SF Mag
     
Directeur : Alain Pelosato
Sommaires des anciens Nos
  
       ABONNEMENT - BOUTIQUE - FAITES UN DON
Sfmag No104
103
E
n
 
K
i
o
s
q
u
e
s
RETOUR à L'ACCUEIL
BD   CINE   COUV.   DOSSIERS   DVD   E-BOOKS  
HORS SERIES    INTERVIEWS   JEUX   LIVRES  
NOUVELLES   TV   Zbis  
Encyclopédie de l'Imaginaire, plus de 13 000 articles
  Sommaire - DVD -  A - F -  Commando - Edition Blu-ray (France)
"Commando - Edition Blu-ray (France) "
de Mark Lester
 


Avec Arnold Schwarzenegger, Rae Dawn Chong, Vernon Wells.
FPE Vidéo

Si vous vous intéressez un peu à l’avenir du DVD, en l’occurrence au prochain support haute-définition, vous savez donc que c’est le Blu-ray qui a gagné. En Mai prochain, cela en sera fini du HD-DVD. Par exemple, Warner sortira « Beowulf » en version director’s cut uniquement en Blu-ray. Donc, les grands éditeurs qui avaient déjà opté pour ce support y vont de leurs sorties mensuelles. Et là, parfois, on aurait tendance à être méchant : que les fonds de catalogue soient de la partie, d’accord mais que leurs copies soient au moins remises « à niveau ». Si on prend le cas 20th Century Fox, on a droit aux Blu-ray équivalents à de très bonnes copies DVD, et à d’autres renversantes (attendez de voir « Le jour d’après » et surtout celle de « From hell », je n’ai jamais vu le film ainsi, c’est magnifique, mais aussi encodé MPEG-4 soit le summum). Dans les moyens, on a déjà eu droit à celle de « Robocop » meilleure que celle de notre DVD dernièrement édité en zone 2 mais simplement du niveau du dernier zone 1 (avec le boitier métallique) à savoir que pour un Blu-ray, ce n’est pas génial non plus. Et là, on a « Commando ». Dans quelques semaines sort un director’s cut aux States en DVD. Si le studio peut faire ça, pourquoi ne pas faire un effort pour ce Blu-ray ? Oh, l’image est parfois belle, mais aussi parfois médiocre. Les passages où on voit qu’on est face à du Blu-ray sont les moments les plus colorés comme le début du film par exemple. Mais tout ça en mono couche... Alors sortir les plus gros vieux succès pour les encoder en Blu-ray, d’accord, mais franchement, avec un petit plus de re-masterisation, ça ne ferait pas de mal. « La mouche » sort prochainement, on peut craindre le pire, le film étant comme « Commando » encodé à priori en MPEG-2. Enfin, pour ces quelques passages réellement « Blu-ray », c’est toujours un peu mieux que la dernière édition DVD.
Et le film alors ? Une excellente parodie de film d’action, mise en chantier juste après l’énorme succès de « Rambo 2 : la mission », avec notre cher Arnold alors au sommet de sa forme. Avec ce film, l’acteur sortait de la réussite de « Terminator » mais aussi des échecs cuisants des médiocres « Conan le destructeur » et « Kalidor » (revu récemment, il est redoutable celui-ci mais j’aimais bien quand j’étais gosse...), et prouvait qu’il pouvait s’attaquer à d’autres genres. La suite, ce sera « Prédator » (bientôt en Blu-ray aussi, tiens), « Terminator 2 », « Double détente », « Total recall », « True lies », etc... Avant la chute des « Junior » et autre « Course du jouet ». Bref, il incarne un ex-soldat rompu a tous les combats, John Matrix (!!!) dont la fille est kidnappée. Ce moyen de pression devant le forcer à éliminer un président d’Amérique centrale. Mais Matrix s’échappe d’un avion en plein vol et a une dizaine d’heures pour retrouver sa gamine (la jeune Alyssa Milano, bien sage à l’époque...) et éliminer les méchants.
Si vous ne connaissez pas « Commando », ne pensez pas voir un film d’action au 1er degré : c’est un véritable cartoon en live auquel nous convie Mark L. Lester (« Class 84 ») et Schwarzy où bien des répliques sont parmi les plus cultes du cinéma (et ça, c’est du au scénariste Steven E. De Souza) comme « Des bérets verts, j’en prends deux à chaque petit déjeuner ! » ou « Tu te souviens, je t’avais dit que je te tuerais en dernier ? (dit Schwarzy à cette petite frappe de David Patrick Kelly en le tenant au dessus du vide par un pied) « Hé bien je t’ai menti ! » (dit-il en le lâchant !). Quant au final dans la villa du dictateur instigateur du kidnapping, c’est carrément du n’importe quoi, un vrai jeu vidéo où on élimine à chaque silhouette apparaissant dans un angle ! Sans oublier non plus des prouesses physiques de l’ex-bodybuilder autrichien comme pousser un 4X4 en haut d’une côte, se trimballer un tronc d’arbre sur l’épaule, arracher des sièges de voiture, etc... Du pur cartoon qu’on vous dit, à (re)voir pour le fun indécrottable qu’il suscite. En soi, une sorte de classique, pas très bien desservi donc par cette édition Blu-ray, techniquement limite moyenne, et des plus pauvres quant à ses bonus (le director’s cut à sortir en est bardé... Mais bon, c’est comme ça !). Enfin, quand on aime, comme dirait l’autre, ça ne compte pas. Mais quand même, la pilule est difficile à avaler.

Stéphane Thiellement
Note film : 8/10
Blu-ray : copie moyenne, image Haute Définition 16x9 1.85 :1 - Bonus : 1/10 : bande-annonce et c’est tout.



Retour au sommaire