10
Blu-ray : copie magnifique, image Haute Définition 16x9 2.35 :1 - Bonus : 6/10 : making-of, scènes coupées.

St. THIELLEMENT



Retour au sommaire