SF Mag
     
Directeur : Alain Pelosato
Sommaires des anciens Nos
  
       ABONNEMENT - BOUTIQUE - FAITES UN DON
Sfmag No102
103
E
n
 
K
i
o
s
q
u
e
s
RETOUR à L'ACCUEIL
BD   CINE   COUV.   DOSSIERS   DVD   E-BOOKS  
HORS SERIES    INTERVIEWS   JEUX   LIVRES  
NOUVELLES   TV   Zbis  
Encyclopédie de l'Imaginaire, plus de 13 000 articles
  Sommaire - BD -  Planet of vampires l’adaptation en BD de "Je suis une légende".

"Planet of vampires l’adaptation en BD de "Je suis une légende"." de

- Regarde les Craig de vraies têtes de vampire !

Le roman de Richard Matheson "Je suis une légende" ne fut pas seulement adapté au cinéma.
Précisions qu’il ne s’agit pas d’une adaptation officielle mais d’une inspiration, bénéficiant visiblement de la sortie du film de Boris Sagal "Le Survivant" avec Charlton Heston en 1971, soit quatre ans avant la parution du comics (1).
Il n’existe pas de véritable vampire dans cette bande-dessinée, bien que les images de couverture entretiennent l’illusion. Le sang est prélevé de force par des moyens médicaux pour combattre une maladie qui transforme physiquement les malades. Quant aux préleveurs ils sont surnommés "buveurs de sang".
Cette maladie tout comme dans le film "Le Survivant" est issue de la guerre bactériologique qui a ravagé la planête.
Tout comme dans le roman et le film la population des rescapés peut être divisée en trois groupes.
Les gangs provenant de la population restée à l’extérieur ont acquis une immunité. S’ils sont retournés à la barbarie ce n’est pas le cas d’un groupe de civilisés réfugiés sous un dôme d’où leur surnom de "Domies".

Problème : ils ont fini par être contaminés et n’ont acquis aucune immunité. Aussi ils fabriquent un sérum à partir du sang des "sauvages" de l’extérieur. Ils ont fait ce choix "éthique " car ils se considèrent comme les garants de la civilisation.
Le troisième groupe est constitué d’un équipage d’astronautes. Etant dans l’espace au moment de la guerre ils n’ont pas été affectés. Les tribus de l’extérieur les prennent pour des Domies, quant à ces derniers ils les considèrent comme de précieux "spécimen".
Revenus sur Terre après cinq ans d’absence les astronautes sont confrontés à la mort et à la violence. Il s’agit du capitaine Chris Galland, de son second Craig et de leurs épouses respectives Elissa et Brenda. Ces dernières conformément à la tradition des années 70 ne font pas grand chose, excepté se faire enlever. Quant à leurs chers époux comment vont-ils réagir en apprenant qu’ils constituent pour les Domies de précieux spécimen ? Simple : ils flinguent.
A signaler que l’un des couples est blanc et l’autre noir. Mais si le scénariste a envisagé la possibilité d’astronautes noirs à une époque future, l’éditeur a visiblement estimé qu’il ne fallait pas prendre trop de risques. Aussi les couvertures des deux premiers épisodes ne représentent que le couple Galland. Quant au tome 3 la couverture présente enfin les deux autres astronautes,...mais on s’aperçoit que leurs peaux ont été éclaircies.
Les éditions Atlas qui avaient élaboré une politique éditoriale d’originalité disparurent rapidement du champ de bataille des comics. Ignorant apparemment cet état de fait les éditions Lug qui ne s’appelaient pas encore Semic décidèrent la publication du matériel d’Atlas dans un petit frère de Strange qui fut nommé Titans (tout l’hypothèse que ce nom serait une allusion au Titan mythologique Atlas). C’est ainsi que les premiers tomes de Titans contenaient les trois premiers épisodes de "Planet of vampires" rebaptisée "La Planête Maudite".

cf. Titans n° 1 à 3 (1976) Edition Lug
Scénario : Larry Hama & John Albano
Dessins : Pat Broderick & Russ Heath
Encreur : Frank McLaughlin & Russ Heath

(1) à signaler la sortie en 1965 du film italien de Mario Bava "Terrore nello spazio" dont le titre anglais est "Planet of the vampires"
(1)

Damien Dhondt

(1)et français : "La Planète des vampires", histoire qui n’a rien à voir avec "Je suis une légende" et qui a plutôt inspiré le film "Alien". En effet, des explorateurs spatiaux atterrissent sur une planète sur laquelle ils sont vampirisés (psychiquement).
Alain Pelosato



Retour au sommaire