SF Mag
     
Directeur : Alain Pelosato
Sommaires des anciens Nos
  
       ABONNEMENT - BOUTIQUE - FAITES UN DON
Sfmag No105
105
E
n
 
K
i
o
s
q
u
e
s
RETOUR à L'ACCUEIL
BD   CINE   COUV.   DOSSIERS   DVD   E-BOOKS  
HORS SERIES    INTERVIEWS   JEUX   LIVRES  
NOUVELLES   TV   Zbis  
Encyclopédie de l'Imaginaire, plus de 13 000 articles
  Sommaire - DVD -  A - F -  Abîmes
"Abîmes"
de David Twohy








 


Abîmes (Below)


Réalisateur : David Twohy


Avec :
Bruce Greenwood, Olivia Williams, Jason Flemyng


Même si il commença sa carrière par l’épatant téléfilm sorti parfois en salles en Europe (sauf chez nous : directement en vidéo, disponible d’ailleurs en DVD avec vostf) Timescape ou The grand tour, que suivit l’excellent The arrival (des extra-terrestres sont déjà sur terre, ce que découvre par hasard Charlie Sheen), puis les scénariis de Waterworld, Terminal velocity, GI Jane (et oui !), c’est surtout avec Pitch Black que David Twohy connut enfin une reconnaissance des plus méritées. On attend avec d’autant plus d’impatience son prochain film, Les chroniques de Riddick, qui serait une pré-quelle à Pitch Black, toujours avec Vin Diesel, et dont la bande-annonce (visible sur le net un peu partout) laisse augurer d’un projet de Science-Fiction assez monumental.


Entre les deux, il y eut Abîmes, co-écrit par Darren Aronofsky (Requiem for a dream, pas n’importe qui non plus), dont la sortie salles fut sabordée aux States, son distributeur Miramax croyant tenir un nouveau K19 (de Kathryn Bigelow avec Harrison Ford, excellent film au demeurant) mais qui se rétracta quand il vit les chiffres du box-office, sans pour autant se re-pencher sur le cas Abîmes et découvrir ainsi qu’il s’agissait d’un pur film de terreur abyssal sur un sous marin hanté.


En plein Atlantique, 3 naufragés sont recueillis à bord du sous-marin USS Tiger Shark. Très rapidement, en même temps que l’équipage, ils réalisent que les petits incidents qui surviennent ne seraient pas vraiment simplement mécaniques, mais bel et bien plus surnaturels qu’ils n’y paraissent. En fait, ils seraient l’œuvre d’un fantôme n’acceptant pas sa mort injuste. A moins qu’une fuite d’hydrogène ait rendu tout être humain sujet à des hallucinations et à une paranoïa des plus mortelles


La " patte " de Twohy, on la reconnaît à d’excellentes scènes surprenantes, faisant surgir le choc ou la peur là où on l’attend le moins, mais toujours amenée avec une précision d’autant plus forte qu’elle est mise en scène avec un maximum de sobriété, très sèchement. Ainsi, vous aurez droit à une dizaine de secondes dans le noir total, sans le moindre bruit, vous aurez droit à une variante du reflet dans le miroir (très importante quant aux phénomènes de fantômes...) qui vous fera grimper aux rideaux, et à cela succédera une conclusion qui vous cloue sur place, comme un embrochement jamais vu jusqu’ici


Et la touche Aronofsky alors ? Elle existe, au travers de questions sur l’existentialisme de chacun, un stade où ces marins damnés se demandent si ils ne sont pas déjà morts, et si ce qu’ils vivent ne serait pas qu’un voyage dans les limbes de l’enfer. On pourrait encore énumérer longtemps les qualités de ce film, mais ce serait trop en révéler.


Simplement, Abîmes n’est ni plus, ni moins que le meilleur film de bateau hanté jamais vu, mélangeant intelligemment des genres (guerre, action et terreur) pour devenir un film parfaitement abouti, où aucune concession n’est faite pour satisfaire les codes commerciaux actuels. Partant de ça, mieux lancé, Abîmes aurait pu, et dû, avoir un succès amplement plus mérité. L’édition DVD se chargera de réparer cette injustice, avec une superbe copie (très important vu le contexte du film, souvent dans les ténèbres sous-marines), et même si les bonus se retrouvent très limités, même en intérêt. Pour une fois, on aurait vraiment aimé un commentaire audio des créateurs de ce petit chef d’œuvre, ou du moins du " Grand " David Twohy.


Note : film : 10/10 DVD : 06/10



Bonus : Disc 1 (vostf) : making-of promotionnel ; scènes coupées commentées par David Twohy ; bande-annonce.

Stéphane Thiellement



Retour au sommaire