SF Mag
     
Directeur : Alain Pelosato
Sommaires des anciens Nos
  
       ABONNEMENT - BOUTIQUE - FAITES UN DON
Sfmag No105
105
E
n
 
K
i
o
s
q
u
e
s
RETOUR à L'ACCUEIL
BD   CINE   COUV.   DOSSIERS   DVD   E-BOOKS  
HORS SERIES    INTERVIEWS   JEUX   LIVRES  
NOUVELLES   TV   Zbis  
Encyclopédie de l'Imaginaire, plus de 13 000 articles
  Sommaire - DVD -  S à Z -  Toolbox murders - Edition zone 2
"Toolbox murders - Edition zone 2 "
de Tobe Hooper
 

Avec Angela Bettis, Juliet Landau, Christopher Doyle, Brent Roam
Metropolitan Vidéo

Jusqu’à sa mort, Tobe Hooper ne devra sa notoriété qu’à un seul film : « Massacre à la tronçonneuse ». Pourtant, il en a signé d’autres qui méritent d’être en bonne place dans toute DVDthèque section horreur-épouvante tels que « Massacres dans le train fantôme », « Le Crocodile de la mort », « Poltergeist » (bien qu’à la revoyure, on sent bien que Spielberg n’était pas loin...), les téléfilms « Les vampires de Salem » & « Body bags » avec John Carpenter, et même « The Mangler ». A la rigueur, « Lifeforce » et « Massacre à la tronçonneuse 2 » et même « Spontaneous combustion ». Mais après, ce fut la bérézina totale : « L’invasion vient de mars », « Crocodile » (son pire navet, rien à sauver !) et un très long passage derrière le petit écran pour pas mal de séries TV comme « Les cauchemars de Freddy », « Equalizer », des téléfilms oubliables puis sa participation aux « Masters of Horror » (et pourtant, son segment est un des moins bons !) en même temps que « Mortuary », essai sympathique mais assez catastrophique aussi de la part de l’homme qui fit « Massacre à la tronçonneuse ». Et juste avant, ce « Toolbox Murders », plutôt méprisé. Eh bien, la surprise n’en est que meilleure, c’est tout de même supérieur à « Mortuary ». Pas trop difficile, me direz-vous ; certes, mais quand même, pour du Hooper du moment, ça peut avoir sa place dans la DVDthèque citée plus haut, si, si...
Jeune couple, Nell et Steven viennent s’installer dans un appartement situé dans un vieux building très art-déco de Hollywood. Pendant que Steven travaille la journée, Nell s’occupe de l’aménagement. S’ennuyant un peu, elle se balade, faisant connaissance des locataires et des habitués de la résidence. De temps en temps, elle entend de drôles de bruits, venant des murs, ou d’appartements n’existant pas. Quand une locataire devenue son amie disparaît, Nell se décide à fouiller plus approfondissement l’histoire de cet immeuble. Et ce qu’elle va découvrir est des pires secrets d’Hollywood...
Oui, le clin d’œil est là, à Hollywood, avec ce vieux building sorti d’un film des années 40. Si la première partie du film a du mal à amorcer un quelconque intérêt soutenu, la seconde rachète l’ensemble par la découverte du secret. Et là, on tombe en plein film d’horreur avec ce qui se cache derrière ces murs, l’autre vie de cet immeuble, cohabité par un monstre qui rappelle un peu le Freudstein de « La maison près du cimetière » de Lucio Fulci. Quel rapport avec le titre ? Simplement celui d’occire ses victimes avec tout outil qui lui tombe sous la main. Bon, à la base, il y a un vieux film des années 80 avec Cameron Mitchell trucidant les midinettes avec une perceuse, un sacré nanar au passage. Ce remake va plus loin, explorant plus une histoire en la développant au tarvers de cet immeuble dont les murs ont des yeux et des oreilles. Bien entendu, la patte de Hooper se reconnait dans l’horreur que découvre Nell au fur et à mesure qu’elle avance dans ses investigations : cadavres putréfiés, chairs déchirées, etc... Mais en même temps, il gère très bien son espace, et arrive à nous faire croire au secret incroyable de ce vieux building. Et du coup, quand on arrive au bout, on se demande bien pourquoi le film a été si ignoré parce que, franchement, c’est largement mieux qu’un « Mortuary ». Pour cet inédit, on a droit à des bonus qui se sont pas issus de la misère : un vrai-faux making-of nous montre une partie du tournage, ce qui est déjà pas si mal. Mais ça n’ira guère plus loin. Qu’importe, on vient de voir un plutôt bon Hooper, ce qui est assez rare dont très important à signaler !

Note film : 7/10
DVD : copie excellente, format d’origine 1.85, image 16/9ème compatible 4/3 - Bonus : 5/10 : making-of - bandes-annonces.

St. THIELLEMENT



Retour au sommaire